ROSSELLINI ROBERTO(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 18 mai 1906 Naissance de Roberto Rossellini à Rome. Aîné de quatre enfants, il appartient à une famille aisée.

  • 1934 Premiers essais de cinéma, financés par Rossellini lui-même.

  • 1936 Prélude à l'après-midi d'un faune, censuré pour impudicité. Travaille comme scénariste et assistant pour La Fossa degli angeli, de Carlo Ludovico Bragaglia.

  • 1938-1940 Divers courts-métrages documentaires : Fantasia sottomarina, Il Ruscello di Ripasottile, Il Tacchino preponente.

  • 1938 Collaboration au scénario de Luciano Serra, pilota, de Goffredo Alessandrini, film de propagande produit par Vittorio Mussolini, fils du Duce. Le film remporte la coupe Mussolini à Venise, ex aequo avec Les Dieux du stade, de Leni Riefenstahl.

  • 1941 Réalisation du Navire blanc, supervisé et co-écrit avec l'amiral Francesco de Robertis. Coupe du parti national fasciste à Venise.

  • 1941-1942 Tournage d'Un pilote revient, produit par l'Alleanza cinematografica italiana (A.C.I.), que dirige Vittorio Mussolini, qui en écrit le scénario sous le nom de Tito Silvio Mirsoni.

  • 1942 Réalisation de L'Homme à la croix.

  • 1943 Rossellini commence le tournage de Desiderio (La Proie du désir), interrompu par la guerre, et terminé par Marcello Pagliero en 1946.

  • 1944-1945 Un projet de court-métrage sur un prêtre fusillé par les Allemands se transforme, avec la collaboration de Sergio Amidei et Federico Fellini, pour devenir Rome, ville ouverte. Si le film connaît un succès public mitigé, il est salué par la critique au premier festival de Cannes en 1946. Après Ossessione, de Luchino Visconti (1942), il représente une des premières expressions de ce qu'on va appeler le cinéma néo-réaliste.

  • 18 septembre 1946 Avant-première de Paisa au festival de Venise, qui évoque la remontée de l'Italie par les troupes alliées, de 1943 à 1945. Contrairement à ce qu'il avait fait dans Rome, ville ouverte, Rossellini privilégie ici le recours aux interprètes non professionnels.

  • 1947-1948 Tournage à Berlin, puis en studio à Rome, d'Allemagne, année zéro. Une nouvelle et poignante évocation de l'enfance clôt la « trilogie de la guerre » conduite par Rossellini.

  • 1947-1948 Tournage de La Voix humaine, court-métrage d'après la pièce de Jean Cocteau, et du Miracle, avec Federico Fellini (qui est à la fois acteur, scénariste, assistant-réalisateur). Les deux films, avec Anna Magnani, sortent sous le titre Amore.

  • Fin 1948 Déjà impressionnée par Rome, ville ouverte, Ingrid Bergman, star d'Hollywood, découvre Paisa et écrit à Rossellini.

  • 1949 Rossellini se rend à Hollywood pour rencontrer Ingrid Bergman. Mais les producteurs refusent de financer un film de lui. L'actrice fera scandale en suivant le metteur en scène en Italie et en l'épousant.

  • 1949 Tournage de Stromboli et première collaboration avec Ingrid Bergman. Pour contrer sa rivale, Anna Magnani interprète un film américain dirigé par William Dieterle sur un sujet et une île proches de Stromboli, Vulcano. Si les deux films sont mal accueillis, Ingrid Bergman triomphe médiatiquement en donnant le jour à un fils, Robertino.

  • 1950 Tandis qu'une campagne se développe aux États-Unis contre lui, Rossellini réalise Onze Fioretti de Saint François d'Assise.

  • 12 septembre 1952 Avant-première d'Europe 51 au festival de Venise, interprété par Ingrid Bergman.

  • Novembre 1952 Tournage, dans la villa des Rossellini à Santa Marinella, d'un sketch de Nous les femmes, « Ingrid Bergman », où l'actrice joue son propre rôle.

  • 1952-1953 Tournage de Où est la liberté ?, avec l'acteur comique Totò.

  • 1953 Tournage de Voyage en Italie, avec Ingrid Bergman et George Sanders. Si le film est un échec commercial, il rencontre un accueil enthousiaste de la part des Cahiers du cinéma.

  • 1953 Rossellini monte avec succès Otello, de Giuseppe Verdi, puis l'oratorio de Paul Claudel et Arthur Honegger Jeanne au bûcher au théâtre San Carlo de Naples.

  • 1954 Version pour le cinéma de Jeanne au bûcher, tandis que l'œuvre est représentée à Londres, Barcelone, Stockholm.

  • 5 novembre 1954 Sortie en Allemagne de La Peur, d'après le conte de Stefan Zweig, tourné à Munich. C'est le dernier film de Rossellini avec Ing [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  ROSSELLINI ROBERTO (1906-1977)  » est également traité dans :

ROSSELLINI ROBERTO

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 2 491 mots
  •  • 3 médias

« Il y a, d'une part, le cinéma italien, de l'autre Roberto Rossellini », écrivait naguère Jacques Rivette, pour bien marquer à quel point l'auteur de Voyage en Italie doit être distingué des autres cinéastes de son pays, situé en marge de l'école néoréaliste dont il fut pourtant l'un des pionniers. L'important, dit en substance R […] Lire la suite

ROME, VILLE OUVERTE, film de Roberto Rossellini

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 938 mots

Fils de famille sans fortune, amateur de voitures, père de famille(s), Roberto Rossellini (1906-1977) est une figure inclassable dans les genres et les périodes du cinéma. Ses trois films de guerre : Le Navire blanc (La nave bianca, 1941), Un pilote revient (Un pilota ritor […] Lire la suite

ROME VILLE OUVERTE (R. Rossellini)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 238 mots

En 1942, Luchino Visconti avait montré la voie en tournant Ossessione en décors naturels. Mais, avec Rome ville ouverte, les spectateurs du premier festival de Cannes, en 1946, découvrent un film, une esthétique, une attitu […] Lire la suite

AMIDEI SERGIO (1904-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 559 mots

Nous évaluons assez mal en France les mécanismes de la production cinématographique italienne, peu structurée de façon durable, notamment en ce qui concerne la place des scénaristes et surtout celle des soggiotori (« créateurs de sujets ») dont il n'y a guère d'équivalents ailleurs. Sergio Amidei a ainsi joué un rôle capital, et, à travers sa longue et diverse carrière, c'est tout le cinéma itali […] Lire la suite

BERGMAN INGRID (1915-1982)

  • Écrit par 
  • Hubert HARDT
  •  • 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un mélange de romantisme et de puritanisme »  : […] En 1937, Ingrid Bergman épouse Petter Lindström, jeune médecin, qui épaule ses projets, favorise ses débuts à l'étranger – notamment en Allemagne d'où elle s'échappe tôt, glacée par la peur qui régnait dans les studios nazis –, puis son envol vers Hollywood (en 1939). Plus tard, elle va découvrir en Roberto Rossellini l'inspirateur. En fait, la période italienne (1949-1956), qui s'avéra pour elle […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le jeune cinéma des années 1960 »  : […] La première génération du cinéma était née en même temps que le cinéma : un peu avant 1900. Il fallut attendre les années 1960 pour qu'elle cède le pas à la seconde génération, née, elle, en même temps que le cinéma parlant. Ce qui surprend, c'est que ce renouvellement s'est produit dans tous les pays à la fois. Et souvent avec plus d'efficacité dans les pays où l'industrie cinématographique étai […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 773 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années d'apprentissage »  : […] Né à Rimini en 1920, Federico Fellini débarque à Rome en 1939, après quelques mois passés à Florence où il s'est initié au journalisme. Espéra-t-il vraiment devenir grand reporter, après avoir, dans son enfance, tenté de suivre un cirque ? Dans l'état actuel de la « légende Fellini », on peut dire que le collaborateur régulier de l'hebdomadaire satirique Marc'Aurelio a songé au cinéma sitôt arriv […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 105 mots

20 janvier 1920 Naissance de Federico Fellini à Rimini, dans une modeste famille de la petite bourgeoisie. 1923-1938 Enfance paisible et études très moyennes au collège et au lycée de Rimini. Federico Fellini découvre le cinéma avec Maciste aux enfers , de Brido Grignone (1925) au cinéma Fulgor. Il se passionne pour le dessin, les fumetti (bandes dessinées) et l'histoire de l'art. Il dessine ég […] Lire la suite

GRUAULT JEAN (1924-2015)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 762 mots

Acteur, metteur en scène de théâtre, auteur dramatique, romancier, librettiste d’opéra, Jean Gruault a marqué l’histoire du cinéma par son travail de scénariste. S’il avait écrit pour des réalisateurs tels que Robert Enrico ou Gavin Millar, il était surtout de la famille de la nouvelle vague (via Rossellini, Rivette, Truffaut) et, plus globalement, des « cinéastes de la modernité » des années 196 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « ROSSELLINI ROBERTO - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rossellini-reperes-chronologiques/