Jacques AUMONT

professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

LA 317e SECTION, film de Pierre Schoendoerffer

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 003 mots

La vie de Pierre Schoendoerffer se partage entre deux passions : l'aventure, maritime et guerrière, et l'écriture. C'est parce qu'il a d'abord été matelot, puis caméraman aux armées, fait prisonnier à Diên Biên Phu, qu'il devint écrivain, puis cinéaste. C'est dire qu'il détone dans le cinéma français, où il fut toujours une figure singulière. S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-317e-section/#i_0

L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 877 mots

Luis Buñuel (1900-1983) rêve qu'un nuage effilé coupe la lune, comme un rasoir tranche un œil ; Salvador Dalí, que des fourmis envahissent une main. Ils réalisent Un chien andalou (1928), avec l'argent que leur donne la mère de Buñuel. Coup d'essai, coup d'éclat : les surréalistes, alertés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-or/#i_0

L'ANGUILLE, film de Shōhei Imamura

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 943 mots

Carrière étonnante que celle de ce cinéaste (1926-2006), ou plutôt, étonnantes carrières, à répétition. Il commence comme assistant du vieux Yasujiro Ozu – comble d'un certain traditionalisme – mais ses premiers films sont placés sous le signe, à la fois du « positivisme documentaire, de la sociologie marxiste et d'une sexologie fondée sur le goût du grotesque » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-anguille/#i_0

L'AVVENTURA, film de Michelangelo Antonioni

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 987 mots

Malgré l'injustice d'une telle formule, on pourrait dire que L'Avventura est le véritable premier film d'Antonioni, en tout cas celui dont le style et le ton nous semblent toujours le mieux « coller » à l'image de ce cinéaste à l'élégance aristocratique. La production pourtant en fut laborieuse. Après l'échec du Cri (Il Grido, 1957) devan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-avventura/#i_0

LA BELLE ET LA BÊTE, film de Jean Cocteau

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 895 mots

En 1930, Jean Cocteau (1889-1963), écrivain, poète, dramaturge, peintre, dessinateur, réalise Le Sang d'un poète. Aussitôt assimilé aux films surréalistes de Buñuel et de Dalí (Un chien andalou, 1929, L'Âge d'or, 1930), ce film sera vu dans le monde entier ; aux États-Unis, il influencera toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-belle-et-la-bete/#i_0

BERGMAN INGMAR

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 2 031 mots

Ingmar Bergman est mort à quatre-vingt-neuf ans, dont soixante années vouées au cinéma et un peu plus au théâtre. De tous les grands auteurs de films de cette génération, il est celui dont la vie a le plus évidemment été consacrée au travail, et dont l'œuvre est le plus abondant : des dizaines voire des centaines de mises en scène, de scénarios, de films pour la télévision, près de cinquante films […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingmar-bergman/#i_0

BRESSON ROBERT (1907-1999)

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 2 416 mots

Les dates ne mentent pas, et Robert Bresson a bien été « le » cinéaste du xxe siècle – non sans quelques paradoxes. Ce héraut de la pureté du cinéma a commencé par être peintre. Le premier essai de ce cinéaste réputé austère, Les Affaires publiques (1934), fut une comédie burlesque. Prisonnier de guerre durant un an, il réalise à s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-bresson/#i_0

LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRÈS LA PLUIE, film de Kenji Mizoguchi

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 017 mots

Les Contes de la lune vague après la pluie (Ugetsu monogatari) est « un des plus beaux films du monde », s'exclame Georges Sadoul dans les Lettres françaises en avril 1959, lors de sa tardive sortie parisienne. Le lion d'argent à Venise en 1953 (dans un festival sans lion d'or), confirmant le prix international obtenu en 1952 pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-contes-de-la-lune-vague-apres-la-pluie/#i_0

DODES'KADEN, film de Akira Kurosawa

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 012 mots

Des douze films réalisés par Akira Kurosawa (1910-1998) entre 1950 et 1965, presque tous avaient été des succès au box-office. Ils avaient même eu l'insigne honneur d'être plagiés, Les Sept Samouraïs (Shichinin no samurai, 1954) devenant Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dodes-kaden/#i_0

L'EMPIRE DES SENS, film de Nagisa Oshima

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 045 mots

L'offensive du sexe avait commencé en 1974 sur les écrans français, avec des films aussi crus que Les Valseuses (Bertrand Blier), Contes immoraux (Walerian Borowczyk) ou Sweet Movie (Dušan Makavejev), et culminé avec Exhibition (Jean-François Davy, 1975), où l'héroïne faisait « tout » devant la caméra, et qui dépassa l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-empire-des-sens/#i_0

ÉPOUSES ET CONCUBINES, film de Yimou Zhang

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 979 mots

Fils d'un officier du Kuomintang, Zhang partait avec un lourd handicap dans la Chine communiste ; « rééduqué » à la campagne durant la révolution culturelle, il n'entre qu'à vingt-sept ans à l'école de cinéma de Pékin, après avoir appris la photo en autodidacte. Lorsqu'il obtient son diplôme, en 1982, c'est l'heure de la « cinquième génération », la nouvelle v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epouses-et-concubines/#i_0

FACES, film de John Cassavetes

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 004 mots

Lorsque sort Faces, John Cassavetes (1929-1989) est plus connu en tant qu'acteur que comme cinéaste. La série télévisée « Johnny Staccato » (1959-1960), ses rôles de méchant dans À bout portant (The Killers, 1964, de Donald Siegel) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faces/#i_0

LA FÉLINE, film de Jacques Tourneur

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 973 mots

Avec Citizen Kane (1941) puis La Splendeur des Amberson (1942) d'Orson Welles, la compagnie Radio Keith Orpheum (R.K.O.) renouvelle le cinéma américain. L'arrivée de Val Lewton au poste de producteur constitue un autre tournant. Il est en effet chargé d'étendre le catalogue des films d'horreur de série B. Le premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-feline/#i_0

LES FRAISES SAUVAGES, film de Ingmar Bergman

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 064 mots

À trente-neuf ans, Ingmar Bergman passe pour un véritable bourreau de travail, écrivant ou réalisant près de deux films par an. Sa première réalisation, Crise (Kris), en 1946, est un hommage, déjà très personnel, au réalisme poétique, mais le jeune homme dévoré d'ambition, au talent précoce, doit attendre son se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fraises-sauvages/#i_0

LE GOÛT DE LA CERISE, film de Abbas Kiarostami

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 963 mots

Palme d'or à Cannes en 1997, Le Goût de lacerise (Tam-e ghilas) est le premier film à recevoir le prix Federico Fellini de l'U.N.E.S.C.O. C'est la consécration, pour un cinéaste présent dans les salles européennes depuis une dizaine d'années, mais qui filmait depuis 1970. Avec Où est la maison de mon ami ? ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-gout-de-la-cerise/#i_0

L'HOMME À LA CAMÉRA, film de Dziga Vertov

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 943 mots

Si le jeune Denis Kaufman (1895-1954) se choisit un pseudonyme à la résonance futuriste, c'est qu'il entend ne pas ressembler aux « cinéastes, troupeau de chiffonniers qui fourguent assez bien leurs vieilleries ». Épris de modernité, intimement convaincu par l'utopie communiste, il assigne au cinéma un rôle tout autre que de se substituer, fût-ce avec talent, au théâtre bourgeois. De ses premiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-a-la-camera/#i_0

L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE, film de John Ford

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 963 mots

Si l'on excepte un épisode de La Conquête de l'Ouest (How the West Was Won, 1963), tourné peu après par Ford, c'est le dernier western d'un homme qui en avait réalisé un grand nombre, au cours d'une quarantaine d'années. Le titre, délibérément sans originalité, se calque sur un schème banal, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-qui-tua-liberty-valance/#i_0

IN THE MOOD FOR LOVE, film de Wong Kar-wai

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 999 mots

Chungking Express (Chong qing sen lin) avait été récompensé à Locarno en 1994, Wong couronné meilleur réalisateur à Cannes en 1997 pour Happy Together (Cheun gwong tsa sit). À la différence d'autres réalisateurs hongkongais, c'est vers l'Europe qu'il se tourne pour s'internationaliser : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/in-the-mood-for-love/#i_0

LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 915 mots

Conscients de la force du cinéma comme instrument de propagande, les premiers dirigeants soviétiques avaient favorisé l'accès à la réalisation de jeunes réalisateurs acquis à la révolution, et formellement innovants. C'est en mars 1925 que la firme d'État Goskino lança la production d'une série de films pour célébrer l'anniversaire de la révolution de 1905, et la confia au réalisateur d'un film co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cuirasse-potemkine/#i_0

NOSFERATU LE VAMPIRE, film de Friedrich Wilhelm Murnau

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 985 mots

Après de brèves études en histoire de l'art et une courte expérience du théâtre (il croise, chez Max Reinhardt, Conrad Veidt et Ernst Lubistch), Murnau (1888-1931) devient cinéaste à plus de trente ans ; il est l'un des piliers du cinéma allemand, choisi par la puissante firme U.F.A. pour de grands projets tels Le Dernier des hommes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nosferatu-le-vampire/#i_0

ORDET, film de Carl Theodor Dreyer

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 030 mots

Avec Benjamin Christenssen à l'époque du muet et Lars von Trier récemment, Carl Theodor Dreyer (1889-1968) est la seule gloire cinématographique du Danemark. Pourtant, lorsqu'en 1954 il entreprend d'adapter la pièce de Kaj Munk, Le Verbe ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordet-carl-theodor-dreyer/#i_0

LA RÈGLE DU JEU, film de Jean Renoir

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 005 mots

Une affaire de rendez-vous manqué : entre la marquise et son bel aviateur, entre la contrainte sociale et la liberté amoureuse, entre le film et son public. Ce n'est pas la faute de Renoir (1894-1979), et l'on peut bien penser, avec Truffaut, qu'« aucun autre cinéaste n'a mis autant, et le meilleur de lui-même, dans un film », mais ni la critique ni les spectateurs de 1939 ne reconnurent, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-regle-du-jeu/#i_0

ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 940 mots

Fils de famille sans fortune, amateur de voitures, père de famille(s), Roberto Rossellini (1906-1977) est une figure inclassable dans les genres et les périodes du cinéma. Ses trois films de guerre : Le Navire blanc (La nave bianca, 1941), Un pilote revient ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-ville-ouverte-roberto-rossellini/#i_0

LE SACRIFICE, film de Andreï Tarkovski

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 902 mots

Fils et petit-fils de poètes, Andreï Tarkovski (1932-1986) opte pour le cinéma, après avoir envisagé la musique et la peinture. Il suit le cursus de la grande école de cinéma de Moscou, le V.G.I.K., mais se révèle vite un produit atypique de son enseignement ; son premier film, L'Enfance d'Ivan (Ivanovo dietsvo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacrifice/#i_0

THÉORÈME, film de Pier Paolo Pasolini

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 981 mots

Pasolini (1922-1975) était accoutumé à déclencher le scandale, avec ses poésies ou ses romans, avec ses films, avec sa vie. Attaqué en justice pour offense à la religion (La Ricotta, 1963), il multiplie les précautions pour filmer son Évangile selon saint Matthieu (Il vangelo secondo Matteo, 1964), mais cette fois c'est la gauche laïque q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theoreme/#i_0

VERTIGO, film de Alfred Hitchcock

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 958 mots

De tous les cinéastes qui ont fait le cinéma classique hollywoodien, c'est Alfred Hitchcock (1899-1980) qui a eu l'ambition la plus complète, puisqu'il voulait captiver le spectateur autant par la forme du film que par le récit. Très tôt, il a travaillé des modes du récit, au premier chef le suspense, auquel son nom reste attaché […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertigo/#i_0

VOLTE-FACE,, film de FACE/OFF

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 982 mots

Plus jeune réalisateur de Hong Kong à vingt-sept ans, John Woo commence par la violence : son premier film, Farewell Buddy (1973), est interdit. Il se fait une réputation avec des films qui renouvellent le genre policier, toujours dans une surenchère d'effets, jusqu'aux mythiques The Killer (1989) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volte-face-film-de-face-off/#i_0