INTERPRÉTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme d'interprétation semble être devenu plus complexe et plus problématique depuis qu'il est entré dans le champ d'une réflexion philosophique et épistémologique sur les sciences de l'homme. Celles-ci, en retour, ne manquent pas de rechercher dans son usage commun des significations qui en renforcent la valeur. Un tel phénomène attaché à l'usage de ce terme n'est donc pas simplement le fait d'une évolution linguistique : il prend le sens d'un événement, corrélatif à la fois d'une transformation du contexte social, politique et religieux de l'homme occidental et de la naissance ainsi que du développement des sciences de l'homme (linguistique, mythologie, ethnologie, psychanalyse, etc.). C'est dire que la référence systématique au terme d'interprétation ne peut se satisfaire d'un examen univoque de la notion qu'il recouvre.

Ce que la notion d'interprétation met historiquement en jeu, c'est la légitimité scientifique d'une pensée qui, cessant d'interroger les causes des phénomènes de la nature, vise à se donner les conditions de son objectivité dans le déchiffrement des signes que l'homme vient, dans la culture, à produire ou à exprimer. L'art d'interpréter, désigné sous le terme d'herméneutique, est donc originairement commandé par la reconnaissance d'un sens caché sous le sens apparent que prennent la parole du dieu, la manifestation d'un signe, l'expression humaine d'un geste ou d'un mot. Parler d'interprétation, c'est alors présupposer qu'une lecture ne suffit pas pour que le sens soit compris et que, précisément, le sens doit être double pour laisser une telle lecture insatisfaite. L'intuition élémentaire qui fonde communément la pratique de l'interprétation donne donc droit, corrélativement, à un mode d'existence du symbolique par rapport au réel.

De l'herméneutique d'Aristote aux sciences humaines

La voix et le geste

C'est au Peri hermèneias d'Aristote qu'il convient de se référer pour recueillir le sens liminaire de l'interprétation. Selon ce traité, « est interprétation tout son émis par la voix et doté de signification – toute phônè semantikè, toute vox significativa » (P. Ricœur). L'interprétation est donc acte de signification, production de sens. Elle se constitue dans le moment de la profération, précisément à l'instant même où les choses viennent à désignation. C'est pourquoi Aristote accorde une fonction différentielle au nom et au verbe. « Le nom est un son vocal possédant une signification conventionnelle sans référence au temps et dont aucune partie ne présente de signification quand elle est prise isolément. » Quant au verbe, il « est ce qui ajoute à sa propre signification celle du temps : aucune de ses parties ne signifie rien prise séparément et il indique toujours quelque chose d'affirmé de quelque autre chose ». Suivant rigoureusement la pensée d'Aristote, Ricœur a donc raison de formuler ainsi la définition de l'interprétation : « Dire quelque chose de quelque chose, c'est, au sens complet et fort du mot, interpréter. »

Il serait abusif de vouloir tirer du Peri hermèneias une conception de l'interprétation qui convienne à la problématique moderne des sciences humaines. Cependant, ces indications préliminaires entraînent plusieurs remarques.

Notons d'abord que c'est en fonction d'un certain intellectualisme de l'interprétation qu'on fait parfois de celle-ci un procédé de décodage, un art de la traduction ou de la transcription. Aristote rappelle qu'il y va d'un interpréter dès que le sens se trouve présent à la voix (phônè semantikè) et engage alors un nouveau rapport de l'homme aux choses (« dire quelque chose de quelque chose »). On pourrait reconnaître là – dans l'avènement d'une sémantique – à la fois l'intervention de l'historicité humaine et la condition de constitution d'une communauté du sens (cf. la distinction héraclitéenne entre l'idios kosmos, le monde à soi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Wilhelm Dilthey

Wilhelm Dilthey
Crédits : AKG-images

photographie

Freud et ses disciples

Freud et ses disciples
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Joseph interprète les songes de Pharaon, Raphaël

Joseph interprète les songes de Pharaon, Raphaël
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de psychopathologie à l'université de Paris-VII, directeur du Laboratoire de psychopathologie, directeur de formation doctorale, chargé de mission pour la création de l'Institut interuniversitaire européen, codirecteur de la Revue internationale de psychopathologie

Classification

Autres références

«  INTERPRÉTATION  » est également traité dans :

INTERPRÉTATION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 1 183 mots

Issue de l’exégèse des textes religieux, la pratique de l’interprétation est devenue la méthode par excellence des sciences humaines d’étude des textes. Dans les sciences sociales, la question se pose de savoir si les actions humaines peuvent être expliquées ou si elles doivent être interprétées pour pouvoir être comprises. Cette question divise le […] Lire la suite

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La philosophie comme interprétation : « le choix du petit » »  : […] S'ouvre alors la possibilité d'une autre figure de la philosophie, qui se constitue à partir d'un changement d'objet, les objets philosophiques traditionnels étant enveloppés dans la liquidation de la philosophie. Il s'ensuit que l'ontologie fondamentale de Heidegger ne répond nullement à la crise de la philosophie. La question de l'être s'avère, en dépit de son autoproclamation, être la moins rad […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 640 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] Le terme grec allegoria ne se rencontre qu'à partir de l'époque hellénistique dans le vocabulaire de la rhétorique pour désigner, du point de vue du créateur, une suite continue de métaphores par lesquelles celui-ci rend accessible un concept abstrait à l'imagination de son lecteur (Quintilien, Inst. or. , 9, 2, 46) ou, parfois, pour dissimuler sa pensée jusqu'à forger des « énigmes » (Cicéron, […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Une première conception de l'allégorie provient de la rhétorique (Cicéron, Quintilien) : elle définit comme une « métaphore continuée » cette manière de parler qui désigne une chose par une autre (du grec allos , « autre », et agoreuein , « parler en public »). La métaphore, ou transposition, est une figure d'analogie : une comparaison implicite entre deux termes, suivant un rapport de ressemblan […] Lire la suite

ALLÉGORISTES CHRÉTIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 668 mots

À la suite des philosophes païens qui interprétaient les mythes traditionnels de l'hellénisme en dévoilant la signification philosophique cachée (morale ou physique) qu'ils contenaient, les Juifs (Aristobule et Philon d'Alexandrie) puis les chrétiens ont dégagé des saintes Écritures des sens cachés voulus par Dieu, véritable auteur de la Bible, et distincts du sens immédiatement apparent. Cette pr […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

  • Écrit par 
  • Olivier LESERVOISIER
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « L'émergence d'une critique textuelle »  : […] C'est sous l'influence de l’anthropologie interprétative de Clifford Geertz que le courant postmoderne aux États-Unis s'est orienté vers une critique textuelle. En démontrant que toute description est interprétation de celui qui décrit, l'anthropologue américain a en effet favorisé toute une réflexion sur les conditions de construction d’un savoir anthropologique en tant que production textuelle […] Lire la suite

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire de l'interprétation »  : […] Ce livre étrange eut beaucoup de mal à se faire admettre parmi les Livres sacrés du christianisme. Bien que cité avec éloge par plusieurs auteurs anciens, il rencontra à Rome même, vers la fin du second siècle, des adversaires, qui voyaient en lui l'ouvrage de l'hérétique Cérinthe. Plus tard, en Égypte, on mit en doute son origine apostolique. L'ensemble de l'Église d'Orient manifestait à son égar […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

L'archéologie ne saurait se résumer à la simple collecte d'objets contenus dans le sol. Elle ne saurait non plus se cantonner, comme elle l'a longtemps été, au rôle d'une « auxiliaire de l'histoire », incapable par elle-même d'interpréter ses propres documents. Toute science dispose à la fois de faits – construits par ses techniques et méthodes d'observation – et de théories qui permettent d'int […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Dans le chapitre « Le système de Panofsky »  : […] Pour Panofsky le processus de l'interprétation comprend trois niveaux. Dans le premier, qu'il appelle « description pré-iconographique », il s'agit de dégager la signification primaire. Pour arriver à cette interprétation, l'historien ne doit disposer que d'une expérience pratique commune à tous les hommes ; en outre, il doit tenir compte « de la manière dont les objets et les événements furent r […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Vers une astrologie restaurée »  : […] La démarche de l'historien peut-elle servir le praticien ? Signaler un syncrétisme accentué par des développements différents d'un pays à l'autre, un découplage, est-ce que cela est susceptible d'interpeller l'astrologue et de l'engager à renoncer à ses déviations ? Dans la mesure où celles-ci ont fait l'objet d'une exégèse justificatrice, que les Gémeaux, par exemple, sont attribués, depuis au m […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 octobre - 1er novembre 2021 France – Royaume-Uni. Conflit diplomatique au sujet de l'octroi des licences de pêche.

Si le différend portant sur l’interprétation de l’accord commercial passé en décembre 2020 entre le Royaume-Uni et l’Union européenne dans le cadre du Brexit n’est pas réglé, Paris menace d’interdire l’accès de la plupart des ports hexagonaux aux navires de pêche britanniques et d’imposer un contrôle douanier et sanitaire systématique aux importations britanniques à compter du 2 novembre. […] Lire la suite

7-27 octobre 2021 Pologne – Union européenne. Position controversée de Varsovie sur la prééminence du droit polonais.

Le 7, le Tribunal constitutionnel, dont la composition est contrôlée par le parti Droit et Justice (PiS, conservateur) au pouvoir, juge que l’interprétation des traités européens par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) est, sur certains points, incompatible avec la Constitution polonaise, ce qui revient à affirmer la primauté du droit polonais sur le droit européen. […] Lire la suite

3 mars - 4 avril 2021 Algérie. Poursuites contre des ressortissants exilés.

Le 4 avril, le président Abdelmadjid Tebboune annonce le retrait du projet de loi sur la déchéance de nationalité en raison d’une « interprétation erronée ». […] Lire la suite

17 mai 2019 Canada. Critique du projet de loi québécois sur la laïcité par le Conseil des droits de l'homme.

Ils s’inquiètent notamment de l’absence de définition des symboles religieux dont le projet de loi interdit le port, source d’« interprétation discrétionnaire » et « potentiellement discriminatoire ». Ils craignent également que l’application de ce texte ne désavantage certaines personnes sur le marché du travail et que certaines dispositions de celui-ci touchent « en réalité principalement certaines minorités religieuses ». […] Lire la suite

5-7 juin 2018 Belgique. Propos de Theo Francken en faveur du refoulement des bateaux de migrants.

Il dénonce l’interprétation trop « large » faite par la Cour européenne des droits de l’homme de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, qu’il appelle à « contourner ». Celui-ci impose aux États d’estimer les éventuelles menaces de torture ou de traitement inhumain ou dégradant pesant sur les migrants avant de les renvoyer dans leur pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre FÉDIDA, « INTERPRÉTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation/