ALAIN DE LILLE (1128-1203)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry de Chartres et entre comme convers à Cîteaux, où il meurt.

On le surnomme « le Docteur universel », parce que, disait-on, « il savait tout ce qu'un homme peut savoir ». La liste de ses écrits — qui ne sont pas encore tous connus ni attribués, et dont on ne peut dater qu'une faible partie — le prouve. Il représente bien l'effort de l'« école de Chartres », où on lisait le Timée de Platon, par sa contribution à une nouvelle appréhension philosophique de la nature — et par conséquent de l'homme et de sa place dans le monde — et par une vue nouvelle sur les rapports entre raison et foi, entre philosophie et théologie. Il est l'un des premiers grands « sommistes », le type même de l'universitaire de la haute scolastique : suivant Boèce et la méthode rationnelle de la vieille logique (logica vetus) d'Aristote, il réussit à équilibrer en son œuvre les excès des différentes formes du platonisme.

Les Plaintes de la Nature (De planctu Naturae, 1160-1170) est un prosimètre (texte où alternent vers et prose) comme les Noces de Mercure et de Philologie de Martianus Capella (cette forme brillera encore dans La Vie nouvelle de Dante). Pleine de jeux d'esprit et de recherches techniques, c'est une œuvre de théoricien de la littérature, où la forme allégorique sert à la réflexion philosophique. Nature, reine du Ciel, descend vers le poète ; vicaire de Dieu, elle est chargée de faire régner sur terre harmonie, féco [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALAIN DE LILLE (1128-1203)  » est également traité dans :

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Primat de l'unité et hiérarchie des êtres »  : […] Si l'on en croit Olympiodore, philosophe grec du vi e  siècle apr. J.-C., les rapports du microcosme et du macrocosme sont ainsi conçus par les penseurs de la tradition hermétique : « Hermès se représente l' homme comme un microcosme, tout ce que contient le macrocosme l'homme le contenant aussi. Le macrocosme contient des animaux terrestres et aqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosme-et-macrocosme/#i_16745

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.) »  : […] Une fois passées les angoisses du ix e et du x e siècle, voici que s'affirme la renaissance romane. Elle avait été préparée par des savants d'esprit encyclopédique, comme le pape Gerbert d'Aurillac (Sylvestre II, 950-1003). On assiste alors à un admirable effort pour l'édition et le commentaire des textes antiques. Parallèlement, l'épanouissement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_16745

Pour citer l’article

Jean-Pierre BORDIER, « ALAIN DE LILLE (1128-1203) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-de-lille/