Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AFRIQUE NOIRE (Arts) Un foisonnement artistique

Les arts africains, principalement la sculpture, sont connus en Europe depuis le xve siècle, mais n'ont acquis leur qualité d'expression artistique authentique qu'après 1906, quand les peintres cubistes les eurent fait « découvrir » comme un véritable art nègre. Mais l'art nègre du cubisme est-il vraiment tout l'art africain ? Sans doute pas, car, s'il est vrai que les cubistes ont contribué à sensibiliser l'Occident à propos d'expressions plastiques ignorées jusqu'alors, ils n'ont pas pour autant essayé de définir la nature réelle de ces œuvres. Leur préoccupation, inscrite dans un courant pictural strictement européen, était autre. Il a donc fallu par la suite, et dans une optique bien différente, redécouvrir la réalité du fait esthétique africain par l'étude particulière des objets et des civilisations où ils furent conçus, créés, utilisés et appréciés.

L'art en Afrique noire, très divers selon les régions, présente des formes multiples, souvent inattendues, dont on n'a pas encore pu totalement reconstituer l'histoire, ni même faire un simple inventaire exhaustif. L'étude fragmentaire des cultures traditionnelles africaines, elles aussi diverses et complexes, n'a permis jusqu'à maintenant qu'une approche limitée de la totalité du fait esthétique, difficile à appréhender dans son essence : l'objet sculpté, par exemple, est en effet souvent à la fois une pièce rituelle servant de réceptacle à la force sacrée, un substitut symbolique, une figurine magique douée de propriétés intrinsèques précises, un objet utilitaire et une œuvre d'art qu'on peut apprécier pour ses formes et ses couleurs. Sur le plan strictement formel, la sculpture est une expression collective relevant d'un style, mais aussi une œuvre personnelle relevant du savoir-faire d'un artiste.

En Afrique, le phénomène de la création artistique n'est pas lié d'une manière causale à son contexte : il n'est ni l'expression directe et privilégiée d'un type de société, ni le simple instrument des cultes ou initiations, ni la représentation didactique des croyances et des mythes. C'est un fait spécifique qui constitue un des aspects importants de la culture noire, d'autant plus précieux qu'il est illustré par des objets qui, grâce à l'interprétation du message sculptural qu'ils portent, peuvent être un des moyens de pénétrer les conceptions originales des civilisations africaines.

L'étude des arts africains vise ainsi à l'établissement d'une géographie, d'une histoire et d'une ethnologie stylistique. Préoccupation récente dans la recherche africaniste moderne, l'histoire des arts traditionnels est encore assez mal connue, tant à cause de la multiplicité des expressions plastiques (mais aussi chorégraphiques, musicales et littéraires, la globalité du fait esthétique devant toujours être préservée en vue de la définition d'une réalité multiforme) que du caractère ésotérique de ses significations symboliques.

Diversité des arts africains

En Afrique noire, l'activité esthétique ne peut être ramenée à la seule création plastique. Les arts y sont divers, et l'univers esthétique forme un tout complexe, où différentes expressions combinées – musique, danse, poésie, architecture, parure, peinture et sculpture – se donnent libre cours en vue d'atteindre à une certaine maîtrise des forces surnaturelles. La sculpture n'est que la forme la plus accessible de cet ensemble.

Les arts du corps

L'homme a toujours eu le souci de décorer et de parer son corps, soit par des modifications ou des mutilations, soit par des scarifications, tatouages, peintures ou parures. L'Afrique ne fait pas exception. Certaines sociétés n'ont jamais eu d'activités sculpturales,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ethnologue, directeur de recherche honoraire de l'Institut de recherche pour le développement (I.R.D., ex-O.R.S.T.O.M.)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Porte pounou - crédits : ni Schneebeli,  Bridgeman Images

Porte pounou

Bronze du Bénin - crédits : City of Detroit Purchase,  Bridgeman Images

Bronze du Bénin

Masque bamana - crédits : ni Schneebeli,  Bridgeman Images

Masque bamana

Voir aussi