ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de famille sans fortune, amateur de voitures, père de famille(s), Roberto Rossellini (1906-1977) est une figure inclassable dans les genres et les périodes du cinéma. Ses trois films de guerre : Le Navire blanc (La nave bianca, 1941), Un pilote revient (Un pilota ritorna, 1942), L'Homme à la croix (L'uomo dalla croce, 1942) ne sont pas plus des films fascistes que sa trilogie du lendemain de la guerre – Rome, ville ouverte (Roma, città aperta, 1945) ; Paisà, 1946 ; Allemagne année zéro (Germania anno zero, 1947) – ne constitue un cinéma de la résistance. Dans les uns et les autres, comme plus tard dans ses films avec Ingrid Bergman, il désire montrer la vie comme elle est, en prenant parti certes, mais un parti moral et personnel, jamais politique.

La réalisation, particulièrement opportuniste dans Rome à peine libérée, de ce premier film « de résistance » lui conféra une réelle aura. Sorti en Italie dès septembre 1945, le film eut un succès auquel n'était pas étrangère l'utilisation à contre-emploi d'Anna Magnani et d'Aldo Fabrizi, acteurs très populaires, mais spécialistes des rôles comiques. C'est le succès critique en France (y compris auprès des communistes, tels Georges Sadoul et Paul Eluard) qui permit à Rossellini d'échapper définitivement à l'étiquette de « fasciste ». Avec André Bazin et Jacques Rivette, une critique catholique et « phénoménologique » devait un peu plus tard trouver chez Rossellini son cinéma idéal.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  ROME, VILLE OUVERTE, Roberto Rossellini  » est également traité dans :

ROME VILLE OUVERTE (R. Rossellini)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 238 mots

En 1942, Luchino Visconti avait montré la voie en tournant Ossessione en décors naturels. Mais, avec Rome ville ouverte, les spectateurs du premier festival de Cannes, en 1946, découvrent un film, une esthétique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-ville-ouverte/#i_37983

MAGNANI ANNA (1908-1973)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 565 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une incarnation du tragique »  : […] La relative minceur qualitative de la filmographie n'a pas empêché Anna Magnani d'accéder au rang d'actrice mythique, le talent de la comédienne ayant suppléé à la fragilité de certains rôles. Magnani n'avait pas son pareil pour s'approprier un personnage, si modeste soit-il, pour en faire une création dans laquelle la femme faisait voler en éclats […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-magnani/#i_37983

NÉO-RÉALISME ITALIEN

  • Écrit par 
  • Giuditta ISOTTI-ROSOWSKY
  •  • 3 182 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Continuité ou rupture ? »  : […] Certains partages se donnent pour évidents. Ainsi de l'année 1945, avec d'un côté les désastres de la guerre, de l'autre le sentiment aigu d'un effondrement et aussi de la fin d'une époque. Aussi les contemporains des événements vont-ils mettre en œuvre cette notion de rupture. Le néo-réalisme se trouverait donc ramené à une brutale liquidation des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-realisme-italien/#i_37983

ROSSELLINI ROBERTO

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 2 490 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Au-delà du néoréalisme »  : […] Rome, ville ouverte ( Roma, città aperta , 1945) et Païsa (1946) sont unanimement considérés, aujourd'hui, comme des « films clés », dont le retentissement au lendemain de la Libération fut énorme : on possède peu de témoignages aussi poignants sur la souffrance d'un peuple, et où celle-ci soit plus sobrement représentée, tout en laissant apparaît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roberto-rossellini/#i_37983

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-ville-ouverte-roberto-rossellini/