PANOFSKY ERWIN (1892-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Loin de considérer l'histoire de l'art comme le simple récit événementiel de la succession des œuvres et des artistes à travers la juxtaposition des catalogues et des biographies, Erwin Panofsky a voulu – le dernier peut-être – en faire une « discipline humaniste », non pas exactement une « science humaine », mais une histoire de l'esprit humain tel qu'il se manifeste à travers ses œuvres artistiques.

Repenser l’histoire de l’art

Né à Hanovre le 30 mars 1892, il est, en 1926, professeur d'histoire de l'art à Hambourg et participe aux recherches du groupe inspiré par Aby Warburg ; d'origine juive, il est radié par les nazis en 1933 et émigre aux États-Unis, où il avait noué des contacts depuis 1931 ; en 1935, il enseigne à l'Institute for Advanced Study de l'université de Princeton, où il travaille et accumule les découvertes jusqu'à sa mort. Comme il s'en est lui-même expliqué, l'atmosphère intellectuelle des États-Unis a joué un rôle dans l'approfondissement de ses théories. Pratiquée par des spécialistes venus d'autres disciplines, l'étude de l'œuvre d'art y était dégagée du cloisonnement traditionnel dont elle souffre en Europe ; le « réalisme » anglo-saxon encourageait, par ailleurs, des débats fondamentaux sur la finalité de la discipline, par rapport auxquels l'« Européen transplanté » devait définir sa propre pensée.

Les sources profondes et la dynamique originelle de la réflexion de Panofsky demeurent cependant allemandes. Il tente, dès les années 1920 dans ses premiers articles, une synthèse entre trois grandes directions dans lesquelles s'orientait alors la réflexion germanique sur l'œuvre d'art.

L'article sur « le Concept de volonté d'art » (Kunstwollen), publié en 1920, indique la première de ces sources : Aloïs Riegl (1858-1905). Pour ce représentant de l'école de Vienne, l'histoire de l'art est avant tout histoire des formes, l'ensemble de l'évolution stylistique étant sous-tendue par une polarité fondamentale entre une Kunstwollen visant à l'isolation des formes et une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PANOFSKY ERWIN (1892-1968)  » est également traité dans :

HERCULE À LA CROISÉE DES CHEMINS (E. Panofsky)

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 1 029 mots

Lorsqu'il publie en 1930 Hercule à la croisée des chemins (traduit de l'allemand par D. Cohn, Flammarion, Paris, 1999), Erwin Panofsky (1892-1968) enseigne l'histoire de l'art à l'université de Hambourg depuis neuf ans. Par bien des aspects, l'œuvre porte fortement l'empreinte de cet environnement intellectuel. On y sent tout d'abo […] Lire la suite

L'ŒUVRE D'ART ET SES SIGNIFICATIONS. ESSAIS SUR LES " ARTS VISUELS ", Erwin Panofsky - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Il n'est sans doute pas d'œuvre, dans l'histoire de l'art au xxe siècle, dont l'ampleur soit comparable à celle d'Erwin Panofsky (1892-1968). Élève d'Adolph Goldschmid, membre du cercle mythique d'Aby Warburg à Hambourg, au sein duquel il publie tôt des études m […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Elles n'ont pas manqué, les tentatives extérieures de confrontation (et d'assimilation) de l'architecture et de la philosophie. Il s'agit le plus souvent d'entreprises conciliatrices, qui posent au départ l'architecture d'un côté et la philosophie de l'autre, et qui visent à montrer la fusion progressive des deux disciplines initialement séparées en un seul corps ou terme ultime. Le résultat n'est […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une problématique originale »  : […] Sensible à l'importance de toutes ces orientations et soucieux de les faire converger en une enquête cohérente, Focillon, dans la Vie des formes (Paris, 1934), rappelait éloquemment que « l'œuvre d'art n'existe qu'en tant que forme », mais que, d'autre part, la forme tend toujours à signifier autre chose et plus qu'elle-même. Il se trouvait ainsi formuler l'essentiel d'une problématique qui n'a c […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Dans le chapitre « Le développement de la méthode : G. J. Hoogewerff et E. Panofsky »  : […] Dans la section « Iconographie » du Congrès international des sciences historiques à Oslo en 1928, Hoogewerff a présenté un rapport intitulé L'Iconologie et son importance pour l'étude systématique de l'art chrétien , qui fut publié ensuite dans la Rivista di archeologia cristiana en 1931. Hoogewerff fut le premier à proposer le nom ancien d'iconologie comme description d'une méthode d'analyse ap […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Dans le chapitre « Les codes picturaux : dénotation, connotation »  : […] Si lire un tableau consiste non seulement à le parcourir du regard, mais à le déchiffrer, l'interprétation implique un ou des codes d'interprétation pour en reconnaître et en comprendre le sens. Ainsi, la peinture représentative dispose d'un premier code, le code perceptif, d'autant plus profond que sa mise en œuvre est plus immédiate et plus inconsciente, qu'il semble ne jamais apparaître comme c […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - La consommation culturelle

  • Écrit par 
  • Pierre BOURDIEU
  •  • 4 054 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Code et capital culturel »  : […] La logique de ce que l'on appelle parfois, dans un langage typiquement « pédant », la « lecture » de l'œuvre d'art, offre un fondement objectif à cette opposition. La consommation est, en ce cas, un moment d'un processus de communication, c'est-à-dire un acte de déchiffrement, de décodage, qui suppose la maîtrise pratique ou explicite d'un chiffre ou d'un code. En un sens, on peut dire que la cap […] Lire la suite

BIAŁOSTOCKI JAN (1921-1988)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 641 mots

Né en 1921, professeur d'histoire de l'art moderne à l'université de Varsovie, conservateur en chef du département Art étranger au Musée national de la ville, Jan Białostocki a réuni en lui les qualités de penseur, d'historien et de connaisseur d'art. De 1938, date de son premier texte sur Matthias Grünewald, à 1981, la bibliographie de ses travaux, rassemblée en un volume de Mélanges, comporte qu […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHEFER
  •  • 2 906 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Iconologie »  : […] Cette pratique de la description, du jugement, n'est en fait possible que parce que la critique d'art (de par son statut extérieur, cette critique est aussi un genre littéraire) est supposée apporter à l'œuvre le supplément qui lui fait défaut ; comme si à l'œuvre il fallait – pour compenser la résorption du sens dans l'effet pictural – ajouter le texte dont elle est l'absence et la sollicitation […] Lire la suite

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description , 1998), ou, encore, les actes du colloqu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel ARASSE, « PANOFSKY ERWIN - (1892-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/erwin-panofsky/