THÉORÈME, film de Pier Paolo Pasolini

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pasolini (1922-1975) était accoutumé à déclencher le scandale, avec ses poésies ou ses romans, avec ses films, avec sa vie. Attaqué en justice pour offense à la religion (La Ricotta, 1963), il multiplie les précautions pour filmer son Évangile selon saint Matthieu (Il vangelo secondo Matteo, 1964), mais cette fois c'est la gauche laïque qui s'en prend à lui (en France, dans un article intitulé « Tonton Marx à Bethléem », Michel Cournot épingle le film projeté en avant première, à Paris, dans la cathédrale Notre-Dame). Venant après mai-68, Théorème (Teorema) choque moins : la société a un peu changé, et l'auteur est devenu plus respectable. C'est pourtant, avec Porcherie (Porcile, 1970), et avant le coup d'audace inimaginable de Salo ou les Cent Vingt journées de Sodome (Salo o le centoventi giornate di Sodoma, 1976), l'un de ses films les plus dérangeants : on y voit, littéralement, la bourgeoisie se déliter, abandonnant ses possessions (une usine est donnée aux ouvriers, utopiquement) et perdant ses mœurs. Signe des temps : ce fut son film le plus vu, et l'un de ceux que la critique traita avec le plus de considération.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  THÉORÈME, Pier Paolo Pasolini  » est également traité dans :

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Érôs et Thanatos »  : […] « Tu me tues, tu me fais du bien. » Les huit monosyllabes de ce leitmotiv harcelant d' Hiroshima mon amour , agressivement contradictoires, deviennent, dans la mémoire, chant profond, recomposent idéalement, au bénéfice de la simplicité, un film surchargé d'intentions. Par-delà la rhétorique des dialogues et du montage, par-delà les symboliques pluies de cendre couvrant les corps, ce chant demeure […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « THÉORÈME, film de Pier Paolo Pasolini », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theoreme/