TARKOVSKI ANDREÏ(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

4 avril 1932 Naissance d'Andrei Tarkovski à Zavrajié, village du bord de la Volga proche d'Ivanovo. Son père est le poète Arseni Tarkovski.

1948-1956 Après les années de lycée où il suit les cours d'une école de musique, il s'intéresse également à la peinture, et étudie l'arabe à l'Institut des langues orientales. À partir de 1954, il travaille et étudie en Sibérie comme géologue.

1956-1960 Études au V.G.I.K. (Institut d'État du cinéma de Moscou) sous la direction de Mikhaïl Romm. Il réalise un court-métrage : Il n'y aura pas de feuille ce soir.

1960 Le Rouleau compresseur et le violon (moyen-métrage), film de fin d'études. Le thème de l'enfance y est déjà central.

1960-1962 Tarkovski prépare avec son camarade d'études au V.G.I.K., Mikhalkov Kontchalovski, le scénario et le tournage de L'Enfance d'Ivan, d'après des thèmes du récit de Vladimir Osipovich Bogomolov, Ivan.

1962 Lion d'or à Venise, L'Enfance d'Ivan est très attaqué par la critique de gauche en France, et défendu par Jean-Paul Sartre.

1965-1966 Tournage d'Andrei Roublev, évocation du peintre d'icônes dans la Russie du xve siècle.

18 février 1969 Première projection publique d'Andrei Roublev à la Maison du cinéma à Moscou.

Mai 1969 Refusé plusieurs fois aux festivals de Cannes et de Venise, Andrei Roublev est projeté à Cannes hors compétition et hors sélection nationale, en l'absence de la délégation soviétique.

1971 Sortie d'Andrei Roublev à Moscou.

Mai 1972 Présenté officiellement à Cannes, Solaris, adaptation du roman de science-fiction de Stanislaw Lem, déçoit et ne remporte qu'un prix spécial du jury.

1974 Tarkovski achève Le Miroir, film entièrement autobiographique.

19 janvier 1978 Sortie à Paris du Miroir, en présence de Tarkovski.

13 mai 1980 Projection à Cannes de Stalker, hors compétition.

19 mai 1980 Sortie de Stalker à Moscou.

1982 Tarkovski est autorisé à voyager en Italie, puis à y tourner Nostalghia.

1983 Nostalghia remporte le grand prix du cinéma de création à Cannes. La même année, Tarkovski met en scène l'opéra de Moussorgski Boris Godounov, à Covent Garden (Londres).

1984 Tarkovski annonce qu'il ne retournera pas en U.R.S.S.

1985 Tourne en Suède Le Sacrifice, son film-testament.

1986 Publie Le Temps scellé, réflexions sur le cinéma.

Mai 1986 Le Sacrifice reçoit à Cannes le grand prix spécial du jury, le prix de la meilleure contribution artistique, le prix de la Fipresci (critique internationale) et le prix du jury œcuménique.

29 décembre 1986 Mort d'Andrei Tarkovski à Paris.

—  Joël MAGNY

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  TARKOVSKI ANDREÏ (1932-1986)  » est également traité dans :

TARKOVSKI ANDREÏ

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Sept longs métrages auront suffi pour imposer Andrei Tarkovski comme l'un des plus importants cinéastes de notre temps. Par ses sujets, ses registres et ses styles, son œuvre, au premier abord, nous apparaît hétérogène. Quels liens nouer, en effet, entre la fresque historique d'Andrei Roublev, insérée dans une chronique de la Russie soumise au joug des Tartares à l'aube du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-tarkovski/

LE SACRIFICE, film de Andreï Tarkovski

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 900 mots

Fils et petit-fils de poètes, Andreï Tarkovski (1932-1986) opte pour le cinéma, après avoir envisagé la musique et la peinture. Il suit le cursus de la grande école de cinéma de Moscou, le V.G.I.K., mais se révèle vite un produit atypique de son enseignement ; son premier film, L'Enfance d'Ivan (Ivanovo dietsvo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacrifice/#i_84116

LE SACRIFICE (A. Tarkovski), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 207 mots

« Je considère que notre civilisation mourra du progrès matériel, à cause non pas des conséquences physiques, mais bien plutôt des conséquences spirituelles qui en résultent. » Cette réflexion est à l'origine du dernier film d'Andrei Tarkovski (1932-1986), un des rares cinéastes à l'inspiration authentiquement et ouvertement religieuse qu'ait connus le cinéma de la fin du xx […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacrifice-a-tarkovski-en-bref/#i_84116

MÈRE ET FILS (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 403 mots

Dans Le Temps scellé , évoquant les « génies » du cinéma, Andrei Tarkovski plaçait Alexandre Sokourov aux côtés de Jean Vigo, Robert Bresson, Luis Buñuel, Satyajit Ray et Mizoguchi Kenji. La beauté de Mère et fils (1997) confirme la lucidité de ce jugement. L'auteur de Stalker souhaitait que « le cinématographe arrive à fixer le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mere-et-fils/#i_84116

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_84116

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 169 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vieille Russie et stagnation »  : […] Tandis que les cinéastes des républiques redécouvrent leurs réalités et leur identité nationales, les cinéastes russes signifient le rapport douloureux et ancien de la Russie à l'Europe : ainsi Mikhalkov-Kontchalovski dans son adaptation de Tourgueniev, Un nid de gentilshommes (1969). Kontchalovski se fait le chantre de la Russie, soviétique ou ancienne, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-russe/#i_84116

SOKOUROV ALEXANDRE (1951- )

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 144 mots
  •  • 1 média

« Il est peu de génies dans le cinéma : Bresson, Mizoguchi, Vigo, Buñuel, Satyajit Ray, Sokourov... ». Le premier, il y a trente ans, Andreï Tarkovski ( Le Temps scellé , Éditions de l'Étoile-Cahiers du cinéma,1989) a reconnu et admiré le grand talent d'Alexandre Sokourov, hier voué à l'obscurité en Russie, aujourd'hui reconnu comme le cinéaste russe le plus estimé dans le mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sokourov/#i_84116

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « TARKOVSKI ANDREÏ - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarkovski-reperes-chronologiques/