HITCHCOCK ALFRED (1899-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hitchcock aura donc triomphé sur tous les plans. Non seulement la plupart de ses films ont été des succès : il a peu à peu imposé le respect. Il a su plaire, amuser, émouvoir, et en même temps susciter les travaux les plus savants. Comme si la clarté de ses cinquante-trois films cachait un secret. Le « cinéma selon Hitchcock » – pour reprendre la belle formule de Truffaut – est si simple, si évident qu'il défie le spectateur et le critique. Ou bien il ne faut pas chercher au-delà de l'intrigue : il suffit d'accepter le jeu du suspense et ses règles (c'est ce qu'on a cru longtemps) ; ou bien ce jeu dissimule un univers : alors c'est du très grand art, même si les sujets sont minces (ce que personne ne conteste plus).

Alfred Hitchcock

Photographie : Alfred Hitchcock

Photographie

Le réalisateur britannique Alfred Hitchcock (1899-1980) devant le tableau où figure une partie des dialogues de son film Les Enchaînés (Notorious), en 1946. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty images

Afficher

Un maître à filmer

Né à Londres le 13 août 1899, Hitchcock a fait ses études chez les jésuites, au St. Ignatius College. Il s'oriente d'abord vers une carrière d'ingénieur et travaille à la compagnie télégraphique Henley en même temps qu'il apprend le dessin à l'université de Londres. Très jeune, il s'intéresse au théâtre et au cinéma. La Compagnie télégraphique lui confie les illustrations d'annonces publicitaires. Une société de cinéma l'engage pour dessiner les intertitres des films muets. Il écrit des scénarios et devient assistant. En 1925, il réalise son premier film The Pleasure Garden. C'est en 1940 que commence sa carrière américaine avec Rebecca.

Rebecca, d'Alfred Hitchcock

Photographie : Rebecca, d'Alfred Hitchcock

Photographie

Joan Fontaine et Laurence Olivier dans Rebecca (1940), d'Alfred Hitchcock. 

Crédits : Twentieth Century-Fox Film Corporation/ Collection privée

Afficher

Au cours des années cinquante, les critiques des Cahiers du cinéma – Chabrol, Rohmer, Truffaut, Godard, Douchet – contribuent à découvrir l'unité profonde de l'œuvre de Hitchcock. Pour eux, chaque film de Hitchcock repose sur une sorte de « postulat formel ». Désormais, la cause est entendue. Hitchcock est devenu un maître à filmer.

Pourtant, il n'est pas sûr que sa simplicité ait fait école. S'il y a deux sortes d'artistes, les « simplifieurs » et les « compliqueurs », les premiers sont de plus en plus rares. Hitchcock en est le représentant le plus accompli, avec John Ford, Howard Hawks, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Alfred Hitchcock

Alfred Hitchcock
Crédits : Hulton Archive/ Getty images

photographie

Rebecca, d'Alfred Hitchcock

Rebecca, d'Alfred Hitchcock
Crédits : Twentieth Century-Fox Film Corporation/ Collection privée

photographie

La Mort aux trousses, A. Hitchcock

La Mort aux trousses, A. Hitchcock
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer/ Getty Images

photographie

Grace Kelly

Grace Kelly
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-V-René-Descartes, critique de cinéma

Classification

Autres références

«  HITCHCOCK ALFRED (1899-1980)  » est également traité dans :

VERTIGO, film de Alfred Hitchcock

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 956 mots

De tous les cinéastes qui ont fait le cinéma classique hollywoodien, c'est Alfred Hitchcock (1899-1980) qui a eu l'ambition la plus complète, puisqu'il voulait captiver le spectateur autant par la forme du film que par le récit. Très tôt, il a travaillé des modes du récit, au premier chef le suspense, auquel son nom reste attaché […] Lire la suite

VERTIGO (A. Hitchcock), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 206 mots

Avec Vertigo (Sueurs froides, 1958), Alfred Hitchcock pousse à son comble sa conception du suspense. La profondeur psychologique de l'intrigue, inspirée d'un roman de Boileau et Narcejac, le confirme définitivement comme un immense cinéaste à la fois populaire et expérimental. Le suspense n'a plus seulement po […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le complexe américain »  : […] L'un des problèmes séculaires du cinéma britannique est sa rivalité complice, sa relation d'amour-haine avec Hollywood. Dès les années 1910, le cinéma américain impressionne le public anglais, phénomène qui s'accentuera avec le parlant, grâce à la langue qui leur est commune, et malgré les efforts des autorités pour favoriser la production nationale par un système de quotas. Durant les années 193 […] Lire la suite

CHABROL CLAUDE (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 525 mots
  •  • 1 média

Des cinéastes de la Nouvelle Vague, Claude Chabrol est le plus inclassable. Il n'a ni le romantisme réfléchi de Truffaut, ni la modernité affichée de Godard, ni l'ascétisme quasi mystique de Rivette, ni la rigueur obsessionnelle de Rohmer. Si certains projets attendent le moment propice pour éclore, il préfère tourner n'importe quoi plutôt que de ne pas tourner, comme un sportif ne cesse de s'entr […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le cinéma hollywoodien : l'illusion reine »  : […] Bien plus complexe est la stratégie développée par le cinéma hollywoodien pour attirer le public, le séduire et réduire autant que possible sa marge de manœuvre. Elle est essentiellement d'ordre économique. L'organisation du travail, lointainement inspirée du taylorisme, et sa répartition rigoureuse sous l'égide des grands studios ont pour but de canaliser l'imagination des réalisateurs vers une e […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'avènement du sonore »  : […] L'avènement du sonore mit un terme à ces pratiques aléatoires qui ne peuvent que laisser perplexe dans la mesure où d'une salle à l'autre la perception que le spectateur avait des images pouvait s'avérer différente. Toutefois, il créa de nouveaux problèmes. Une question fondamentale se posa en effet : dès lors que tous les sons émis à l'image étaient audibles, comment justifier la présence d'une m […] Lire la suite

CRITIQUE DE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 021 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat autour des notions d'auteur et de mise en scène »  : […] Deux publications préparent la naissance d'une critique moderne. L'Écran français (1943-1953), né sous la clandestinité, et d'abord abrité par Les Lettres françaises , devient rapidement un hebdomadaire indépendant de ses origines politiques comme de la publicité cinématographique. Dans cet espace de liberté, sous la direction de Jean-Pierre Barrault et Jean Vidal, s'affrontent les « anciens », r […] Lire la suite

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le mythe transformé : le néogothique »  : […] À la fin des années 1960, Angela Carter commence à publier des récits très originaux, fondés en partie sur une réinterprétation ironique de motifs comme la maison gothique, espace domestique carcéral et aliénant pour la femme. Dans The Bloody Chamber and Other Stories (1979), elle réécrit des contes de fées canoniques comme « Le Petit Chaperon rouge » ou « Barbe-Bleue », symbole du pouvoir patr […] Lire la suite

GRANGER FARLEY (1925-2011)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  • , Universalis
  •  • 411 mots

L' acteur américain Farley Granger figura en tête d'affiche de deux des films les plus connus d'Alfred Hitchcock, Rope (1948, La Corde ), dans lequel il incarne un des deux meurtriers face à James Stewart qui les percera à jour, et Strangers on a Train (1951, L'Inconnu du Nord-Express ), où il interprète le rôle d'un célèbre joueur de tennis qui se laisse involontairement embarquer dans un pact […] Lire la suite

GRANT ARCHIBALD ALEXANDER LEACH dit CARY (1904-1986)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 918 mots
  •  • 2 médias

Si, dans les années 1930, le cinéma italien avait créé un univers de « téléphones blancs », Hollywood, dans ses films, avait également su concevoir un environnement sans aspérités, où les stars évoluaient avec élégance et nonchalance, tout en s'adaptant aux situations les plus trépidantes des screwball comedies . Le jeune comédien Cary Grant (de son vrai nom Archibald Leach), de nationalité anglai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean COLLET, « HITCHCOCK ALFRED - (1899-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-hitchcock/