BRESSON ROBERT (1907-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les dates ne mentent pas, et Robert Bresson a bien été « le » cinéaste du xxe siècle – non sans quelques paradoxes. Ce héraut de la pureté du cinéma a commencé par être peintre. Le premier essai de ce cinéaste réputé austère, Les Affaires publiques (1934), fut une comédie burlesque. Prisonnier de guerre durant un an, il réalise à son retour un premier grand film (Les Anges du péché, 1943) dans la France occupée, mais donne à son expérience la force de l'universel treize ans plus tard, avec Un condamné à mort s'est échappé. Sa principale invention est un traitement neuf du corps représenté, mais il en dissimule la violence sous un style dépouillé que l'on a souvent cru éthéré.

Son influence est perceptible sur des artistes aussi divers que Jean-Marie Straub, Jean-Luc Godard, Maurice Pialat, Philippe Garrel, Léos Carax, Bruno Dumont ou Jean-Paul Civeyrac. À vrai dire, il n'est guère de cinéaste français intéressant qui ne doive quelque chose à Bresson. Mais quoi, au juste ? Son goût de la litote ? ses cadres tranchants ? la musique de ses images ? ou son art de peindre la cruauté ?

Le style c'est l'homme : démonstration

Lorsque, en 1987, les Cahiers du cinéma publièrent un Bresson dans leur collection Auteurs, le cinéaste ne désapprouva pas l'ouvrage, mais protesta contre la photo de lui qui figurait en couverture, et qui « ne ressemblait pas » ; il y avait les cheveux blancs : or, à quatre-vingt-six ans, il ne supportait pas qu'on pût évoquer son âge. Exceptionnellement avare de confidences biographiques, Bresson avait décidé de coïncider une fois pour toutes avec une image qu'il maîtriserait complètement. Il s'était attaché à la forger au milieu des années 1960, alors qu'il préparait Au hasard Balthazar, sans doute son film le plus intime. Il accorda à cette époque à François Weyergans un long entretien filmé, dans lequel il formulait les premiers aphorismes des futures Notes sur le cinématographe, et donnait l'image aristocratique d'un artiste qui aurait pu se dire, telle l'Alcmène de Giraudoux, « fier s'il se compare, humble s'il se considère ».

De Pickpocket à L'Argent, soit sur plus de vingt ans, on a le sentiment que, en un sens, rien ne change, et qu'une définition du cinéma a été trouvée qui repose sur un montage incisif d'images d'où toute théâtralité a été bannie ; sur la diction « blanche » d'un texte plus écrit que parlé ; bref, sur l'humilité et la fierté du cinématographe, une « façon neuve d'écrire, donc de sentir ». Bresson traverse la Nouvelle Vague, Mai-68, les années plombées du gaullisme finissant, sans changer un iota à sa conception du cinéma. Ce qui ne signifie pas qu'il soit insensible à l'air du temps, comme le montrent Quatre Nuits d'un rêveur ou Le Diable, probablement.

Il est donc un peu vain de vouloir découper en périodes ou en cycles l'œuvre, concis (quatorze films en comptant Les Affaires publiques), d'un homme qui ne créa qu'à l'âge mûr et dans la vieillesse. Sans doute peut-on observer que les deux premiers longs-métrages, Les Anges du péché et Les Dames du Bois de Boulogne, s'inscrivent sans hiatus dans la production du cinéma français de qualité – où ils frappent, cependant, par leur élégante économie ; du premier, Sacha Guitry vanta le caractère « profondément français ». À revoir ces deux films, et malgré les dialogues trop parfaits de Giraudoux et de Cocteau, on reste saisi par ce qui fera l'essentiel du style de Bresson : un sens musical du rythme. Le Journal d'un curé de campagne et Un condamné à mort s'est échappé, qui adaptent l'un et l'autre une histoire de vie et de mort, rompent avec ce cinéma-là, et avec tout théâtre cinématographié, par la décision radicale de n'employer aucun acteur professionnel mais des « modèles ». Les dialogues ne sont plus confiés à de grands écrivains, le cinéaste les tire lui-même des récits littéraires qu'il adapte, avec une liberté respectueuse dont André Bazin et François Truffaut devaient faire un vibrant [...]

Les Dames du bois de Boulogne, de R. Bresson

Photographie : Les Dames du bois de Boulogne, de R. Bresson

Dans Les Dames du bois de Boulogne (1945), Lucienne Bogaert (à gauche) et Élina Labourdette (à droite) seront l’instrument d’une terrible vengeance ourdie par une femme du monde interprétée par Maria Casarès. Inspiré d'un épisode de Jacques le Fataliste et son maître, de Diderot,... 

Crédits : Les Films Raoul Ploquin, 1945/ Everett/ Bridgeman images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  BRESSON ROBERT (1907-1999)  » est également traité dans :

PICKPOCKET, film de Robert Bresson

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 975 mots

Pickpocket marque assurément une date dans l'histoire du cinéma français. Il y a un « avant » et un « après » ce sixième long-métrage de Robert Bresson (1907-1999), tant son style est unique et radical dans ses partis pris d'austérité. Ce n'est pourtant pas un coup d'essai. Robert Bresson s'est fait connaître pour ses adaptations l […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La France, de la poésie à la littérature »  : […] Sous l' Occupation, le cinéma français devient inévitablement un cinéma d'« évasion ». Les Allemands ont offert leurs capitaux pour maintenir une production française. Mais, pour la contrôler, ils ont créé aussi le Centre national du cinéma qui a survécu à l'Occupation, à la Libération, et par lequel le gouvernement continue à surveiller le cinéma français. Pourtant, malgré de grandes difficultés, […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 157 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La reconstruction du cinéma français »  : […] La libération progressive du pays entre juin 1944 et mai 1945 révèle une situation critique. L'activité cinématographique est pratiquement suspendue pendant un an. Coupures d'électricité, usines, salles et studios détruits ou fermés : le cinéma est sinistré. La question de sa reconstruction se pose à l'intérieur d'une alternative simple : le fragile cinéma de la France libérée, menacé d'étouffemen […] Lire la suite

IMAGE

  • Écrit par 
  • Agnès MINAZZOLI
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « La dialectique à l'œuvre »  : […] Pensons à l'équilibre « miraculeux » qui tient les corps en suspens dans certaines œuvres de Tintoret ; pensons à l'épaisseur de la touche, à sa lumière, dans un tableau de Rembrandt, à cette vibration, intégrante de la composition, qui anime les Fileuses de Velázquez, aux différents prismes visuels qui engendrent l'espace dans un Cézanne, à ce mouvement qui parcourt une peinture de Pollock : ce […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

UNE AFFAIRE DE FAMILLE (H. Kore-eda)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 118 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Variations narratives »  : […] Kore-eda, formellement, est un virtuose discret. Il a déclaré, en souriant, que sa principale qualité de cinéaste était « d’avoir toujours eu de la chance avec la météo ». Cette plaisanterie cache un sens profond. Disponibilité de l’artiste, opportunisme lucide, détermination secrète. Sans appuyer aucun effet, Kore-eda modèle l’espace du supermarché ou « père » et « fils » doivent travailler sans […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « BRESSON ROBERT - (1907-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-bresson/