WESTERN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plus qu'un genre éminemment populaire – une histoire de feu et de sang avec des hommes à cheval et des paysages grandioses –, plus qu'un combat manichéen entre le bien et le mal, le western est l'expression d'un milieu culturel particulier, celui des États-Unis d'Amérique. Étroitement lié à une expérience collective – la conquête de l'Ouest –, le western supporte une tradition nationale qu'il exalte ou critique, transforme en épopée ou démystifie, mais hors de laquelle il ne saurait exister. Le western italien, dès lors qu'il n'utilise qu'un moule vide, ne peut en aucun cas retenir l'attention : il n'est qu'un sous-produit frelaté dont le développement correspond aux seules ambitions mercantiles. Sans enracinement dans la civilisation américaine, il n'y a pas de western : sous des dehors changeants, le cow-boy ou le gun-man nous renvoient sans cesse l'image du Nouveau Monde.

Western

Western

Photographie

Un duel au pistolet entre deux cow-boys dans un western du réalisateur américain William Wyler (1902-1981), en 1958. Photographie de Ernst Haas. 

Crédits : Ernst Haas/ Getty Images

Afficher

L'espace et le temps

Le western peut se définir dans l'espace et dans le temps. Géographiquement, son aire naturelle coïncide avec l'ouest des États-Unis, mais, de par la nature nomade des héros qui le peuplent, son domaine s'est étiré vers le nord jusqu'en Alaska (Le Grand Sam, North to Alaska, Henry Hathaway, 1960) et vers le sud, où le Mexique offre un cadre de plus en plus fréquemment utilisé. Toutefois, le centre de gravité demeure aux États-Unis au moins par la nationalité des protagonistes. Les films tournés au Mexique (Vera Cruz, Robert Aldrich, 1954 ; Les Professionnels, The Professionnals, Richard Brooks, 1966 ; Les Cent Fusils, Hundred Rifles, Tom Gries, 1968 ; La Horde sauvage, The Wild Bunch, Sam Peckinpah, 1969), ou même en Bolivie (Butch Cassidy et le Kid, Butch Cassidy and the Sundance Kid, George Roy Hill, 1969) ne sont des westerns q [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Western

Western
Crédits : Ernst Haas/ Getty Images

photographie

Vol du rapide, E. S. Porter

Vol du rapide, E. S. Porter
Crédits : Picture Post/ Getty Images

photographie

John Ford

John Ford
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Charge héroïque

La Charge héroïque
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  WESTERN  » est également traité dans :

ALTMAN ROBERT (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 240 mots

Dans le chapitre « Une esthétique iconoclaste »  : […] Robert Altman est né le 20 février 1925 à Kansas City (Missouri). Fils d'un courtier en assurances et d'une descendante des pèlerins du Mayflower, Robert Altman sort de l'université du Missouri avec un diplôme d'ingénieur-mathématicien et entre à la Wentworth Military Academy. Pilote de bombardiers durant la Seconde Guerre mondiale, il produit, réalise et monte, de 1947 à 1956, à Kansas City, des […] Lire la suite

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 314 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La bande dessinée en Europe de 1940 à 1960 »  : […] Outre la France et la Belgique, deux pays européens ont, dans les années 1940 et 1950, une production importante, tant en quantité qu'en qualité : l'Italie et la Grande-Bretagne. En Italie, les années 1940 sont dominées par Dick Fulmine (en français Alain la Foudre ), justicier à l'idéologie fasciste créé en 1938 par Carlo Cossio (1907-1964), et par les bandes d'aventures exotiques de Franco Capr […] Lire la suite

BERNSTEIN ELMER (1922-2004)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 847 mots

Il est l'auteur d'une des plus célèbres musiques de film, celle des Sept Mercenaires . Mais le compositeur et chef d'orchestre américain Elmer Bernstein est aussi – aux côtés de ses compatriotes Alex North et Bernard Herrmann – un des protagonistes du renouveau du langage musical cinématographique qui s'opère dans les années 1950 : jusqu'à cette époque, en effet, les compositeurs d'Hollywood, qui […] Lire la suite

BOETTICHER BUDD (1916-2001)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 618 mots

Né le 29 juillet 1916 à Chicago, dans l'Illinois, Oscar Boetticher Jr. poursuit ses études à l'université de l'Ohio avant d'entreprendre une carrière de joueur de football américain. Au milieu des années 1930, alors qu'il est en convalescence au Mexique, il se découvre une telle passion pour la tauromachie qu'il l'étudie avec le torero Lorenzo Garcia, avant de devenir à son tour torero professionn […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Scénario

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 562 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une histoire des histoires au cinéma »  : […] Le cinéma muet employait déjà le scénario préétabli, mais disposait d'une certaine marge pour le remanier après tournage, en modifiant simplement le texte des intertitres : véritable inclusion d'un texte écrit à l'intérieur du film, l'intertitre ne se bornait pas à donner l'essentiel des dialogues ; comme dans la bande dessinée, il jouait un rôle narratif, présentant les personnages, exposant les […] Lire la suite

CLIFT MONTGOMERY (1920-1966)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 651 mots
  •  • 1 média

Montgomery Clift est né le 17 octobre 1920 à Omaha (Nebraska). Acteur américain réputé pour la profondeur émotionnelle et la vulnérabilité qu'il apporte à ses rôles, il participe, avec Marlon Brando et James Dean, à la définition d'un nouveau paradigme de héros du cinéma américain. Clift connaît une enfance non conventionnelle. Sa famille déménage fréquemment et il passe beaucoup de temps en Europ […] Lire la suite

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 637 mots
  •  • 3 médias

L'image du « cavalier de l'Ouest » vertueux et héroïque reste attachée à Gary Cooper, même si un quart seulement de sa carrière fut consacré au western. Pour toute une génération de cinéphiles des années 1950 et 1960, pour lesquels le western fut, selon l'expression d'André Bazin, « le cinéma américain par excellence », il incarne l'ex-shérif Kane de High Noon ( Le train sifflera trois fois , 1 […] Lire la suite

DAVES DELMER (1904-1977)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RIEUPEYROUT
  •  • 980 mots

Parti de sa base californienne, un sous-marin américain se glisse furtivement dans la baie de Tōkyō, y débarque des observateurs puis rejoint son port d'attache, au terme d'une mission particulièrement hardie et mouvementée. Filmé dans un style documentaire empruntant ses éléments dramatiques aux seules données de cet épisode authentique de la Seconde Guerre mondiale, Destination Tokyo (1944) va […] Lire la suite

EASTWOOD CLINT (1930- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 728 mots
  •  • 3 médias

Inconnu en Europe avant le triomphe, en 1964, de Pour une poignée de dollars ( Per un pugno di dollari ), ce good guy de la série télévisée westernienne à succès Rawhide (1959-1965) était déjà apprécié du public américain. La trilogie de Sergio Leone, qui se poursuit avec Et pour quelques dollars de plus ( Per qualche dollaro in più , 1965) et Le Bon, la Brute et le Truand ( Il  buono , il […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le passage du western au fantastique et à la science-fiction »  : […] Fait capital, le western, qu'André Bazin qualifiait de « cinéma américain par excellence », tend à disparaître comme genre de référence. Les westerns des années 1970 et 1980 sont d'abord marqués par la mauvaise conscience américaine – liée à l'échec au Vietnam, qu'illustrent des films tels qu' Apocalypse Now (1979) de Coppola ou The Deer Hunter (1978) de Michael Cimino  – et sont centrés sur l […] Lire la suite

FORD JOHN (1894-1973)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 1 731 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Retour au western »  : […] En 1939, Ford revient au western, genre que, après l'avoir abondamment pratiqué, il avait abandonné depuis 1926. Ce retour à un genre qui a fait la notoriété du réalisateur et qu'il a négligé pendant plus de dix ans est peut-être l'annonce d'un changement. Stagecoach ( La Chevauchée fantastique ) accomplit la période « classique » de Ford mais ouvre aussi une autre voie. Il s'agit en effet du pr […] Lire la suite

FULLER SAMUEL (1911-1997)

  • Écrit par 
  • François GUÉRIF
  •  • 1 105 mots

Samuel Michael Fuller est né le 12 août 1912 à Worcester, dans le Massachusetts, à quatre-vingt kilomètres de Boston. Élevé à Manhattan, il commence très tôt à travailler pour le New York Journal , comme coursier puis comme journaliste. En 1929, il est le plus jeune reporter affecté aux affaires criminelles de New York. Puis il voyage à travers le pays et travaille à Philadelphie, Harrisburg, Chic […] Lire la suite

HATHAWAY HENRY (1898-1985)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 621 mots
  •  • 1 média

Cinéaste américain, né à Sacramento (Californie). Fils d'un comédien et lui-même initié de bonne heure au théâtre, il tente sa chance au cinéma, mais comme accessoiriste et scénariste, avant de mettre en scène des westerns de séries B pour Paramount (1929-1934). Sa vraie chance lui vient lorsqu'il dirige le « recollage » des Trois Lanciers du Bengale , film dont la partie « documentaire » avait ét […] Lire la suite

HAWKS HOWARD (1896-1977)

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 2 057 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un gabarit « hors catégorie » »  : […] On ne peut entièrement le suivre lorsqu'il prétend s'intéresser aux « gens normaux ». Ils sont normaux, certes, par leurs réactions. Hawks prend le plus grand soin d'en affaiblir la portée morale ou dramatique à force d'humour et de retenue. C'est un principe chez lui : « Jouer toujours à fond en sens contraire de la scène. » Mais tous les hommes de métier, et tous les séducteurs connaissent le po […] Lire la suite

L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE, film de John Ford

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 958 mots

Si l'on excepte un épisode de La Conquête de l'Ouest ( How the West Was Won , 1963), tourné peu après par Ford, c'est le dernier western d'un homme qui en avait réalisé un grand nombre, au cours d'une quarantaine d'années. Le titre, délibérément sans originalité, se calque sur un schème banal, L'Homme qui..., L'Homme au...  ; John Ford (1894-1973) se rattrape sur le nom, inattendu, de la victime, […] Lire la suite

L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE (J. Ford), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 227 mots

John Ford (1894-1973) fut l'un des artisans majeurs de la mythologie du Far West, avec des films comme Le Cheval de fer (1924), La Chevauchée fantastique (1939) ou La Poursuite infernale (1946). Dans L'Homme qui tua Liberty Valance (1962), il reprend la thématique qui fonde le western depuis les origines : la lutte entre la liberté individuelle, si chère aux Américains, et la civilisation, ent […] Lire la suite

IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'OUEST, film de Sergio Leone

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 169 mots

Depuis Pour une poignée de dollars ( Per un pugno di dollari , 1964), signé du pseudonyme Bob Robertson, le réalisateur italien était déjà célèbre dans le monde entier pour ses westerns dits « spaghettis » violents, cyniques et stylisés, dont le héros, taciturne et marmoréen, était toujours Clint Eastwood. Il était une fois dans l'Ouest ( Once Upon a Time in the West ) fut sa première superprodu […] Lire la suite

ITALIE - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 7 718 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du cinéma italien (1960-1980) »  : […] Au début des années 1960, le cinéma italien affiche une éclatante santé. On peut en voir une preuve dans les films envoyés au festival de Cannes : La dolce vita (Fellini) et L'avventura (Antonioni) en 1960, La Fille à la valise (Zurlini), La ciociara (V. De Sica), La viaccia (Bolognini) en 1961, Divorce à l'italienne (Germi) et L'Éclipse (Antonioni) en 1962, Huit et demi (Fellini), Le G […] Lire la suite

JEREMIAH JOHNSON, film de Sydney Pollack

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 902 mots

Au début des années 1970, le western avait évolué vers deux sous-genres antagonistes, d'un côté le « western spaghetti », de l'autre une série de films qui tentaient de peindre sous un jour réaliste l'histoire du Wild West américain. Même si Jeremiah Johnson fut plaisamment rebaptisé pour le marché italien « Corbeau Rouge, tu n'auras pas mon scalp », il appartient au second genre. La vie d'un pe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « WESTERN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/western/