Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Conscients de la force du cinéma comme instrument de propagande, les premiers dirigeants soviétiques avaient favorisé l'accès à la réalisation de jeunes réalisateurs acquis à la révolution, et formellement innovants. C'est en mars 1925 que la firme d'État Goskino lança la production d'une série de films pour célébrer l'anniversaire de la révolution de 1905, et la confia au réalisateur d'un film controversé mais remarqué, La Grève (Statchka, 1924). Le premier film de la série, Le Cuirassé « Potemkine » (Bronenosets Potyomkin), fut terminé juste à temps pour l'avant-première, au théâtre Bolchoï, le 24 décembre 1925. Il fut bien accueilli à Moscou, où il apparut comme exemplaire de la vitalité du cinéma soviétique, et de ce qu'on appelait déjà un peu partout « le montage à la russe ». Mais c'est le véritable triomphe obtenu à Berlin qui, d'un jeune cinéaste prometteur, fit de Serge Mikhailovitch Eisenstein (1898-1948) une vedette internationale, que Hollywood, quelques années plus tard, devait en vain tenter d'acclimater, et qui demeura, jusqu'à la fin de sa vie, en 1948, aux yeux de tous, le réalisateur du « Potemkine ».

Un drame en cinq actes : victoire de l'insurrection

Nurse hurlante, extrait du Cuirassé Potemkine - crédits : Films sans frontières, Paris

Nurse hurlante, extrait du Cuirassé Potemkine

Eisenstein était fier de sa construction en cinq parties, qu'il comparait à celle de la tragédie classique. 1. En rade d'Odessa, à bord du cuirassé, où règne la discipline la plus rigide, trente matelots refusent de manger une viande avariée servie au repas. 2. Ils sont condamnés à être fusillés. Mais l'un d'eux, Vakoulintchouk, exhorte les soldats qui doivent les exécuter, et renverse finalement la situation. Les marins jettent les officiers par-dessus bord et s'emparent du navire. 3. Le corps de Vakoulintchouk, tué durant l'émeute, est exposé sur le port d'Odessa, où les habitants viennent manifester leur sympathie aux insurgés. 4. Un détachement d'infanterie repousse les manifestants, et les massacre alors qu'ils tentent de se sauver dans les escaliers. 5. Le cuirassé répond en bombardant le Quartier général. L'escadre amirale arrive ; après un moment de suspense, elle laisse passer le « Potemkine », qui file vers la haute mer.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Jacques AUMONT. LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Nurse hurlante, extrait du Cuirassé Potemkine - crédits : Films sans frontières, Paris

Nurse hurlante, extrait du Cuirassé Potemkine

Autres références

  • LE CUIRASSÉ POTEMKINE (S. M. Eisenstein), en bref

    • Écrit par
    • 191 mots
    • 1 média

    Second film d'un jeune cinéaste de vingt-sept ans, S. M. Eisenstein (1898-1948) Le Cuirassé Potemkine a été classé à de nombreuses reprises « meilleur film du monde » par des jurys de cinéastes, historiens et critiques. En 1925, il vient surtout confirmer qu'un art nouveau est né, dans...

  • EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH (1898-1948)

    • Écrit par
    • 3 077 mots
    • 2 médias
    ...les années à venir, où la politique deviendra rituel. La Grève lui vaut en effet la commande d'une œuvre commémorant la révolution de 1905. C'est Le Cuirassé Potemkine, qui sort à la fin de la même année. Réalisé rapidement et dans l'improvisation pour respecter les délais de l'anniversaire,...