AFGHANISTAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielÉmirat islamique d'Afghanistan
Chef de l'État et du gouvernementle mollah Mohammad Hassan Akhund (depuis le 7 septembre 2021)
CapitaleKaboul
Langues officiellespachto, persan 1
Note : Six autres langues sont officielles localement depuis la Constitution de 2004 : le baloutchi, le kafiri (nouristani), l'ouzbek, le pamiri, le pashai et le turkmène
Unité monétaireafghani (AFN)
Population33 413 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)652 864

Dépourvu d'accès à la mer, l'Afghanistan est entouré au nord par le Turkménistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan ; à l'ouest par l'Iran ; au sud et à l'est par le Pakistan ; au nord-est, le corridor de Wakhan est limitrophe du Xinjiang chinois.

Afghanistan : carte administrative

Carte : Afghanistan : carte administrative

Carte administrative de l'Afghanistan. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Afghanistan : drapeau

Dessin : Afghanistan : drapeau

Afghanistan (2004). Ce pays détient le record du nombre de drapeaux nationaux successifs depuis son indépendance : plus d'une vingtaine ! Aux premiers drapeaux, noirs aux armes royales, à son retour d'Europe en juin 1928, le roi Amanoullah adopta un tricolore vert, noir et rouge (peut-être... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

L'Afghanistan est plus grand que la France (652 000 km2) mais sa population, estimée entre 25 et 30 millions d'habitants au milieu des années 2000, est très inégalement répartie sur un territoire occupé, pour plus de la moitié, par de hauts plateaux et d'imposantes montagnes où s'accumulent les neiges. Le reste du sol est partagé entre des plaines fertiles qu'arrosent les cours d'eau formant un certain nombre de bassins agricoles, des steppes, quelques forêts, des marécages et des déserts de sable.

L'histoire de l'Afghanistan, qui remonte à l'aube de la civilisation, a été influencée, dans une grande mesure, par sa situation géographique. Situé au centre du continent asiatique et à cheval sur l'imposante barrière de l'Hindou-Kouch, il a contrôlé depuis la préhistoire les voies de passage vers le sous-continent indien, qui fut toujours l'objet de convoitise des grands conquérants. Il fut envahi, dévasté et traversé, à tour de rôle, par les armées perses, grecques et arabes, mais plus fréquemment par les hordes nomades habitant les steppes et les forêts du Nord, telles que les Aryens, les Scythes, les Parthes, les Kushana, les Huns et, vagues après vagues, par des tribus turco-mongoles dirigées par des conquérants bien connus comme Gengis khan et Tamerlan.

Jusqu'au xvie siècle de l'ère chrétienne, les événements se déroulaient selon le schéma suivant : une population pressée par des motifs économiques aussi bien que politiques et climatiques quittait son habitat traditionnel et, traversant l'Oxus, occupait l'Afghanistan du Nord. Après une pause plus ou moins longue, elle réussissait soit à vaincre la barrière de l'Hindou-Kouch, soit à la contourner à son extrémité ouest, dans la vallée du Hari-Rud, et s'établissait dans les bassins de Kaboul et de Kandahar. Après une nouvelle pause, elle se frayait un chemin vers le bassin de l'Indus et déferlait dans la plaine indo-gangétique, où elle ne tardait pas à être absorbée dans la masse de la population indienne. Entre-temps, la frontière de l'Indus, négligée et restée sans défense, était attaquée par une nouvelle vague de peuples nomades, qui, après avoir suivi à peu près le même itinéraire, subissait un sort semblable.

Cela explique en partie la richesse archéologique du pays dont le sol, malgré les travaux accomplis par les différentes équipes de recherche, surtout celle de la France (D.A.F.A.), a été à peine égratigné et peut révéler bien des faits historiques encore inconnus. Cela explique aussi la grande diversité ethnique et linguistique de la population de l'Afghanistan.

Par ailleurs, les caravanes ayant toujours suivi les armées, après chaque invasion, l'Afghanistan reprenait son rôle de zone de transit et servait d'entrepôt aux marchandises échangées par les pays qui faisaient du commerce. Mais les échanges eux-mêmes étaient de nature diverse. Outre les marchandises, ils concernaient la transmission des idées et des cultures. C'est en effet par l'Afghanistan que le bouddhisme, chassé de l'Inde, passa en Chine et dans les autres pays de l'Extrême-Orient, que l'hellénisme pénétra en Inde et que l'islam se répandit dans le sous-continent et en Transoxiane.

Mais, à partir du xvie siècle, l'ouverture de la voie maritime entre l'Europe et l'Asie, en privant l'Afghanistan de son rôle de pays de transit, contribua considérablement à sa décadence économique et culturelle. Malgré l'établissement de l'empire des Durani par Ahmad shah, au xviiie siècle, l'isolement du pays continua, favorisé par l'obscurantisme et la suspicion excessive de la monarchie. Même au xixe siècle, quand la plupart des pays d'Asie et d'Afrique faisaient l'expérience directe de la pensée et de la technique modernes apportées par les pays colonisateurs, l'impérialisme britannique préféra maintenir l'Afghanistan dans un état d'isolement complet sur le plan politique et culturel.

Durant cette période, la monarchie afghane chercha à consolider sa position face à des tribus et à des groupements ethno-linguistiques puissants qui tâchaient, par tous les moyens, de préserver leur autonomie locale. Quoiqu'elle eût réussi à rétablir l'unité politique et administrative du pays, elle échoua dans la tâche, plus importante, de l'intégration économique, sociale et culturelle de sa population, surtout à cause de sa propre dépendance à l'égard de certains groupements qui l'obligeaient, en échange de leur appui, à préserver la structure tribale et féodale du pays.

L'État afghan, indépendant depuis sa création (1747), devient une république en 1973. Théâtre d'incessants conflits ethnico-religieux, le pays subit l'occupation soviétique (1979-1988), destinée à soutenir le pouvoir en place, en butte à la résistance islamiste, armée par les États-Unis. Le retrait soviétique en 1992 est suivi de l'affrontement pour le pouvoir entre les deux principales ethnies, les Pachtouns et les Tadjiks. En 1996, un groupe radical, les talibans, s'empare du pouvoir et instaure un régime islamique strict. Après les attentats du 11 septembre 2001, Washington, dans sa lutte contre le terrorisme, attaque l'Afghanistan, dont le régime protège Oussama ben Laden, et obtient le départ des talibans. La mise en place de nouvelles institutions redonne espoir à la population.

Géographie

État enclavé au cœur du continent asiatique, l'Afghanistan couvre 652 000 km2. Sa situation au carrefour de l'Asie centrale, du sous-continent indien et du Moyen-Orient, trois ensembles géographiques auxquels on peut légitimement le rattacher, en a fait au cours de l'histoire le point de passage obligé de nombreuses invasions et un foyer de rivalités internationales qui n'ont jamais cessé jusqu'à aujourd'hui. Ses frontières, totalement arbitraires, ont d'ailleurs été fixées à la fin du xixe siècle par ses deux puissants voisins d'alors, l'empire des Indes et l'empire tsariste, soucieux de ménager entre eux un espace-tampon après y avoir entretenu des visions de conquête.

Le milieu naturel

Le cœur de l'Afghanistan correspond au massif de l'Hindou-Kouch et à ses annexes, prolongement occidental de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 51 pages

Médias de l’article

Afghanistan : carte administrative

Afghanistan : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afghanistan : drapeau

Afghanistan : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Afghanistan : répartition des groupes ethniques

Afghanistan : répartition des groupes ethniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Engrais naturel

Engrais naturel
Crédits : Farzana Wahidy/ AFP

photographie

Afficher les 21 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AFGHANISTAN  » est également traité dans :

AFGHANISTAN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AÏ KHANOUM

  • Écrit par 
  • Paul BERNARD
  •  • 1 291 mots

Aï Khanoum (Tépé) est le nom local (« butte de Dame Lune ») du site d'une grande ville coloniale grecque dans l'Afghanistan du Nord, que fouille la Délégation archéologique française en Afghanistan (P. Bernard, C.R. Adadémie inscriptions et belles-lettres , 1966, pp. 127-133 ; 1967 ; pp. 306-324 ; 1968, pp. 263-279 ; 1969, pp. 313-355 ; 1970, pp. 301-349 ; 1971, pp. 385-453 ; 1972, pp. 605-632 ; 1 […] Lire la suite

AÏMAG, ethnie

  • Écrit par 
  • Jean-Luc BLANC
  •  • 936 mots

Parmi les peuples d'Afghānistān, les Aïmag (ou Aïmaq) sont les moins connus. En l'absence de tout recensement, on évalue leur nombre à plus de 480 000 (et plus de 170 000 en Iran). Habituellement, on les désigne sous le terme de Char Aïmag ou Quatre-Tribus, lesquelles sont les Djamshidi, les Firouz-Kohi, les Taimani et les Hazāra-e-Qala-i-Nao. Si leur lingua franca est le persan, il est possible […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interventionnisme militaire »  : […] Le gouvernement Schröder est le premier gouvernement qui engage la Bundeswehr à participer à des frappes aériennes de l'O.T.A.N. contre la Serbie lors de la guerre du Kosovo, en 1998-1999. Le gouvernement du chancelier Kohl s'était progressivement avancé dans cette voie, sans jamais participer à des frappes ou à des combats. Le chancelier Schröder, son ministre des Affaires étrangères Joschka Fis […] Lire la suite

AL-QAIDA

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FILIU
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « La première organisation terroriste mondialisée »  : […] Ben Laden, chef incontesté de l'organisation, était secondé par Ayman al-Zawahiri, un djihadiste égyptien qui va concevoir deux orientations sans précédent et leur inventer une justification inédite, en contradiction avec quatorze siècles de doctrine et de pratique de l'islam. La première de ces innovations est le concept de « djihad global », qui rompt le lien établi dans l'Histoire avec un peup […] Lire la suite

AMOU-DARIA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 1 052 mots

L'Amou-Daria draine la plus étendue des cuvettes hydrologiques de l'Asie moyenne ex-soviétique ; son bassin d'alimentation proprement dit s'étend en territoire fortement montagneux sur 227 800 kilomètres carrés, ce qui vaut au fleuve de rouler annuellement à son entrée dans la plaine 79 kilomètres cubes d'eau : le module est alors de 2 500 mètres cubes par seconde et le débit spécifique s'élève à […] Lire la suite

ARACHOSIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 57 mots

Province des empires achéménide, séleucide et parthe. Occupant le sud de l'Afghanistan, elle était limitée au sud par la Gédrosie (Béloutchistan). Sa capitale, Alexandrie d'Arachosie, fondée par Alexandre le Grand, est généralement identifiée avec l'actuel Kandahar. Les ivoires d'Arachosie étaient renommés. […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'arc montagneux alpin »  : […] L'arc montagneux alpin se suit en Asie occidentale, au nord de la plate-forme syrienne, dans les hautes terres de l'Anatolie et de l'Arménie, de l'Iran et de l'Afghanistan. L' Anatolie appartient tout entière au domaine des chaînes plissées tertiaires, prolongation des Dinarides balkaniques. Mais des masses rigides, anciennement consolidées, viennent s'intercaler dans l'édifice : massif des Méand […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les poudrières de l'Asie »  : […] La concentration d'armes en Asie témoigne des séquelles du partage de Yalta (1945) entre les États-Unis et l'Union soviétique, de la décolonisation et de l'affrontement entre blocs (divisions de la Corée et de la Chine). Au début du xxi e  siècle, l'Asie orientale et méridionale est traversée par trois tendances géopolitiques qui semblent contradictoires. Le cas de Cuba mis à part, elle apparaît, […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Urbanisation et développement »  : […] Avec plus de 73 millions d'habitants chacun, la Turquie et l'Iran regroupent à eux seuls plus de la moitié de la population de toute la région et confirment ainsi leur place économique et politique dominante. Troisième pays de la région par sa population, l'Afghanistan (28,4 millions d'habitants en 2009) est aussi le plus pauvre de la région, avec les taux de natalité et de mortalité les plus éle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-31 août 2021 Canada. Accueil des Afghans.

d’Afghanistan depuis le 15. Le 31, le gouvernement déclare que mille deux cent cinquante ressortissants canadiens se trouvent encore en Afghanistan à l’issue du retrait américain.  […] Lire la suite

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

Afghanistan sûr, uni et stable, connu dans l’histoire comme le cimetière des empires », affirme-t-il. L’objectif des États-Unis, rappelle-t-il, n’a jamais été de « construire une nation » en Afghanistan, mais d’« empêcher une attaque terroriste sur le sol américain ». Il met en cause l’accord de retrait militaire total conclu par son prédécesseur Donald […] Lire la suite

15-28 août 2021 France – Afghanistan. Mise en place d'une opération d'évacuation de civils de Kaboul.

Afghanistan. La France a été engagée militairement dans le pays de 2001 à 2014. « En Afghanistan, notre combat était juste », affirme le chef de l’État, précisant que « la France n’y a jamais eu qu’un ennemi : le terrorisme ». Il annonce que les civils qui avaient été au service de l’armée française et les membres de leurs familles, au nombre de huit […] Lire la suite

25-27 août 2021 Belgique – Afghanistan. Accueil des Afghans.

Le 25, le Premier ministre Alexander De Croo annonce la fin de l’opération d’évacuation « Red Kite » mise en place le 16 pour exfiltrer de Kaboul les ressortissants belges et des Afghans particulièrement menacés par la prise du pouvoir par les talibans. Mille quatre cents personnes ont été évacuées via Islamabad grâce à des rotations aériennes.  […] Lire la suite

12-24 août 2021 Suisse – Afghanistan. Accueil des réfugiés afghans.

l’Afghanistan passera désormais par une aide humanitaire. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT, « AFGHANISTAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/