CHARTRES ÉCOLE DE (XIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du xixe siècle, R. L. Poole (Illustrations of the History of the Medieval Thought and Learning, Londres, 1884) et A. Clerval (Les Écoles de Chartres au Moyen Âge, Paris, 1895) ont accrédité l'idée que l'école épiscopale de Chartres, fondée au vie siècle, avait connu pendant la première moitié du xiie siècle un développement particulièrement brillant, et qu'elle était devenue de ce fait un centre intellectuel d'importance majeure. C'est ainsi qu'on pouvait lui rattacher, directement ou indirectement, les noms de Bernard de Chartres, de Thierry (présumé son frère), de Guillaume de Conches, Gilbert de La Porrée, Clarembaud d'Arras, Bernard Silvestre, Jean de Salisbury... Les liens locaux entre ces personnages se doublant d'une parenté d'esprit, à raison de l'enseignement dispensé dans cette école, on était autorisé à parler d'une « école » de Chartres dans les deux sens de ce mot. Récemment (1965, 1970), R. W. Southern (Medieval Humanism and Other Studies, Oxford, 1970) a montré que la stricte critique des documents ne permettait pas d'être aussi affirmatif. L'école de Chartres ne différerait donc pas des nombreuses autres écoles épiscopales du temps : rien ne prouve jusqu'ici qu'elle se soit distinguée par une brillante pléiade de maîtres. Quant à l'« esprit chartrain », est-il autre chose que le résultat d'une lecture illusoire des textes, faussée dans son principe par la croyance en une école de Chartres ? Selon Southern, l'« humanisme » qu'on s'est plu à y voir n'a rien de spécifique : il est du temps, non d'un lieu.

Bien que certains de ces arguments aient été légitimement contestés par des spécialistes (A. Vernet, E. Jeauneau), et que l'école de Chartres ne se réduise sûrement pas à un fantôme de l'imagination historienne, il y a dans la thèse de R. W. Southern une idée juste qu'il convient de conserver en allan [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  CHARTRES ÉCOLE DE ( XII e s.)  » est également traité dans :

ALAIN DE LILLE (1128-1203)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 1 043 mots

Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry de Chartres et entre comme convers à Cîteaux, où il meurt. On le surnomme « le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-de-lille/#i_42501

BERNARD DE CHARTRES (mort apr. 1126)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 404 mots

Autour de l'an 1120, Bernard enseigne à l'école épiscopale de Chartres. Il ne nous reste rien de lui, mais Jean de Salisbury, dans son Metalogicon (C. C. J. Webb éd., II et III, Oxford, 1929) dit qu'il brillait dans l'enseignement de la « grammaire » (c'est-à-dire pour nous la grammaire et les lettres) et était « le plus parfait platonicien de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-de-chartres/#i_42501

BERNARD SILVESTRIS, SILVESTRE ou DE TOURS (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 230 mots

Bernard Silvestre, qui a traité de grammaire, de morale, de géomancie, d'astrologie, compose avant 1148 une Cosmographia , ou De mundi universitate , dédiée à Thierry de Chartres. C'est un ouvrage fort curieux, mêlé de prose et de vers, où l'on voit apparaître des personnages de stature métaphysique et cosmique tels que Noys (l'Intelligence), auprè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-silvestris-silvestre-de-tours/#i_42501

FULBERT DE CHARTRES saint (960 env.-1028)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 290 mots

Né près de Rome dans une famille pauvre, Fulbert eut pour maître un évêque italien, séjourna un peu à Rome, puis, vers 984, vint à Reims pour y suivre les leçons de l'illustre Gerbert d'Aurillac, le futur pape Silvestre II. En 992, il se rendit à Chartres pour apprendre la médecine. Bientôt il fut nommé maître, chancelier et chanoine. En 1006, la f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fulbert-de-chartres/#i_42501

JEAN DE SALISBURY (1110 env.-env. 1180)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 820 mots

Si équivoques que soient les termes « renaissance » et « humanisme », Jean de Salisbury est de ceux qui en justifient l'application (sous d'évidentes réserves) à l'Europe latine du xii e siècle. Venu à dix-sept ans de Grande-Bretagne en France, élève de l'école de Chartres et ami d'Abélard, estimé cependant par saint Bernard, qui le recommande à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-salisbury/#i_42501

MÉDIÉVALES ÉCOLES

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 1 107 mots

Dispensant l'enseignement en Occident, les écoles médiévales sont nées de l'obligation faite par Charlemagne, en 789, à tous les évêques et abbés d'ouvrir à l'ombre de leur église ou monastère une école où seraient enseignés la lecture, l'écriture, le comput liturgique et le chant, et où seraient poursuivies des études conduisant à une meilleure co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-medievales/#i_42501

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.) »  : […] Une fois passées les angoisses du ix e et du x e siècle, voici que s'affirme la renaissance romane. Elle avait été préparée par des savants d'esprit encyclopédique, comme le pape Gerbert d'Aurillac (Sylvestre II, 950-1003). On assiste alors à un admirable effort pour l'édition et le commentaire des textes antiques. Parallèlement, l'épanouissement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_42501

PLATONISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 898 mots

La question du platonisme médiéval étant particulièrement complexe, il faut dire d'abord selon quels partis pris elle est ici traitée. En premier lieu on rangera sous le nom de « platonisme » toute doctrine, d'ensemble ou même de détail, qui se fonde en dernière instance sur les œuvres des auteurs que l'Antiquité tardive et les médiévaux appelaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platonisme-medieval/#i_42501

THIERRY DE CHARTRES (mort av. 1155)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 436 mots

Thierry est chancelier de la cathédrale de Chartres en 1141 ; avant cette date, Jean de Salisbury l'a eu pour maître à Paris. Il est un des esprits les plus actifs et les plus avancés du xii e  siècle, de plain-pied avec le savoir nouveau qui affluait à son époque. Hermann le Dalmate lui dédie en 1143 sa traduction du Planisphère de Ptolémée. Aute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thierry-de-chartres/#i_42501

Pour citer l’article

Jean JOLIVET, « CHARTRES ÉCOLE DE (XIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chartres-ecole-de/