Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORFÈVRERIE

La notion d'orfèvrerie ne peut se réduire à une définition simple. En effet, s'il est vrai que cet art est intimement lié au travail des métaux précieux, dont il sera nécessaire également de proposer une définition rigoureuse, il n'en est pas moins vrai que la seule présence de ces matériaux ne saurait constituer une définition absolue ; ainsi, les monnaies et médailles, souvent frappées en or ou en argent, ne peuvent-elles être assimilées à l'orfèvrerie. D'une manière générale sont considérées comme relevant de l'orfèvrerie diverses catégories d'objets métalliques, essentiellement en or ou en argent, destinés par nature à agrémenter certains aspects de la vie religieuse ou civile ; ainsi, objets de culte, ustensiles de table ou de toilette, accessoires de l'ameublement relèvent-ils fréquemment de l'orfèvrerie, même si des émaux, des perles et des pierres précieuses en complètent éventuellement la décoration. Si l'on se réfère au domaine de la parure, bijouterie ou joaillerie, où les métaux, bien que nécessaires techniquement, s'effacent derrière les gemmes, les frontières apparaîtront plus incertaines.

Aucune civilisation ne semble avoir ignoré le travail des métaux précieux ; toutefois, cette apparente continuité ne doit pas masquer certains paradoxes ; ainsi, l'intrusion de métaux non précieux, tel le cuivre, dans des fabrications a priori réservées à l'or ou à l'argent, implique l'élargissement du domaine envisagé ; ce qui est fréquent à l'époque médiévale. Plus encore, dès le xviiie siècle, l'apparition du « plaqué », suivie au xixe siècle de l'invention des procédés galvanoplastiques, puis, au xxe siècle, de la diffusion des métaux industriels (acier inoxydable, aluminium, etc.) pourraient être considérées comme autant de raisons de souligner le caractère changeant de ce qu'il convient d'entendre par orfèvrerie. Il n'en demeure pas moins que, dans le domaine des arts décoratifs, si l'on se réfère au développement de l'art des métaux précieux tel qu'il s'observe en Europe à partir de l'époque gothique, dans le cadre juridique progressivement affirmé du système des corporations, l'étude de l'orfèvrerie se fera à l'intérieur de limites précises. Celles-ci seront fixées par un critère de matière : ne sont considérés comme métaux précieux que l'or et l'argent, parce qu'ils sont à la fois inaltérables, encore que cela ne soit tout à fait exact que pour l'or, et doués d'une ductilité exceptionnelle, grâce à laquelle ils peuvent être aisément travaillés à froid ; lorsque l'argent est doré (au feu), il prend le nom de vermeil.

On observera que l'étymologie n'est pas en parfait accord avec cette définition : au sens strict, le travail de l'orfèvre, du latin aurifaber, ne devrait désigner que celui de l'or ; néanmoins, l'argent ne saurait en être dissocié, et, effectivement, les mêmes règles définissent leur emploi à partir du moment où celui-ci a fait l'objet d'une surveillance rigoureuse, c'est-à-dire depuis le haut Moyen Âge. Le platine, bien qu'utilisé expérimentalement à Paris dès la fin du xviiie siècle, n'a été assimilé aux métaux précieux et soumis au contrôle qu'à partir du xxe siècle.

Si l'or et l'argent présentent naturellement par leur couleur et leur éclat les qualités esthétiques qui sont à l'origine de leur prestige, il n'en est pas moins vrai qu'utilisés à l'état pur ils n'offrent pas la résistance mécanique exigée par les objets dont ils constituent la matière. Pour cette raison, ils subissent un alliage avec un autre métal, en l'occurrence le cuivre, qui leur apporte dureté et solidité. La quantité de métal non précieux ainsi introduite[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef au département des Objets d'art du musée du Louvre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Œnochoé ornée d'une scène de sacrifice

Œnochoé ornée d'une scène de sacrifice

Couronne de Verghina

Couronne de Verghina

Chaudron en or, art étrusque

Chaudron en or, art étrusque

Autres références

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    Des orfèvres travaillaient dans les ateliers de la ville ; on a retrouvé leurs modèles : des emblema de plâtre reproduisant par moulage des motifs connus de la toreutique hellénistique, semblables à ceux qui ont été découverts à Begram ; on a retrouvé aussi une de leurs œuvres : une assiette d'argent...
  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

    • Écrit par Louis PERROIS
    • 6 862 mots
    • 6 médias
    Les métaux furent également très employés surtout dans les chefferies centralisées et les royaumes féodaux : l'or, dans les pays baoulé et ashanti, pour la confection des parures (pendentifs, bracelets, colliers en or massif coulé par le procédé de la fonte à la cire perdue) et de certains...
  • AIX-LA-CHAPELLE, histoire de l'art et archéologie

    • Écrit par Noureddine MEZOUGHI
    • 1 001 mots
    • 2 médias

    Aix connut son apogée quand Charlemagne s'y installa définitivement, en 794. Il entreprit alors la construction d'un vaste palais sur un plan régulier imité de l'Antiquité romaine. L'ensemble a malheureusement disparu, à l'exception de la célèbre chapelle...

  • ANGLO-SAXON ART

    • Écrit par Patrick PÉRIN
    • 5 131 mots
    • 4 médias
    L'art anglo-saxon primitif est aussi représenté par l'orfèvrerie cloisonnée, qui atteignit en Angleterre une rare perfection. Importé des régions danubiennes, où il s'était épanoui au cours de la première moitié du ve siècle, le « style coloré » fut extrêmement populaire dans les royaumes...
  • Afficher les 85 références

Voir aussi