ALAIN DE LILLE (1128-1203)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry de Chartres et entre comme convers à Cîteaux, où il meurt.

On le surnomme « le Docteur universel », parce que, disait-on, « il savait tout ce qu'un homme peut savoir ». La liste de ses écrits — qui ne sont pas encore tous connus ni attribués, et dont on ne peut dater qu'une faible partie — le prouve. Il représente bien l'effort de l'« école de Chartres », où on lisait le Timée de Platon, par sa contribution à une nouvelle appréhension philosophique de la nature — et par conséquent de l'homme et de sa place dans le monde — et par une vue nouvelle sur les rapports entre raison et foi, entre philosophie et théologie. Il est l'un des premiers grands « sommistes », le type même de l'universitaire de la haute scolastique : suivant Boèce et la méthode rationnelle de la vieille logique (logica vetus) d'Aristote, il réussit à équilibrer en son œuvre les excès des différentes formes du platonisme.

Les Plaintes de la Nature (De planctu Naturae, 1160-1170) est un prosimètre (texte où alternent vers et prose) comme les Noces de Mercure et de Philologie de Martianus Capella (cette forme brillera encore dans La Vie nouvelle de Dante). Pleine de jeux d'esprit et de recherches techniques, c'est une œuvre de théoricien de la littérature, où la forme allégorique sert à la réflexion philosophique. Nature, reine du Ciel, descend vers le poète ; vicaire de Dieu, elle est chargée de faire régner sur terre harmonie, fécondité et vertu ; c'est presque l'« âme du monde » du Timée qui serait soumise à un Créateur.

L'Anticlaudianus (1182-1183) est l'épopée (en six mille hexamètres) de l'homme parfait que la Nature réclame mais ne peut procréer elle-même : elle le compose de vertus et de sciences pour le voyage qu'il accomplit au travers de l'Univers entier sous la conduite de Vertu et de Vice : tableau encyclopédique des connaissances humaines, éloge descriptif des vertus morales et intellectuelles. Prudence et Raison sont la sagesse humaine qui ne peut franchir la limite de la nature (Alain de Lille est à l'origine de l'expression et de la notion de philosophie naturelle). Seule l'apparition finale, en forme d'apothéose, de Théologie peut amener l'homme à la présence divine.

Le Poème sur l'Incarnation et les Sept Arts (Rhythmus de Incarnatione et de Septem Artibus) montre les Arts libéraux avouant leur incapacité à comprendre l'Incarnation : In hac Verbi copula, / Stupet omnis regula (« Dans cette union du Verbe, toute règle reste coite »).

Le sermon Sur la sphère intelligible est un traité de métaphysique paraplatonicienne inspiré de Boèce : l'Univers consiste en quatre sphères correspondant à quatre modes d'être et à quatre modes de connaissance — sensible, imaginative, rationnelle, intelligible —, la dernière sphère étant celle de la divinité. L'Explication du Cantique des cantiques en l'honneur de la Vierge Mère de Dieu (Compendiosa in Cantica canticorum ad laudem Virginis Deiparae elucidatio) proclame, grâce au sens allégorique, l'Immaculée Conception de Marie.

Alain de Lille est aussi un grand prédicateur : dans ses sermons, qui sont destinés d'abord aux clercs et qu'on ne connaît pas tous, se déploie la floraison des trois sens de l'Écriture (Alain intègre le quatrième, l'« anagogie », dans la typologie, ou allégorie au sens strict) et les invectives les plus rudes contre les dignitaires de l'Église. La Somme de prédication (Summa de arte predicatoria), traité de rhétorique conservé partiellement, propose des plans types et des « autorités » (citations de la Bible et des Pères, mais aussi, et c'est plus original, des Anciens : Ovide, Sénèque, Perse) selon les matières qu'on voudra prêcher (mépris du monde et de soi-même, sur chaque type de péché et de vertu) et selon les aud [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALAIN DE LILLE (1128-1203)  » est également traité dans :

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 259 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Primat de l'unité et hiérarchie des êtres »  : […] Si l'on en croit Olympiodore, philosophe grec du vi e  siècle apr. J.-C., les rapports du microcosme et du macrocosme sont ainsi conçus par les penseurs de la tradition hermétique : « Hermès se représente l' homme comme un microcosme, tout ce que contient le macrocosme l'homme le contenant aussi. Le macrocosme contient des animaux terrestres et aquatiques : ainsi l'homme a-t-il des puces, des poux […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.) »  : […] Une fois passées les angoisses du ix e et du x e siècle, voici que s'affirme la renaissance romane. Elle avait été préparée par des savants d'esprit encyclopédique, comme le pape Gerbert d'Aurillac (Sylvestre II, 950-1003). On assiste alors à un admirable effort pour l'édition et le commentaire des textes antiques. Parallèlement, l'épanouissement de la poésie latine se poursuit. Il avait commenc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre BORDIER, « ALAIN DE LILLE (1128-1203) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-de-lille/