ALLEMAND CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéaste Volker Schlöndorff a suggéré que l'histoire du cinéma allemand était faite d'une série de ruptures esthétiques mais aussi d'une grande continuité dans le domaine de l'industrie cinématographique. L'alternance entre les phases les plus inventives, comme celles des années 1918-1933, voire le renouveau des années 1970, et la médiocrité des périodes de reflux – propagande et conservatisme du cinéma nazi, banalité du cinéma commercial des années 1950 en République fédérale – entretient, à l'évidence, des rapports étroits avec les bouleversements politiques dont l'Allemagne fut le théâtre au xxe siècle. Si la relation entre le cinéma et le pouvoir est bien connue pour ce qui concerne le régime national-socialiste, il faut également souligner la relation qui existe entre les grands films muets et l'effervescence créative des années de crise de la République de Weimar, ou encore l'obstination de la censure dans un pays, la R.D.A., qui est la seule démocratie populaire à ne pas avoir connu de vrai dégel culturel. Malgré la Réunification, le cinéma allemand, trop contrôlé peut-être par l'industrie audiovisuelle, peine longtemps à s'affirmer jusqu'à ce que de nouveaux auteurs puissent se frayer un chemin à partir des années 2000.

Genèse d'une grande puissance cinématographique

Tout au long des années 1890, dans le monde entier, ingénieurs, photographes, bricoleurs cherchent à donner le mouvement aux images. Une compétition a lieu en Europe en vue de la projection sur écran d'« images animées ». Max Skladanowsky et son frère Emil parviennent en 1895 à tourner de brèves lebende Photographien, et constituent un programme présenté dans un cabaret berlinois dès le 1er novembre de la même année. Quelques semaines, donc, avant les fameuses projections Lumière à Paris, dont la date marque officiellement la naissance du cinéma, malgré une polémique aux relents nationalistes qui culminera à l'époque nazie. Le Bioskop des Skladanowsky, peu viable techniquement, devra céder devant le Cinématographe et ses imitateurs.

Les Skladanowsky (auxquels Wim Wenders consacrera un film en 1995) sont de modestes artisans, et l'influence de l'Allemagne sur la nouvelle activité reste réduite malgré les travaux d'Oskar Messter et de Guido Seeber, à Berlin. Le premier, détenteur de nombreux brevets, présente dès 1896 des programmes de dix à quinze minutes et parvient à créer des ateliers de fabrication de matériel. Il conçoit un studio perfectionné dans le quartier de Tempelhof, qui restera un centre de cinéma tout au long du xxe siècle. Seeber, qui a débuté dans la prise de vues d'actualité, y construit un autre studio, tandis que Munich s'équipe à son tour, de même que Francfort, où Paul Davidson crée le premier Konzern du cinéma allemand, associant la production à son réseau de salles. Établi à son tour à Berlin-Tempelhof en 1913, Davidson jouera un rôle important dans la nouvelle industrie, jusqu'à sa mort en 1927.

Malgré le retard pris sur la France, les États-Unis et même le Danemark, l'Allemagne commence à s'affirmer à partir de 1910, avec la croissance du parc de salles, synonyme d'extension du marché, l'avènement des grandes salles (Kinopaläste), et une production qui recourt au star-system : Seeber attire à Berlin la vedette danoise Asta Nielsen, « la Duse du Nord », et son metteur en scène attitré Urban Gad. Messter assure de son coté la popularité d'Henny Porten, dont le caractère ingénu est aux antipodes de l'image nimbée d'érotisme d'Asta Nielsen.

Particularité allemande, artistes et hommes de lettres se passionnent pour cet art nouveau qu'est le cinéma. Ainsi, l'année 1913 marque les débuts dans le septième art d'un écrivain populaire, Hanns Heinz Ewers, et d'un auteur théâtral consacré, Paul Lindau. Ewers est un des initiateurs du cinéma fantastique allemand avec L'Étudiant de Prague (Der Student von Prag, de Stellan Rye), tandis que Lindau écrit deux scénarios de film pour le réalisateur Max Mack et l'acteur Albert Bassermann, dont L'Autre (Der Andere). C'est le début d'un cinéma d'auteur : mais le mot « auteur » se rapporte alors exclusivement au scénariste. Les grands du théâtre se mobilisent. Max Reinhardt réalise avec sa troupe L'Île des bienheureux (Die Insel der Seligen 1913). Ses acteurs s'investissent dans le cinéma, notamment Paul Wegener (rendu célèbre par L'Étudiant de Prague et la première version du Golem, 1915), Albert Bassermann, Eduard von Winterstein, Emil Jannings. Certains, qui ne sont encore que de simples comparses, comme Ernst Lubitsch, seront appelés par la suite à accomplir une brillante carrière.

Affaiblie par la guerre, la production allemande fournit des programmes qui permettent au public d'oublier une situation difficile : drames et mélodrames avec Asta Nielsen et Henny Porten, comédies de Lubitsch, films de détective tournés par Joe May et par Harry Piel, adaptations parfois ambitieuses (de Schiller ou, déjà, de Wedekind), exploitation de la littérature fantastique savante (à travers des adaptations d'Hoffmann, Stevenson) et populaire (Homunculus, d'Otto Rippert, 1916).

Le conflit mondial a des conséquences directes sur l'organisation de la filière cinéma. En effet, à une époque où les dirigeants allemands espèrent encore dans la victoire, le gouvernement et l'état-major dirigé par Ludendorff poussent à la création d'un nouveau Konzern, destiné à unifier à la fois l'industrie nationale du cinéma et l'opinion publique. Sous la houlette de la Deutsche Bank naît alors, en 1917, la Universum-Film Aktiengesellschaft (U.F.A.), financée à 30 p. 100 par le Reich. Outre l'état-major, la Deutsche Bank et quelques grandes sociétés industrielles comme A.E.G. participent à l'entreprise. Cette U.F.A. qui se veut « pionnière de la germanité » intègre les intérêts non danois de la Nordisk de Copenhague, le konzern de Davidson et le groupe Messter. Après le retrait de l'État, en 1921, elle absorbe les sociétés indépendantes les plus inventives, celle du talentueux producteur Erich Pommer (la Decla-Bioscop), ou celle de Joe May (pour laquelle travaille le jeune Fritz Lang). Elle dispose des studios de Tempelhof et de nouveaux studios à Potsdam-Babelsberg, appelés à devenir son principal centre de la production. D'emblée, la U.F.A. se structure par intégration verticale (production-distribution-exploitation) et horizontale (absorption des concurrents), modèle qui est aussi celui d'Hollywood à la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Nosferatu le vampire, F. W. Murnau

Nosferatu le vampire, F. W. Murnau
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Faust, F. W. Murnau

Faust, F. W. Murnau
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Metropolis, Fritz Lang

Metropolis, Fritz Lang
Crédits : Horst von Harbou/ Stiftung Deutsche Kinemathek/ AKG-images

photographie

La Lumière bleue, L. Riefenstahl

La Lumière bleue, L. Riefenstahl
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : enseignant en cinéma à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle et à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : économiste, critique de cinéma

Classification

Autres références

«  ALLEMAND CINÉMA  » est également traité dans :

AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU, film de Werner Herzog

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 060 mots

Aguirre, la colère de dieu ( Aguirre, der Zorn Gottes ) est le premier long métrage de fiction réalisé par un auteur alors connu pour la qualité de ses documentaires : Signes de vie ( Lebenszeichen , 1967) puis Fata Morgana (1970). Il s'agit aussi du premier grand rôle de Klaus Kinski avec Werner Herzog, avant Nosferatu, fantôme de la nuit ( Nosferatu, Phantom der Nacht , 1979), remake du film […] Lire la suite

LES AILES DU DÉSIR, film de Wim Wenders

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 872 mots
  •  • 1 média

Né en 1945 à Düsseldorf, Wim Wenders devient critique de cinéma à la fin des années 1960 tout en entamant, dès 1967, un parcours de cinéaste. Après trois films remarqués L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty ( Die Angst des Tormanns beim Elfmeter , 1971), Alice dans les villes ( Alice in den Städten , 1973), Faux mouvements ( Falsche Bewegung , 1974) il crée avec quelques amis la Fil […] Lire la suite

AKIN FATIH (1973- )

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS
  •  • 1 061 mots

Depuis l'ours d'or attribué en 2004 à Gegen die Wand ( Head On ), et les succès en France de ses deux films suivants, Auf der anderen Seit ( De l'autre côté ) en 2007 et Soul Kitchen en 2010, Fatih Akin est devenu l'auteur-réalisateur allemand le plus connu des spectateurs français et des grands festivals. D'ascendance turque, né à Hambourg en 1973, Akin a manifesté très jeune des ambitions ci […] Lire la suite

L'ANGE BLEU, film de Josef von Sternberg

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 985 mots

Josef von Sternberg (1894-1969), de son vrai nom Jonas Sternberg, est un juif viennois d'origine modeste dont la famille émigre aux États-Unis dans sa petite enfance. Il débute à Hollywood en 1912 en exerçant toutes sortes de métiers : nettoyeur et vérificateur de copies de films, monteur, titreur, photographe. En 1925, il met en scène son premier film Les Chasseurs de salut ( The Salvation Hunter […] Lire la suite

BALÁZS BÉLA (1884-1949)

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 542 mots
  •  • 1 média

Herbert Bauer, qui sera plus tard Béla Balázs, est né à Szeged, en Hongrie. Après des études universitaires, il part avec le musicien Zoltán Kodály en voyage d'étude pour Berlin et Paris. Balázs est parmi les premiers à découvrir le génie du plus grand poète hongrois, Endre Ady. Il se lie avec Béla Bartók et György Lukács. Cette dernière amitié durera toute leur vie. Lukács défend Balázs dès le dé […] Lire la suite

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Les nazis et l'olympisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 128 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Olympia » (« Les Dieux du stade ») »  : […] Hitler souhaite que la réussite olympique nazie soit matérialisée, conservée et transmise, afin de marquer l'histoire. Le cinéma constitue alors un instrument de propagande majeur pour le régime ; le führer décide donc qu'un long film documentaire, sorte d'ode en images célébrant l'olympiade, soit réalisé. Il confie cette tâche à Leni Riefenstahl . Cette dernière, proche du pouvoir nazi, a déjà to […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma allemand »  : […] Contrairement à l'Espagne, le cinéma allemand connaîtra une éclipse, les années 1980-1990 ne tenant pas les promesses des décennies précédentes, en dépit de cinéastes tels que Werner Herzog, Wim Wenders, Werner Schroeter, Hans-Jürgen Syberberg, Volker Schlöndorff, Margarethe von Trotta. Il est vrai que la carrière des anciens « jeunes cinéastes allemands » a eu tendance, pour une part d'entre eux […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'expressionnisme : la mise en scène comme art total »  : […] L'apogée de la mise en scène en tant qu'absolu a été atteint par un mouvement qui demeure un point de repère capital dans l'histoire du cinéma, l'expressionnisme allemand. Jamais la maîtrise sans partage du metteur en scène sur un monde de toiles peintes, de lumière et d'automates n'avait été affirmée, théoriquement comme pratiquement, de façon aussi manifeste que dans un film comme Le Cabinet du […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dramatisation de l'image »  : […] C'est autour de 1915 que se généralise la possibilité de recourir entièrement à l'éclairage artificiel. Il n'est guère surprenant, dès lors, que ce ne soit plus sur la côte ouest des États-Unis que se produisent de véritables révolutions en matière de photographie mais plutôt dans des pays moins favorisés par l'ensoleillement, comme les pays nordiques et l'Allemagne. L' expressionnisme allemand f […] Lire la suite

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un instrument de propagande »  : […] La modernité du cinéma, son pouvoir de fascination ou de conviction, sa capacité à atteindre et à pénétrer les masses en ont fait un instrument dont Lénine (« De tous les arts, l'art cinématographique est pour nous le plus important », en 1919, lors de la nationalisation du cinéma russe) comme Mussolini (« La cinématographie est l'arme la plus forte », cette affirmation cent fois redite était affi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GRAS, Daniel SAUVAGET, « ALLEMAND CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-allemand/