WELLES ORSON(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 6 mai 1915 Naissance d'Orson Welles à Kenosha, Wisconsin.

  • 1925 Joue et interprète dans un camp de vacances une version de Dr. Jekyll et Mr. Hyde, d'après R. L. Stevenson.

  • 1926-1930 Monte, joue, écrit de nombreuses pièces à la Todd School de Woodstock, Illinois.

  • 1er janvier 1931 Le Dr. Maurice Bernstein devient le tuteur de Welles, orphelin depuis la mort de son père.

  • Octobre 1931 En voyage en Irlande, Welles est engagé dans la troupe de Hilton Edwards, au Dublin Gate Theatre. Premier rôle dans une adaptation du Juif Süss, d'après le roman de Lion Feuchtwanger.

  • 1933 Après avoir joué, mis en scène ou dessiné les décors d'une vingtaine de pièces au Dublin Gate Theater, il monte à New York La Nuit des rois, de William Shakespeare.

  • 1934 Publie avec Roger Hill, professeur à la Todd School, une série de manuels : Everybody's Shakespeare (« Shakespeare pour tous »).

  • 1934-1947 Orson Welles travaille sans interruption pour la radio.

  • Automne 1934 Premier film de 5 minutes, Hearts of Age.

  • 22 mars 1935 Début d'une collaboration de quatre années à l'émission de radio The March of Time (N.B.C.).

  • 14 avril 1934 Présentation de Macbeth (qui connaîtra bien d'autres versions), transposé en Haïti et joué par des Noirs.

  • Mai 1937 Orson Welles enregistre le texte d'Ernest Hemingway pour le documentaire de Joris Ivens Terre d'Espagne.

  • 23 juillet-3 septembre 1937 Pour la radio, Orson Welles raconte Les Misérables à la première personne, en sept chapitres.

  • 11 novembre 1937 Crée avec John Houseman une troupe, le Mercury Theatre, et met en scène Jules César, de Shakespeare.

  • 11 juillet 1938 Première, sur C.B.S., de The Mercury Theatre on the Air, une série d'émissions dramatiques adaptées de grandes œuvres littéraires.

  • 30 octobre 1938 Dans cette série, diffusion de La Guerre des mondes, d'après le roman de H. G. Wells. L'arrivée des Martiens captive neuf millions d'auditeurs, et déclenche une forte panique. La célébrité est immédiate.

  • 21 août 1939 Signature d'un contrat avec la R.K.O., qui donne à Welles carte blanche.

  • 30 novembre 1939 Orson Welles achève le scénario d'une adaptation de Heart of Darkness, d'après le roman de Joseph Conrad. Ce film, qui devait être entièrement réalisé en caméra subjective, ne verra jamais le jour.

  • 19 février-16 juillet 1940 Herman J. Mankiewicz travaille avec Welles au scénario de Citizen Kane.

  • 1941 L'entourage du magnat de la presse William Randolph Hearst, qui a en partie inspiré le personnage de Kane, tente d'empêcher la sortie du film.

  • 14 avril 1941 J. Edgar Hoover, directeur du F.B.I., adresse au procureur général un mémorandum signalant les liens de Welles avec des organisations pro-communistes.

  • 1er mai 1941 Première de Citizen Kane avec Orson Welles dans le rôle-titre et Joseph Cotten dans celui du plus ancien ami de l'énigmatique milliardaire. Si le film rencontre un succès critique, l'accueil du public est beaucoup plus réservé.

  • Juillet-août 1941 Orson Welles dépose le projet, qui restera inachevé, de It's All True, un film en plusieurs parties, produit au Mexique et à Rio de Janeiro.

  • Janvier 1942 Joue dans Voyage au pays de la peur, mis en scène par Norman Koster.

  • 10 juillet 1942 Sortie de La Splendeur des Amberson, en partie remonté avec des scènes additionnelles tournées par Robert Wise et Jack Moss.

  • 16 octobre 1942 Orson Welles prend la parole avec, entre autres, Charlie Chaplin, Lillian Hellman, Joris Ivens, à Carnegie Hall, à New York, pour appuyer l'« Artist's Front to Win the War » (Front des artistes pour gagner la guerre). De nombreuses interventions publiques suivront.

  • 27 avril 1946 Avant-première, à l'opéra de Boston, de la superproduction de Welles Le Tour du monde en 80 jours, d'après Jules Verne.

  • 2 juillet 1946 Sortie du Criminel.

  • 30 mai 1948 Sortie de La Dame de Shanghai, avec Rita Hayworth et Orson Welles.

  • 1948 À partir de cette époque, Welles continue à monter des pièces, écrit des romans, réalise des émissions pour la télévision. Surtout, il joue régulièrement dans de nombreuses productions pour financer ses projets personnels.

  • Septembre 1948 Macbeth, tourné en 23 jours et interprété par le metteur en scène, est présenté au festival de Venise mais retiré avec les autres films américains à la demande de l'ambassadeur des États-Unis.

  • Juin 1949-février 1950 Tournage sans cesse interrompu, faute d'argent (avec Orson Welles dans le rôle-titre) d'Othello, au Maroc, en Italie (Venise, Viterbe, Rome)...

  • Avril 1950 Le Troisième Homme, de Carol Reed. Aux côtés de Joseph Cotten et Alida Valli, Orson Welles tient là un de ses rôles les plus fameux. Le film obtient la palme d'or à Cannes.

  • Mai 1952 Othello obtient la palme d'or à Cannes.

  • Mars 1955 Sortie de Monsieur Arkadin, avec Orson Welles dans le rôle-titre.

  • Février 1958 Sortie de La Soif du mal, avec Orson Welles, Charlton Heston, Janet Leigh et Marlene Dietrich. Le film est en partie remanié par la production.

  • 1960 Welles laisse inachevé son Don Quixote, d'après Cervantès, commencé quatre ans plus tôt.

  • 21 décembre 1962 Sortie du Procès, d'après Franz Kafka, avec Anthony Perkins, Jeanne Moreau et Orson Welles.

  • 25 septembre 1963 Welles interprète le rôle du metteur en scène dans La Ricotta, le sketch de Pier Paolo Pasolini tourné pour le film collectif Rogopag.

  • 8 mai 1965 Falstaff (Chimes at Midnight), écrit par Welles à partir de plusieurs pièces de Shakespeare, est présenté à Cannes.

  • 1967-1970 Welles tourne The Deep, inachevé.

  • 24 mai 1968 Une histoire immortelle, d'après Karen Blixen, avec Jeanne Moreau et Orson Welles, est présenté à la télévision française, puis en salle.

  • 1970-1976 Tournage et montage de The Other Side of the Wind.

  • Septembre 1974 Vérités et mensonges (F for Fake) est présenté aux festivals de San Sebastian et de New York.

  • 1979 Orson Welles achève Filming Othello pour la télévision ouest-allemande.

  • 10 octobre 1985 Mort d'Orson Welles d'une crise cardiaque à Hollywood.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  WELLES ORSON (1915-1985)  » est également traité dans :

WELLES ORSON

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 2 371 mots
  •  • 2 médias

Que l'avènement de Citizen Kane en 1941 marque une date dans l'évolution du cinéma, nul n'en doute plus aujourd'hui. Pourtant, Orson Welles n'a réalisé que douze films depuis Citizen Kane (si l'on excepte les inédits, les projets inachevés, les collaborations aux œuvres d'autres réalisateurs). Entre ces films, on […] Lire la suite

CITIZEN KANE, film de Orson Welles

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 937 mots
  •  • 2 médias

Premier long-métrage d'un wonder boy de vingt-cinq ans, Citizen Kane est un film atypique pour des raisons multiples. Bien que débutant dans le cinéma, Orson Welles (1915-1985) obtient de la RKO un contrat exceptionnel qui lui donne le contrôle du film, alors que, dans le systèm […] Lire la suite

CITIZEN KANE (O. Welles), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Connu pour ses mises en scène peu conformistes de Shakespeare et pour l'immense panique provoquée par son adaptation radiophonique de La Guerre des mondes, de H. G. Wells, un jeune homme de vingt-cinq ans, Orson Welles (1915-1985), obtient de la R.K.O. un contrat exceptionnel, qui lui laisse toute liberté – chose rarissime dans la pr […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Welles et Bogart »  : […] Le coup de force de Citizen Kane (1941) sera aussi déterminant pour les vingt années à venir que celui, en son temps, de Naissance d'une nation . En 1915 s'affirmait l'unité américaine ; en 1941, cette unité se brise en la personne d'un Américain exemplaire. Le journaliste qui enquête sur la personnalité fabuleuse du citoyen Kane ne réunit que des bribes, des cendres, le bric-à-brac hétéroclite d […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 666 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution du montage »  : […] Contrairement à ce que l'on pouvait attendre, le montage ne disparut pas avec la nouvelle vague, fille de Bazin et de Rossellini. Orson Welles, dans son film manifeste, Citizen Kane (1941) , utilisait déjà aussi bien le plan-séquence et la profondeur de champ mais aussi toutes les ressources anciennes et nouvelles du montage. Depuis la guerre, et plus encore depuis la fin des années 1960, le mon […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Retour à la lumière naturelle »  : […] En 1941, avec son opérateur Gregg Toland, Orson Welles ( Citizen Kane ) revenait à la fois à un certain expressionnisme de la lumière, mais en transformait le sens totalitaire par le recours au plan-séquence et surtout à la profondeur de champ. Ce dernier procédé, le plus important, permettait, à l'aide de nouveaux objectifs, de retrouver une netteté à tous les niveaux de profondeur de l'image et […] Lire la suite

COTTEN JOSEPH (1905-1994)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 739 mots
  •  • 1 média

Bel homme, au charme nonchalant, Joseph Cotten aurait pu être un jeune premier s'il n'avait entrepris sa carrière cinématographique à près de quarante ans. Sa distinction naturelle, son caractère policé, la gentillesse, voire la candeur, qui émane de sa personne lui ont interdit les rôles hauts en couleur et les caractères complexes que semblaient devoir lui valoir son visage, au regard clair et i […] Lire la suite

HAYWORTH RITA (1918-1987)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 860 mots
  •  • 3 médias

En période économique faste, les studios hollywoodiens avaient conçu un star-system draconien et hautement compétitif : chaque « major company » devait créer une vedette qui, en contrepartie, allait travailler sept ans sous la bannière de la firme. Sous la férule de Harry Cohn, dirigeant de la Columbia, Rita Hayworth devint la star la plus identifiable de l'après-guerre, la plus vulnérable aussi, […] Lire la suite

HERRMANN BERNARD (1911-1975)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 3 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une formation classique »  : […] Né le 29 juin 1911 à New York dans une famille juive d'origine russe, Bernard Herrmann reçoit une formation musicale classique en matière de composition et de direction à l'université de New York, où il est l'élève de Philip James et de Percy Grainger, puis à la Juilliard School of Music de New York, où il travaille la composition avec Bernard Wagenaar et la direction d'orchestre avec Albert Stoes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « WELLES ORSON - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/welles-reperes-chronologiques/