L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Luis Buñuel (1900-1983) rêve qu'un nuage effilé coupe la lune, comme un rasoir tranche un œil ; Salvador Dalí, que des fourmis envahissent une main. Ils réalisent Un chien andalou (1928), avec l'argent que leur donne la mère de Buñuel. Coup d'essai, coup d'éclat : les surréalistes, alertés par Man Ray, adoptent le film et ses auteurs ; les Noailles, mécènes éclairés, proposent à Buñuel de produire un autre film, pourvu que la musique soit de Stravinski. Ce sera L'Âge d'or, sans Stravinski, ni Dalí qui n'apporte que quelques suggestions. Le premier film était, selon son auteur, « un désespéré, un passionné appel au meurtre », celui-ci est « un film d'amour fou ». L'un et l'autre font, pour toujours, de Buñuel le réalisateur surréaliste par excellence. « Ce qui m'est resté du surréalisme, c'est une exigence morale claire et irréductible à laquelle j'ai tenté de rester fidèle » (Mon Dernier Soupir, 1982). Plus tard, de Belle de jour (1967) à Cet Obscur Objet du désir (1977), l'appel au meurtre s'est teinté de beaucoup d'humour, l'amour fou est devenu plus discret ; la révolte contre l'ordre établi, y compris l'ordre symbolique, n'a jamais cessé.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-or/