BUÑUEL LUIS (1900-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Los Olvidados, de L. Buñuel

Los Olvidados, de L. Buñuel
Crédits : Hulton Getty

photographie

Belle de jour, L. Buñuel

Belle de jour, L. Buñuel
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Jeanne Moreau

Jeanne Moreau
Crédits : Speva Films/ Cine Alliances/ Filmsonor/ Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

photographie


Tous ceux qui ont connu Luis Buñuel, dans le travail ou l'amitié, s'accordent sur un point : c'était un homme secret. Peu de cinéastes ont su se rendre insaisissables comme lui. Quand il consentait à parler de sa vie, de ses rencontres, de ses affinités ou de ses haines, de ses engagements ou de ses goûts, c'était toujours sur le mode de la blague. Cet homme d'images se méfiait des mots. Il savait trop bien qu'on ne peut parler sans se contredire ni éclairer les aspects opposés de toute chose, de toute expérience, de tout sentiment.

Du Chien andalou (1928) à Cet obscur objet du désir (1977), l'œuvre cinématographique de Buñuel est un lieu de contradictions, comme sa vie même. Disciple de Sade, surréaliste, il a œuvré pour manifester que le réel est déchirure. L'image qui « ouvre » son œuvre, l'œil tranché par un rasoir, inoubliable premier plan du Chien andalou, est véritablement le motif exploré, développé dans tous ses films : comment survivre à nos contradictions ? Pourquoi, voulant faire le bien, l'homme (cet être « criminel dans la vertu et vertueux dans le crime », disait Sade) produit-il si souvent le mal ?

Buñuel peint la révolte absolue, la violence et l'éros, mais se révèle dans la vie incapable de cruauté, plein de douceur et de tendresse. Il fait profession d'athéisme et il a le culte des cérémonies religieuses, admire les vies de saints, se passionne pour la théologie. L'auteur de L'Âge d'or et du Charme discret de la bourgeoisie aura traversé ce siècle des idéologies en étant le moins idéologue des cinéastes. « Le dieu créé par l'homme, dit-il à son ami Max Aub après le tournage de La Voie lactée, c'est l'esprit du mal. » Au cœur des conflits, il nous offre le visage de Nazarin, ce prêtre don Quichotte qui pleure parce qu'il doute.

Fidélité au surréalisme

Luis Buñuel est né à Calanda, province de Teruel, le 22 février 1900. Il est l'aîné de sept enfants. Son père est libéral, sa mère catholique. Il fréquente le collège des jésuites à Saragosse, de huit à quinze ans, puis le lycée. À cette époque, il lit Darwin et perd la foi, mais, comme le héros de Tris [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-V-René-Descartes, critique de cinéma

Classification


Autres références

«  BUÑUEL LUIS (1900-1983)  » est également traité dans :

L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 873 mots

Luis Buñuel (1900-1983) rêve qu'un nuage effilé coupe la lune, comme un rasoir tranche un œil ; Salvador Dalí, que des fourmis envahissent une main. Ils réalisent Un chien andalou (1928), avec l'argent que leur donne la mère de Buñuel. Coup d'essai, coup d'écl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-or/#i_5065

AUDRAN STÉPHANE (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 649 mots
  •  • 1 média

Née Colette Dacheville le 8 novembre 1932 à Versailles, Stéphane Audran suit les cours d’art dramatique de Tania Balachova, Charles Dullin, Michel Vitold et René Simon. Elle épouse en 1954 Jean-Louis Trintignant, son condisciple du cours Simon, avec qui elle débute sur scène, en 1955, dans La Tragédie des Albigeois de Maurice Clavel et Jacques Pan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephane-audran/#i_5065

CENSURE

  • Écrit par 
  • Julien DUVAL
  •  • 6 226 mots

Dans le chapitre « Ordre public et bonnes mœurs »  : […] Ces périodes particulières mises à part, le contrôle étatique des publications a été très limité au xx e  siècle. L'assouplissement de la législation traduit certainement un progrès de la liberté d'expression, mais il tient aussi à l'affaiblissement du rôle social de l'écrit face aux nouveaux moyens de communication. En revanche, il faut souligner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/censure/#i_5065

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma, art populaire »  : […] Lorsque les premières démonstrations de cinéma sonore ont lieu à Paris, en 1927 et 1928 , l'avant-garde appartient déjà au passé. Les hommes qui vont faire le cinéma de demain sont peu ou pas du tout connus. Ils vont aborder le parlant sans préjugés. Ils s'appellent Luis Buñuel, Jean Vigo, Jean Cocteau, Jean Renoir. Eisenstein vient faire des conf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_5065

DALÍ SALVADOR (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 2 751 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « La différence entre un fou et moi... » »  : […] Né le 11 mai 1904 à Figueras, en Catalogne, Salvador Dalí porte le même prénom que son père, notaire quelque peu possessif, et que son frère décédé quelques années auparavant : voilà pour le roman familial où Dalí voit la cause de certains de ses troubles psychiques, son complexe d'Œdipe et ses obsessions morbides. Très jeune, il montre son talent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvador-dali/#i_5065

DEL TORO GUILLERMO (1964- )

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une poésie de l’horreur »  : […] Il se fait remarquer avec son premier long métrage d’horreur Cronos (1993), réalisé au Mexique. Parmi les acteurs du film, on note déjà la présence de Ron Perlman, à qui il restera fidèle (quatre films, une série télévisée et de nombreuses productions), et de Claudio Brook, qui tenait le rôle principal de Simon du désert ( Sim ó n del desierto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillermo-del-toro/#i_5065

DENEUVE CATHERINE (1943- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 211 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La femme dédoublée »  : […] Née à Paris le 22 octobre 1943, Catherine Dorléac, fille du comédien Maurice Dorléac, débute dans Les portes claquent (1960) de Jacques Poitrenaud. Tandis que sa sœur aînée Françoise Dorléac (1942-1967) conserve son nom, Catherine prend celui de sa mère, qui fut aussi comédienne. Si on la remarque en 1963 dans le rôle de la vertu du Vice et la v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catherine-deneuve/#i_5065

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Érotisme et vision du monde »  : […] Techniquement, le cinéma se transforme en instrument de propagation d'un culte. Le « vedettariat » ne se conçoit pas sans certains rites. Que de jeunes premiers doivent apparaître torse nu ! Que d'actrices se montrent dévêtues, même des « intellectuelles » comme Edwige Feuillère dans Lucrèce Borgia , comme Jeanne Moreau qu'on a vue dans bien des ba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_5065

ESPAGNOL CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 315 mots

On peut faire remonter à 1896 les premières manifestations cinématographiques en Espagne. Le 15 mai, un représentant des frères Lumière organise la première projection à Madrid et, à la fin de l'année, un Espagnol filme La Sortie de la messe de midi à l'église du Pilar de Saragosse . L'année suivante, Fructuoso Gelabert construit la première caméra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-espagnol/#i_5065

PICCOLI MICHEL (1925- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 192 mots

Dans le chapitre « Un art du dédoublement »  : […] Contrairement à certains acteurs, en particulier américains, Michel Piccoli ne s'investit pas totalement dans un personnage et ne vit pas son rôle vingt-quatre heures sur vingt-quatre : « Quand je joue la comédie, c'est réellement en état de dédoublement complet. Je vois la marionnette à côté de moi, je la fais naviguer et quand j'ai fini de tourne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-piccoli/#i_5065

REY FERNANDO CASADO ARAMBILLET, dit (1917-1994)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 797 mots

Un des comédiens les plus prestigieux du septième art en Espagne, qui avait incarné notamment Philippe le Beau, Don Quichotte de la Manche ou le père du général Franco, aura participé à quelque deux cents films, souvent sous la direction des plus grands metteurs en scène. Fernando Rey naît le 20 septembre 1917 à La Corogne (Galice). Ses études d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rey/#i_5065

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 402 mots

Dans le chapitre « La beauté et l'amour »  : […] Les textes surréalistes concernant la beauté pourraient sembler contradictoires. Tantôt la beauté et l'art y semblent méprisés, tantôt ils sont donnés comme valeurs suprêmes. Mais cette contradiction n'est qu'apparente. Ce que le surréalisme condamne, c'est la beauté spectacle, séparée de la vie, la beauté qui ne nous transforme pas. Ce qu'il rech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_5065

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une seconde génération : de la peinture au cinéma et à l'« objet » »  : […] Avec les noms que nous venons de citer, tout est en place pour le développement de l'art d'origine et d'appartenance surréaliste. C'est la vision d'un tableau de Chirico ( Le Cerveau de l'enfant ) qui déterminera (indépendamment l'une de l'autre, bien entendu) la véritable vocation de Magritte et celle de Tanguy , inventeur de décors désertiques o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_5065

SURRÉALISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 733 mots

1917 Le terme « surréaliste » est utilisé pour la première fois par Guillaume Apollinaire (1880-1918) dont la pièce de théâtre Les Mamelles de Tirésias est sous-titrée « Drame surréaliste en deux actes et un prologue ». Mars 1919 Premier numéro de la revue Littérature dirigé par Philippe Soupault, André Breton et Louis Aragon. Ce dernier y sig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-reperes-chronologiques/#i_5065

SURRÉALISME & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Ado KYROU
  •  • 1 414 mots

Le cinéma à proprement parler surréaliste peut paraître à première vue mince, voire pauvre. Il n'en est rien : le surréalisme a imprégné quantité de films. Les surréalistes, ceux qui firent partie du groupe et qui signèrent les textes importants de l'entre-deux-guerres, se méfièrent du cinéma, retrouvant dans les seuls films populaires (par exemple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-et-cinema/#i_5065

Pour citer l’article

Jean COLLET, « BUÑUEL LUIS - (1900-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-bunuel/