Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PANOFSKY ERWIN (1892-1968)

Loin de considérer l'histoire de l'art comme le simple récit événementiel de la succession des œuvres et des artistes à travers la juxtaposition des catalogues et des biographies, Erwin Panofsky a voulu – le dernier peut-être – en faire une « discipline humaniste », non pas exactement une « science humaine », mais une histoire de l'esprit humain tel qu'il se manifeste à travers ses œuvres artistiques.

Repenser l’histoire de l’art

Né à Hanovre le 30 mars 1892, il est, en 1926, professeur d'histoire de l'art à Hambourg et participe aux recherches du groupe inspiré par Aby Warburg ; d'origine juive, il est radié par les nazis en 1933 et émigre aux États-Unis, où il avait noué des contacts depuis 1931 ; en 1935, il enseigne à l'Institute for Advanced Study de l'université de Princeton, où il travaille et accumule les découvertes jusqu'à sa mort. Comme il s'en est lui-même expliqué, l'atmosphère intellectuelle des États-Unis a joué un rôle dans l'approfondissement de ses théories. Pratiquée par des spécialistes venus d'autres disciplines, l'étude de l' œuvre d'art y était dégagée du cloisonnement traditionnel dont elle souffre en Europe ; le « réalisme » anglo-saxon encourageait, par ailleurs, des débats fondamentaux sur la finalité de la discipline, par rapport auxquels l'« Européen transplanté » devait définir sa propre pensée.

Les sources profondes et la dynamique originelle de la réflexion de Panofsky demeurent cependant allemandes. Il tente, dès les années 1920 dans ses premiers articles, une synthèse entre trois grandes directions dans lesquelles s'orientait alors la réflexion germanique sur l'œuvre d'art.

L'article sur « le Concept de volonté d'art » (Kunstwollen), publié en 1920, indique la première de ces sources : Aloïs Riegl (1858-1905). Pour ce représentant de l'école de Vienne, l'histoire de l'art est avant tout histoire des formes, l'ensemble de l'évolution stylistique étant sous-tendue par une polarité fondamentale entre une Kunstwollen visant à l'isolation des formes et une autre volonté visant à leur unification (vision tactile et optique, objectivité et subjectivité), chaque époque oscillant entre ces deux pôles et l'ensemble de l'histoire s'orientant vers une affirmation grandissante de la subjectivité. L'origine hégélienne de cette conception est peu contestable.

Panofsky prend ses distances par rapport à l'idéalisme implicite, à l'abstraction et au « psychologisme » latent dans l'analyse exclusivement formelle de l'œuvre d'art. Attentif à ancrer fortement l'œuvre dans son contexte socioculturel, il se rattache à Aby Warburg, « champion d'une méthode qui se refusait à la dichotomie traditionnelle entre forme et contenu » (Panofsky, 1966). Valorisant la fonction sociale de l'œuvre et liant l'image au système de représentation qui lui est contemporain, Warburg ne fait pourtant pas de l'art la simple conséquence d'une situation historique : l'art est un facteur du complexe culturel, à la définition et à la perception duquel il contribue de manière essentielle. Fruits panofskiens de cette approche, le magistral Saturne et la Mélancolie (écrit en collaboration avec R. Klibansky et F. Saxl, publié en 1964, mais dont les premières esquisses datent de 1920) et les Essais d'iconologie (publiés en 1939, mais rédigés en partie depuis 1932).

Le refus de séparer forme et contenu se fonde enfin sur la réflexion philosophique d'Ernst Cassirer à propos des formes symboliques, symboles d'une culture et formes à travers lesquelles « un contenu spirituel particulier se trouve lié à un signe concret et intimement identifié avec celui-ci ». Dès 1924-1925, l'essai sur [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Polyptyque de l'Agneau mystique</it>, partie centrale, H. et J. van Eyck

Polyptyque de l'Agneau mystique, partie centrale, H. et J. van Eyck

Autres références

  • HERCULE À LA CROISÉE DES CHEMINS (E. Panofsky)

    • Écrit par Elisabeth DÉCULTOT
    • 1 025 mots

    Lorsqu'il publie en 1930 Hercule à la croisée des chemins (traduit de l'allemand par D. Cohn, Flammarion, Paris, 1999), Erwin Panofsky (1892-1968) enseigne l'histoire de l'art à l'université de Hambourg depuis neuf ans. Par bien des aspects, l'œuvre porte fortement l'empreinte de cet environnement...

  • L'ŒUVRE D'ART ET SES SIGNIFICATIONS. ESSAIS SUR LES " ARTS VISUELS ", Erwin Panofsky - Fiche de lecture

    • Écrit par François-René MARTIN
    • 1 119 mots
    • 1 média

    Il n'est sans doute pas d'œuvre, dans l'histoire de l'art au xxe siècle, dont l'ampleur soit comparable à celle d'Erwin Panofsky (1892-1968). Élève d'Adolph Goldschmid, membre du cercle mythique d'Aby Warburg à Hambourg, au sein duquel il publie tôt des...

  • ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 5 459 mots

    Elles n'ont pas manqué, les tentatives extérieures de confrontation (et d'assimilation) de l'architecture et de la philosophie. Il s'agit le plus souvent d'entreprises conciliatrices, qui posent au départ l'architecture d'un côté et la philosophie de l'autre, et qui visent à montrer...

  • ART (Aspects culturels) - La consommation culturelle

    • Écrit par Pierre BOURDIEU
    • 4 058 mots
    • 2 médias
    ...chaos de sons et de rythmes, de couleurs et de lignes sans rime ni raison. Faute d'avoir appris à adopter la disposition adéquate, il s'en tient à ce que Erwin Panofsky appelle les « propriétés sensibles », saisissant une peau comme veloutée ou une dentelle comme vaporeuse, ou aux résonances affectives suscitées...
  • ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

    • Écrit par Jan BIALOSTOCKI
    • 4 355 mots
    Si Hoogewerff fut le premier à utiliser le mot iconologie pour désigner la nouvelle méthode qu'il proposait, c'est Panofsky qui l'a défini le plus précisément. Professeur à l'université de Hambourg de 1921 à 1933, résidant, après 1933, à Princeton aux États-Unis où il était professeur à l'Institute...
  • ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

    • Écrit par André CHASTEL
    • 4 725 mots
    • 1 média
    ...dans chaque étude. Cette situation apparaît bien dans les travaux de ce qu'on peut nommer l'école de Princeton aux États-Unis, avec la figure dominante d' Erwin Panofsky, auteur d'observations sagaces sur l'état de la méthode : The History of Art as Humanistic Discipline (1940) et d'un modèle...
  • Afficher les 28 références

Voir aussi