BERGMAN INGMAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ingmar Bergman est mort à quatre-vingt-neuf ans, dont soixante années vouées au cinéma et un peu plus au théâtre. De tous les grands auteurs de films de cette génération, il est celui dont la vie a le plus évidemment été consacrée au travail, et dont l'œuvre est le plus abondant : des dizaines voire des centaines de mises en scène, de scénarios, de films pour la télévision, près de cinquante films de cinéma. Aussi bien les dernières années de sa vie ont-elles été par lui destinées, non à l'érection d'un monument à sa gloire – car, sous la vanité inévitable, il avait la modestie profonde des grands créateurs –, mais à la préservation des traces du travail.

Paradoxe si l'on veut : cet homme célèbre et célébré pour ses films, auteur de plusieurs des grandes icônes de l'art cinématographique, de Monika à Persona ou Fanny et Alexandre, s'est toujours vu d'abord comme un homme de théâtre. Son long parcours, obsessionnel et changeant, a été sensible à l'époque, à la morale, à la passion – mais obstinément ancré dans l'amour d'un art : l'art dramatique.

Comment on devient un maître

Né le 14 juillet 1918 à Uppsala (Suède), Ingmar Bergman était le second fils d'un pasteur, qu'il a souvent dépeint comme un homme juste mais tourmenté et sévère ; son adolescence fut une longue révolte contre son milieu, avec lequel il rompit à vingt ans, pour travailler dans le théâtre puis, très vite, dans le cinéma. Jeune réalisateur aux dents longues, acharné, extraordinairement productif, il fut après la guerre l'auteur de drames naturalistes, où des jeunes gens révoltés contre une société sûre et confortable, mais étouffante, traînaient leur mal existentiel jusqu'au suicide ou la résignation. Bergman apparaissait alors comme l'un des représentants, talentueux et inégal, du réalisme noir de l'après-guerre – écho assez strict de ce que, en littérature et en philosophie, a signifié l'existentialisme. C'est l'époque qui culmine avec Jeux d'été et Monika, lesquels éblouirent Truffaut et Godard, entre autres parce qu'on y voyait de belles jeunes femmes avoir l'air de désirer vraiment faire l'amour avec leurs amoureux. Vinrent alors, coup sur coup, trois entreprises bien différentes – Sourires d'une nuit d'été, Le Septième Sceau, Les Fraises sauvages –, qui valurent à Bergman, avec des prix à Cannes et à Berlin, une deuxième gloire critique et la célébrité mondiale. Ce deuxième Bergman allait devenir, très vite, l'une des valeurs sûres des ciné-clubs et de la critique, illustrant avec verve les genres consacrés et y ajoutant une tonalité mi-grotesque, mi-philosophique.

Monika, I. Bergman

Photographie : Monika, I. Bergman

Monika (1953) clôt la première période de l'œuvre de Bergman, marquée par la révolte contre une société étouffante. Si le thème de l'enfer du couple est déjà présent, le film frappe surtout par le bonheur avec lequel le metteur en scène filme à l'air libre, sur l'île d'Ornö,... 

Crédits : Prod DB/ AllPix/ Aurimages

Afficher

Le Septième Sceau, I. Bergman

Photographie : Le Septième Sceau, I. Bergman

Max von Sydow (à droite sur la photo) joue aux échecs avec la mort (interprétée par Bengt Ekerot, à gauche). Dans Le Septième Sceau (1957), Ingmar Bergman renoue avec une riche tradition iconographique qui, depuis le Moyen Âge, fait du chevalier et de la mort deux figures aussi... 

Crédits : Mary Evans/ Aurimages

Afficher

Le metteur en scène aurait pu en rester là et refaire du Bergman – comme il en fut manifestement tenté (voir Le Visage, La Source ou L'Œil du Diable). Il est devenu un grand cinéaste en abandonnant cette gloire-là pour une autre, plus profonde et plus risquée. Les années 1960 vont ainsi être marquées par la concentration sur des thèmes intimes, tels la foi, la mort, la femme comme autre, le double et le visage, et l'invention accélérée de formes de récit, de relation aux personnages et d'autobiographie indirecte. Persona est l'apogée de cette période ; le prestige que ce film lui valut ne s'est jamais démenti, et chaque projection étonne encore aujourd'hui. Après une période déroutante, où il sembla régresser pour retrouver des scénarios psychologiques et des fictions réalistes (Cris et Chuchotements, Scènes de la vie conjugale), Bergman connut une quatrième et définitive gloire critique avec Fanny et Alexandre, où les inventions d'image sont discrètes, mais où se révèle en vraie grandeur ce qui avait été le moteur caché de tous les films antérieurs : le sens du rythme affectif. Le cinéaste égrena encore, par la suite, trois chefs-d'œuvre inclassables, truculents, doucement mélancoliques, où tout son univers de fiction s'est trouvé rassemblé.

Le Silence, I. Bergman

Photographie : Le Silence, I. Bergman

Une ville étrangère en proie à la guerre civile, un hôtel labyrinthique où sont claquemurés un petit garçon, Johan, avec Anna, sa mère, et Ester, sa tante. Bergman renoue à sa manière avec le théâtre de chambre de Strindberg, où le huis clos conduit à une forte participation... 

Crédits : Album/ AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Monika, I. Bergman

Monika, I. Bergman
Crédits : Prod DB/ AllPix/ Aurimages

photographie

Le Septième Sceau, I. Bergman

Le Septième Sceau, I. Bergman
Crédits : Mary Evans/ Aurimages

photographie

Le Silence, I. Bergman

Le Silence, I. Bergman
Crédits : Album/ AKG-images

photographie

Persona, d’I.Bergman, avec B. Andersson et L. Ullman

Persona, d’I.Bergman, avec B. Andersson et L. Ullman
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Image

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  BERGMAN INGMAR (1918-2007)  » est également traité dans :

BERGMAN INGMAR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 062 mots

14 juillet 1918 Naissance d'Ingmar Bergman à Uppsala (Suède).1930 Après avoir découvert le cinéma avec un projecteur amateur, le jeune Bergmanvisite les studios de la Svensk Film Industri près de Stockholm.1937-1939 Néglige ses études de littérature et d'histoire de l'art au pr […] Lire la suite

LES FRAISES SAUVAGES, film de Ingmar Bergman

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 063 mots

À trente-neuf ans, Ingmar Bergman passe pour un véritable bourreau de travail, écrivant ou réalisant près de deux films par an. Sa première réalisation, Crise (Kris), en 1946, est un hommage, déjà très personnel, au réalisme poétique, mais le jeune homme dévoré d'ambition, au talent précoce, doit attendre son se […] Lire la suite

LES FRAISES SAUVAGES (I. Bergman), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 203 mots

D'une histoire simple – le vieux docteur Isaak Borg se rend en automobile de Stockholm à l'université de Lund pour fêter son jubilé –, Ingmar Bergman fait une plongée dans le passé et l'inconscient de son héros. Si Les Fraises sauvages confirme la « modernité » de Bergman, le film fait aussi découvrir à un large public l'œuvre d'un […] Lire la suite

JOSEPHSON ERLAND (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 405 mots
  •  • 1 média

Acteur fétiche d'Ingmar Bergman, le Suédois Erland Josephson est surtout connu pour sa capacité à incarner des personnages complexes et à transmettre de profondes émotions, comme dans Scener ur ett äktenskap (1973, Scènes de la vie conjugale ), où il tient le rôle principal au côté de Liv Ullmann. Erland Josephson naît le 15 juin 1923, à Stockholm. Sa collaboration avec Ingmar Bergman commence a […] Lire la suite

FANNY ET ALEXANDRE (mise en scène J. Deliquet)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 965 mots
  •  • 1 média

L’œuvre-somme d’Ingmar Bergman fut à l’origine un roman partiellement autobiographique. D’abord adapté pour la télévision dans une version en quatre parties d’une durée totale de plus de cinq heures, le film connut une sortie remaniée en salles en 1982, qui lui valut d’obtenir l’année suivante l’oscar du meilleur film étranger. Comme le livre, le film est d’abord un hymne à la magie du théâtre et […] Lire la suite

SCANDINAVE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 767 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Renaissance suédoise »  : […] Si le cinéma suédois, malgré ces défections, renforce son infrastructure et ses traditions artistiques, révélant de nouveaux cinéastes (John W. Brunius, Per Lindberg, Gustav Molander), l'étoile du cinéma danois pâlit entre les deux guerres, malgré les films d'Anders-Wilhelm Sandberg, souvent adaptés de romans de Dickens et malgré le succès de la série burlesque de Lau Lauritzen, Fy og Bi ( Doubl […] Lire la suite

SYDOW MAX VON (1929-2020)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 732 mots
  •  • 1 média

Chevalier qui joue aux échecs avec la mort ( Le   Septième S ceau , 1957), mage ambigu ( Le   Visage , 1958), père vengeur ( La   Source , 1960), Max von Sydow est une figure indissociable du cinéma d’Ingmar Bergman. Ses prestations dans L’Exorciste (William Friedkin, 1973), Star Wars  : É pisode   VII - Le Réveil de la Force (J. J. Abrams, 2015) ou la série Game of Thrones (2016) l’ont aussi […] Lire la suite

ULLMANN LIV (1939- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 480 mots

Actrice norvégienne réputée pour sa beauté naturelle et ses interprétations d'une grande finesse de personnages à la psychologie complexe, Liv Ullman a étroitement lié son nom à celui du réalisateur suédois Ingmar Bergman, avec qui elle tourna plusieurs films qui ont fait date. Le père de Liv Ullmann, un ingénieur norvégien, se déplaçait très fréquemment pour raisons professionnelles. Liv naît do […] Lire la suite

ANDERSSON BIBI (1935-2019)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

Elle fut le sourire de Bergman, sa lumière vive. Apparue dans nombre de ses films et de ses réalisations pour la télévision, l’actrice suédoise est une figure indissociable de son œuvre. Née le 11 novembre 1935 à Stockholm, Berit Elisabeth Andersson, « Bibi », fille d’un homme d’affaires et d’une assistante sociale, rêve très tôt de devenir comédienne. Elle a quinze ans lorsqu’elle rencontre Ingm […] Lire la suite

ANSPACH SÓLVEIG (1960-2015)

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 704 mots
  •  • 1 média

Sólveig Anspach est née le 8 décembre 1960 à Heimaey, dans l’archipel de Vestmann (Islande), d’une mère islandaise et d’un père juif viennois qui avait rejoint les États-Unis puis combattu en Europe sous l’uniforme américain. Cette citoyenne du monde grandit à Paris, fréquente l’école allemande, fait des études de philosophie et de psychologie avant d’intégrer la Femis, d’où elle sort diplômée en […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « BERGMAN INGMAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ingmar-bergman/