ANDALOUSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Art andalou

De Tartessos à la Bétique

Les tombeaux préhistoriques

L'Andalousie fait son apparition dans l'art avec les plus impressionnants dolmens que l'Ouest européen ait jamais construits, de l'Ibérie aux rivages de la Baltique, en passant par l'Armor. Visitant les hypogées géants d'Antequera, Le Corbusier se plaisait à rendre hommage « à ses prédécesseurs ». Il s'agissait plus particulièrement des constructeurs de la « cueva de Menga », tombe de forme ovale, qui n'a pas moins de 25 m de long pour une largeur maximale de près de 16 m, et de sa voisine, la tombe à tholos « del Romeral ».

L'art ibérique

Dès le début du premier millénaire avant J.-C. – la fondation de Cadix date des environs de 1100 – les Phéniciens firent entrer l'Andalousie, alors connue sous le nom de Tartessos, dans leurs circuits commerciaux. Ils y achetaient le cuivre de Río Tinto et l'étain venu des îles Britanniques. Vers 636, les Grecs fondaient à leur tour leur première colonie à Mainakè, entre les ports phéniciens de Malaca (Málaga) et de Sexi (Almuñecar).

Sous l'influence orientale naquit, probablement autour de Cadix et dès le viiie siècle avant J.-C., l'art que nous appelons ibérique. Il y eut dans le sud-est de l'Espagne et dans la vallée du Guadalquivir des ateliers travaillant l'ivoire, l'argent, l'or et le bronze, pour la production de vases et de bijoux. Diverses trouvailles ont révélé les trésors de Tartessos.

La découverte à Cadix d'un chapiteau proto-ionique, datant de la fin du viie ou du début du vie siècle, signifie que les courants orientalisants s'exerçaient jusque dans le domaine de l'architecture. Toutefois, l'influence de la Grèce semble avoir été capitale pour la grande sculpture, tant dans le domaine des représentations humaines que dans celui de l'art animalier.

Les premières sont surtout connues par des découvertes faites dans le Levant. L'Andalousie, où l'on a cependant trouvé la « dame assise » de Galera (Grenade), aujourd'hui au Musée archéologique national de Madrid, a livré de préférence des animaux : lions, taureaux et même louve allaitant ses petits. Pour Martin Almagro, le génie artistique ibérique se montre ici très manifestement influencé par le monde grec. Les plus anciennes de ces œuvres ont dû être sculptées dès le ve siècle avant J.-C., mais, jusqu'à l'époque romaine, cet art conservera un caractère archaïsant qui peut faire illusion.

De même les vases ibériques peints, si beaux et si nombreux, sont inspirés par les vases grecs. « Apparue aux vie et ve siècles, la céramique se borne dans ses débuts à disposer des motifs géométriques, parfois riches et complexes comme ceux des amphores de Galera (Grenade) et de Villaricos (Almería). À partir du ive siècle et surtout au iiie, elle s'enrichit en créant les types les plus célèbres, avec des animaux et des figures humaines aussi expressifs que barbares (Martin Almagro). »

L'art romain

Après avoir conquis Cadix et toutes les villes puniques, les Romains s'installèrent dans l'ancienne Tartessos, où ils fondèrent, dès 206 avant J.-C., Itálica, tout près de l'actuelle Séville. La romanisation de la province de Bétique fut rapide et complète : Sénèque et Lucain virent le jour à Cordoue ; Trajan fut le premier empereur né en dehors de l'Italie.

La prépondérance des villes dans le domaine de la civilisation explique qu'elles aient à peu près entièrement monopolisé l'activité artistique. L'architecture romaine est une architecture urbaine et de caractère universaliste.

Cordoue, la Colonia Patricia Corduba, capitale de la Bétique, dut posséder une brillante parure artistique, mais d'autres créations urbaines sont venues à toutes les époques se superposer aux ruines romaines, situées à quatre ou cinq mètres au-dessous du niveau du sol actuel.

Des cités de moindre importance ont mieux conservé les vestiges de leur passé romain. Il s'agit parfois d'enceintes et de tours, comme à Carmona qui, au dire de César, était la ville la plus forte de la Bétique ; à Ilipa (Alcalá del Río, au nord de Séville) ; à Baelo (Bolonia, entre Cadix et Tarifa), une fondation de l'empereur Claude ; à Osuna, datant peut-être de la fin de la République.

De même que les théâtres, les amphithéâtres romains d'Espagne se trouvaient surtout en Bétique et ils dataient de la fin du ier siècle. Celui de Carmona, situé entre la cité et sa vaste nécropole, ne mesurait pas moins de 100 m dans son axe principal, Itálica, promue au rang de cité par Hadrien, sous le nom de Colonia Aelia Augusta, avait un amphithéâtre plus vaste encore et comparable aux plus imposants d'Italie. Quant aux thermes, leurs vestiges sont innombrables.

La présence d'une bourgeoisie cultivée de propriétaires terriens, de négociants et de magistrats explique que les découvertes de sculptures aient été plus nombreuses en Bétique que dans les autres provinces romaines d'Espagne, notamment en ce qui concerne les œuvres hellénistiques, que l'aristocratie collectionnait. Les statues et les mosaïques provenant d'Itálica sont allées enrichir le Musée archéologique de Séville, lorsqu'elles n'ornent pas les palais patriciens (Casa de Pilatos, Casa de la Condesa de Lebrija).

L'art chrétien jusqu'à l'invasion arabe

Tout en devenant l'un des centres de diffusion du christianisme, l'ancienne Bétique manifesta une fidélité remarquable à la culture antique. L'occupation de l'ensemble de ses côtes par les Byzantins, à partir de 555, contribua à ce sauvetage. Après la conversion des Wisigoths au catholicisme (589), Séville – l'antique Hispalis, qui grandit au détriment d'Itálica – devint le grand centre intellectuel de leur royaume et elle le demeura au moins jusqu'à la mort de saint Isidore (636).

Pour illustrer les relations artistiques avec Byzance, on dispose de deux sarcophages datant probablement du ve siècle : le plus beau se trouve dans l'église de la Santa Cruz, à Ecija. Durant la période suivante, de nombreux chapiteaux, des pilastres et des fragments de chancels permettent de suivre l'évolution de la sculpture monumentale, ainsi que du décor du mobilier d'église. Malheureusement, l'étude de nombre de ces pièces a été rendue difficile par leur réemploi dans des édifices postérieurs. Enfin, la plupart des monuments de l'époque ayant disparu, il est difficile de porter un jugement sur le développement architectural.

L'art hispano-mauresque

Cordoue, capitale du royaume omeyyade

La conquête de la majeure partie de l'Espagne par les musulmans, en 711, et surtout l'installation à Cordoue d'‘Abd al-Raḥmān, dernier descendant de la famille califale des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages


Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Désert de Tabernas, Andalousie

Désert de Tabernas, Andalousie
Crédits : C. Sappa/ DEA/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Montoro

Montoro
Crédits : Shaun Egan/ Getty Images

photographie

Grande Mosquée de Cordoue

Grande Mosquée de Cordoue
Crédits : Geography Photos / Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de géographie, docteur d'État, directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification

Autres références

«  ANDALOUSIE  » est également traité dans :

ABBADIDES

  • Écrit par 
  • Charles-Emmanuel DUFOURCQ
  •  • 1 329 mots

On donne le nom d'Abbadides à une dynastie hispano- musulmane d'origine arabe, celle des Beni ‘Abbād. Elle régna à Séville, de 1023 à 1091, et fit de cette ville la capitale d'un État qui s'agrandit progressivement, surtout vers 1050-1080. À l'ouest, il engloba le pays compris entre le bas Guadalquivir et le bas Guadiana, les régions autour de Niebla, Huelva et Saltes, Mertola et Silves (dans le […] Lire la suite

AL-ANDALUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 277 mots

711 Arrivée des Omeyyades en Espagne. 756 ‘Abd al-Rahm̄an I er fonde l'émirat omeyyade de Cordoue. 859 Exécution d'Euloge de Cordoue, qui prônait le martyre contre l'arabisation de la société. 929 ‘Abd al-Rahm̄an III proclame le califat de Cordoue. 985 Al-Mans̄ur (Almanzor, pour les chrétiens), le chambellan ( hadjib ) du calife omeyyade, met Barcelone à sac. 1031 Disparition du dernier cal […] Lire la suite

ALHAMBRA NASRIDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 403 mots

1237 Muhammad ibn Yūsuf ibn Nasr, le fondateur de la dynastie nasride, prend le pouvoir, d'abord à Arjona, puis à Jaen, et, en 1237, à Grenade. Il intègre les villes portuaires d'Almería et de Malaga à son sultanat. Mais il doit reconnaître la suzeraineté de Ferdinand III de Castille, et il participe, aux côtés des chrétiens, à des batailles contre les armées musulmanes. 1237-1272 Muhammad I er […] Lire la suite

ALJAMIADA, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 541 mots

De l'arabe al-'adjamiyya (paroles d'étranger), le mot aljamía se trouve déjà dans le Poema de Alfonso XI (vers 1348) ; il désigne le latin corrompu utilisé par les mozarabes, c'est-à-dire les chrétiens hispano-romains de l'Al-Andalus ayant accepté la domination de l'Islam (711-712). Les maures utilisèrent ce mot pour désigner le castillan. Les poemas aljamiados sont des compositions écrites en […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Échos de l'Espagne musulmane »  : […] Une périodisation nuancée de l'évolution de la littérature arabe dans l'Espagne musulmane, qui tiendrait compte à la fois des événements extérieurs et des fluctuations de la lutte engagée par des esprits avisés contre l'inévitable influence de la culture orientale, ferait sûrement apparaître une certaine concordance avec les phases successives de l'histoire politique du pays ; il est toutefois pe […] Lire la suite

CADIX

  • Écrit par 
  • Charles LESELBAUM
  •  • 351 mots
  •  • 1 média

Située dans la région autonome d'Andalousie, capitale de la province qui porte son nom, Cadix (128 554 hab. en 2007) est bâtie sur un rocher relié au continent par une chaussée étroite et au bord d'une baie ouvrant sur l'océan Atlantique. Cité phénicienne du nom de Gadir, elle passe sous la domination carthaginoise et romaine et s'appelle alors Gades, puis Julia Augusta Gaditana. Elle sera très ra […] Lire la suite

CORDOUE CALIFAT DE (929-1031)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

Au début du x e  siècle, cela fait bientôt deux siècles que les émirs omeyyades de Cordoue dirigent les destinées d'al-Andalus, de manière totalement indépendante, sans avoir prétendu eux-mêmes au titre de calife, que porte seul le souverain abbasside de Bagdad. Plusieurs événements vont modifier cette situation : à l'extérieur, la proclamation à Kairouan, en 910, du califat fatimide, dont la prox […] Lire la suite

CALIFAT OMEYYADE DE CORDOUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 274 mots

929 Proclamation du califat omeyyade de Cordoue. 936 Les travaux pour la construction de la ville palatiale de Madīnat al-Zahra' débutent. 947 Premières émissions monétaires califales (dinars d'or) à Madīnat al-Zahra'. 961 Al-Hakam II succède à son père à la tête du califat. 976 Mort d'Al-Hakam II. Minorité de Hisham II. 978 Ibn Abī ‘Āmir est nommé chambellan ( hādjib ) du calife. Il exerce […] Lire la suite

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 288 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La grande Castille »  : […] Après la réunion définitive du León (1230), la Castille est, de loin, l'État le plus vaste de la Péninsule – environ trois fois plus que la couronne d'Aragon. Sa population est alors de l'ordre de 4 à 5 millions. Les sujets musulmans, ou mudejares , ne sont plus que 300 000 environ après 1263, année où beaucoup d'entre eux furent expulsés. Il doit y avoir de 200 000 à 300 000 juifs. Une assez nett […] Lire la suite

CORDOUE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Henri TERRASSE
  •  • 1 908 mots
  •  • 3 médias

Romaine et musulmane, témoignage de deux des grandes civilisations qui ont fleuri jadis en Espagne, Cordoue associe au prestige de son passé le charme de sa vie présente . Par ses monuments, surtout sa grande mosquée , elle reste un des hauts lieux de l' art de l'Islam. La croissance et le rôle de Cordoue s'expliquent en grande partie par son site. La ville est située dans la moyenne vallée du Gua […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-29 mai 2020 Espagne. Début du processus de déconfinement.

Le 11, le processus de déconfinement débute, sauf dans les régions autonomes de Madrid et de Castille-León, et dans certaines provinces des régions de Castille-La Manche, de Catalogne, d’Andalousie et de la Communauté valencienne. À partir du 15, un isolement de quatorze jours est imposé aux voyageurs arrivant de l’étranger. Le 18, l’Andalousie, la Communauté valencienne et la Castille-La Manche passent à leur tour en totalité en phase 1 de déconfinement, tandis que les Baléares et les Canaries passent en phase 2. […] Lire la suite

9-16 janvier 2019 Espagne. Accord de gouvernement en Andalousie.

Le Parti socialiste dirigeait l’Andalousie depuis 1978. […] Lire la suite

2-27 décembre 2018 Espagne. Percée de l'extrême droite aux élections régionales en Andalousie.

Le 2, les résultats des élections régionales en Andalousie sont marqués par la percée de l’extrême droite qui entre pour la première fois depuis 1982 dans un Parlement espagnol. Avec 11 p. 100 des suffrages, Vox, une formation anti-immigration, antiféministe, souverainiste et favorable à la recentralisation de l’État, créée en 2013 par des transfuges du Parti populaire (PP, conservateur), obtient 12 sièges sur 109. […] Lire la suite

21 mai 2017 Espagne. Réélection de Pedro Sánchez à la tête du PSOE.

Il l’emporte largement sur sa principale rivale, la présidente de l’Andalousie Susana Díaz. Pedro Sánchez avait été poussé à la démission en octobre 2016 par l’appareil du parti qui contestait son refus de faciliter l’investiture du chef du Parti populaire Mariano Rajoy, arrivé en tête aux élections législatives de juin, ainsi que sa proposition de s’allier avec la gauche radicale de Podemos et les indépendantistes catalans. […] Lire la suite

9-30 octobre 2000 Espagne. Poursuite des attentats de l'E.T.A.

Le 9, le procureur du tribunal supérieur de justice d'Andalousie, Luis Portero, est assassiné par balles à Grenade. L'attentat est attribué à l'E.T.A. L'organisation indépendantiste basque prouve ainsi qu'elle est encore capable de frapper malgré les arrestations opérées dans ses rangs en septembre. Un précédent « commando Andalousie » de l'E.T.A. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DRAIN, Marcel DURLIAT, Philippe WOLFF, « ANDALOUSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/