ZHANG YIMOU (1950- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Zhang Yimou est né le 14 novembre 1950 à X'ian, province de Shaansi, en République populaire de Chine. Il est âgé de seize ans quand éclate la révolution culturelle. Il est de fait obligé d'abandonner ses études et de travailler dans des fermes ou des fabriques. C'est au cours de cette période qu'il se découvre un intérêt pour la photographie. Aussi, quand l'évolution de la situation politique le lui permet, s'inscrit-il pour suivre les cours de l'Institut de cinéma de Pékin après la réouverture de celui-ci, en 1978. Mais comme il est de cinq ans trop âgé, l'âge limite d'inscription étant de vingt-trois ans, sa candidature est rejetée. Pourtant, face à sa détermination à intégrer l'école, le ministère de la Culture finit par l'admettre dans la section « image ».

Diplômé en 1982, Zhang Yimou commence une activité de chef opérateur au studio Guangxi en éclairant Un et huit de Zhang Junzhao (1983), puis Terre jaune (1984) et La Grande Parade (1986), tous deux de Chen Kaige, futur auteur d’Adieu ma concubine (1993), qui fut son condisciple à l'Institut. Cette activité lui donne progressivement envie de passer à la réalisation. C'est alors que la proposition lui est faite, par une autre structure de production, d'assurer la photographie et de tenir le rôle principal pour Le Vieux Puits de Wu Tianming (1986) ; son interprétation lui vaut d'obtenir le prix pour le meilleur acteur au festival de Tōkyō en 1987.

Cette même année 1987, Zhang passe à la réalisation avec Le Sorgho rouge, dans lequel il tient aussi un rôle, au côté de son épouse, la comédienne Gong Li, qui sera l'interprète féminine principale de tous ses films jusqu'en 1995. Avec cette histoire, bâtie sur le mariage forcé d'une jeune fille à un riche propriétaire plus âgé qu'elle, il révèle un réel talent de cinéaste, manifeste dans le sens aigu de la mise en scène, de la mise en espace de ses personnages, du rythme, généralement lent, de la narration – qualités magnifiées par le raffinement de la composition des cadres, le traitement plastique de la couleur, la riches [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Autres références

«  ZHANG YIMOU (1950- )  » est également traité dans :

ÉPOUSES ET CONCUBINES, film de Yimou Zhang

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 974 mots

Fils d'un officier du Kuomintang, Zhang partait avec un lourd handicap dans la Chine communiste ; « rééduqué » à la campagne durant la révolution culturelle, il n'entre qu'à vingt-sept ans à l'école de cinéma de Pékin, après avoir appris la photo en autodidacte. Lorsqu'il obtient son diplôme, en 1982, c'est l'heure de la « cinquième génération », la nouvelle v […] Lire la suite

CHINOIS CINÉMA

  • Écrit par 
  • Régis BERGERON, 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 415 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À l’écoute des mutations »  : […] La renaissance du cinéma chinois avait commencé en mai 1978, avec la réouverture de l’Académie du cinéma de Pékin, fermée pendant la révolution culturelle. La première promotion accueillera Zhang Yimou (section photo) et Chen Kaige (section réalisateur), figures majeures de la cinquième génération. Le choc de la découverte en 1985 au festival de Locarno du film Terre jaune de Cheng Kaige, dont […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - Cérémonies d'ouverture

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Les jeux Olympiques de Londres, en 1908, sont marqués par une innovation : à l'occasion de la cérémonie d'ouverture, laquelle se déroule le 13 juillet sous un ciel assombri par la pluie, les sportifs de chaque pays défilent derrière leur drapeau national. Cette procession est certes marquée par divers incidents (les Finlandais refusent de défiler derrière l'oriflamme de la Russie, leur suzeraine  […] Lire la suite

Les derniers événements

Chine. Condamnation de la journaliste Zhang Zhan. 28 décembre 2020

Un tribunal de Shanghaï condamne la journaliste Zhang Zhan, arrêtée en mai, à quatre ans de prison pour « provocation de troubles ». Elle avait publié sur les réseaux sociaux des témoignages recueillis à partir de février à Wuhan, épicentre de l’épidémie de Covid-19 dans le pays, qui illustraient […] Lire la suite

Chine. Radicalisation de la situation à Hong Kong. 1er-30 août 2019

de quelque cinq cents responsables politiques et économiques chinois et hongkongais à Shenzhen, sur l’initiative du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, illustre la préoccupation de Pékin au sujet de la crise dans la RAS. Celle-ci est qualifiée par Zhang Xiaoming, directeur de ce bureau […] Lire la suite

France. Condamnation des meurtriers d’un couturier chinois. 19 juin 2018

La cour d’assises des mineurs de Seine–Saint-Denis condamne les deux meurtriers du couturier chinois Chaolin Zhang, en août 2016 à Aubervilliers, qui avaient dix-neuf et dix-sept ans au moment des faits, à dix et quatre ans de prison pour vol avec violences ayant entraîné la mort, avec la circonstance aggravante de « racisme ». […] Lire la suite

France. Condamnation de l’agresseur d’un couturier chinois à Aubervilliers. 10 novembre 2017

Le tribunal pour enfants de Bobigny condamne à cinq ans de prison, dont deux ferme, le mineur qui avait agressé un couturier chinois, Chaolin Zhang, à Aubervilliers (Seine–Saint-Denis), en août 2016. L’agresseur est reconnu coupable de vol avec violence ayant entraîné la mort, avec la circonstance aggravante du caractère raciste de son acte. […] Lire la suite

France. Manifestation de la communauté chinoise. 4 septembre 2016

par la mort d’un artisan couturier chinois, Chaolin Zhang, agressé à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) le 7 août, cette initiative est une réaction à la multiplication des agressions contre les Asiatiques en Île-de-France, ainsi qu’aux préjugés dont ceux-ci se disent victimes. Les élus politiques et les associations antiracistes sont peu représentés à la manifestation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GAREL, « ZHANG YIMOU (1950- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-yimou-1950/