SPORT (Histoire et société)La presse sportive

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La presse sportive se définit « presse comme les autres, sans être tout à fait comme les autres ». Elle est intégrée, aujourd'hui plus qu'hier, à la presse de grande information, aussi bien pour l'écrit, la radio, la télévision que maintenant sur Internet. Elle remplit les mêmes fonctions, elle a les mêmes exigences techniques et éthiques, les mêmes droits, les mêmes devoirs.

Pourtant, elle reste une presse très spécialisée et même un peu spéciale, et ce d'abord parce qu'elle est liée de près à la matière qu'elle traite. À l'origine, ce sont les journalistes qui ont fait connaître les activités sportives, qui ont constitué et souvent dirigé les fédérations pour établir les règles des différentes disciplines, qui ont créé et organisé les premières compétitions. Le Tour de France cycliste en porte témoignage. Le journaliste de sport a donc l'occasion de se fournir sa propre matière et de fabriquer son actualité.

La presse sportive doit satisfaire dans des conditions particulières de rapidité et de précision une clientèle très exigeante, le plus souvent compétente et parfois pratiquante en matière sportive, toujours pressée et passionnée, parfois trop passionnée, jusqu'aux limites du chauvinisme ou d'un nationalisme exacerbé. Sa clientèle est très fidèle, mais turbulente, et elle demande à être toujours comblée.

En outre, la presse sportive est aujourd'hui un rouage essentiel du système économique du sport-spectacle.

Histoire de la presse sportive

Le premier journaliste de sport français, Eugène Chapus, était un arbitre... Mais un « arbitre des élégances » – c'est ainsi que le nommaient ses contemporains. Eugène Chapus représentait la figure typique du dandy, du « fils à papa ». Quand il eut dilapidé la fortune de son père, ancien gouverneur de la Guadeloupe, il gagna sa vie comme feuilletoniste, publia un agenda sur les activités mondaines de son époque qu'il intitula Le Sport à Paris. Il fut le premier à introduire en France – à la suite d'un voyage en Angleterre où, bien avant Pierre de Coubertin, il avait été séduit par les activités physiques de la jeunesse britannique – le mot « sport », qu'il substitua au vieux français « desport ». Devant le succès de son agenda, il lança, en 1854, un magazine du même nom, qu'il sous-titrait « le journal des gens du monde ». Sa clientèle s'adonnait essentiellement au sport hippique, au canotage, au tir à l'arbalète, au jeu de paume, au billard, et voyageait beaucoup. C'était la même qui fréquentait les salons littéraires et, le soir, se retrouvait au théâtre.

Il revient donc à Eugène Chapus le mérite d'avoir lancé le concept de « sport », lequel a fait son chemin depuis lors. Il a fondé la presse sportive, comme une mode ; il lui a donné d'emblée un style propre et un genre particulier. À sa mort, en 1877, l'éditorial du Gaulois lui a rendu cet hommage : « Venu juste au moment où le dandysme célébré par Barbey d'Aurevilly prenait en France ses lettres de naturalisation, où la fondation du Jockey-Club allait acclimater le sport, Eugène Chapus ouvrit une voie nouvelle inexplorée. À ce genre nouveau, il fallait une littérature, une langue, ce dont se chargea Eugène Chapus, l'un des écrivains les plus français et les plus corrects de ce temps. »

Un poète invente la course vélocipédique

Vingt ans plus tard, la mode est au vélocipède, un engin mécanique qui séduit la bourgeoisie française en quête d'une activité physique de loisir. C'est encore un genre plus qu'un sport, mais la vélocipédie a ses magazines spécialisés, qui s'introduisent, parfois sous différents prétextes, dans la presse impériale, toujours sévèrement contrôlée. La couverture vélocipédique facilite l'obtention du « timbre impérial », lequel autorise la parution de nouveaux journaux. Ainsi, le directeur d'une de ces nombreuses revues prévient ses lecteurs : « Serons-nous exclusivement vélocipédisants ? Non ! Nous serions ennuyeux. Nous nous efforcerons de varier les sujets. » Les revues vélocipédiques cèdent volontiers à la tendance du moment, en publiant, par exemple, un feuilleton d'Alexandre Dumas.

À l'origine, cette presse très spécialisée paraissait surtout en province. Mais, à Paris, on réagit. En avril 1869 sort Le Vélocipède illustré, dirigé, écrit, illustré, mis en page par Richard Lesclide, un publi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : président d'honneur de l'Union des journalistes sportifs de France

Classification

Autres références

«  SPORT  » est également traité dans :

SPORT (Histoire et société) - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  •  • 12 538 mots
  •  • 5 médias

Entre la naissance de l'acte sportif, accompli par l'homme primitif et les épreuves que des centaines de millions de spectateurs suivent avec passion aujourd'hui, quand ils n'y participent pas, subsiste un fil conducteur que les aléas de l'évolution ne sont pas parvenus à rompre.« Le sport, a écrit Jean Giraudoux, est le seul moyen de conserver dans l'homme les qualités de l'homme primitif. Il ass […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Sociologie

  • Écrit par 
  • Christian POCIELLO
  • , Universalis
  •  • 9 877 mots
  •  • 3 médias

Terme polysémique, le sport a toutes les apparences d'un paradoxe. Alors qu'il est connu de tous et le sujet des conversations les plus quotidiennes, les meilleurs experts ne parviennent pas à le définir avec précision. Parce qu'il rassemble en lui la libre expression du corps exultant dans la consumation de ses énergies et le travail technique rigoureux v […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Économie

  • Écrit par 
  • Wladimir ANDREFF
  •  • 6 790 mots
  •  • 2 médias

L'expression française « économie du sport » confond ce que l'anglais distingue : un secteur de l'économie (the sports economy) et une analyse économique du sport (sports economics). Cette dernière cherche d'abord à estimer le poids économique du sport. Celui-ci dépend de la demande de sport, laquelle peut être étudiée par grandes catégories : pratiques spor […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Le dopage

  • Écrit par 
  • Jean-François BOURG
  •  • 10 038 mots
  •  • 5 médias

Le dopage est un phénomène social de grande échelle. L'homme n'a jamais pu accepter ses limites physiques ou mentales. Le recours à la cocaïne chez l'écrivain, aux amphétamines chez l'étudiant, aux stimulants chez le manager, aux antidépresseurs chez le tourmenté, aux dopants militaires les plus sophistiqués chez […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Sport et argent

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 7 889 mots
  •  • 3 médias

Sport et argent constituent un couple des plus soudés que la crise financière et économique mondiale de la fin des années 2000 et du début des années 2010 semble, en surface du moins, ne pas avoir affecté – peuvent en témoigner les montants des transferts des joueurs de football (94 millions d'euros versés en juin 2009 par le Real Madrid à Manchester United pour recruter le Portugais […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DU SPORT

  • Écrit par 
  • Christophe GERNIGON
  •  • 1 571 mots

En 1887, un peu plus de dix ans avant l’Américain Norman Triplett pourtant considéré comme le fondateur de la psychologie sociale expérimentale, le médecin neurologue français Charles Féré est le premier à démontrer l’effet positif de la présence d’autrui sur la performance humaine, mesurée alors en termes de force exercée sur une poignée dynamom […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - L'athlétisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 662 mots
  •  • 32 médias

Citius, Fortius, Altius(« plus vite, plus fort, plus profond »). Cette devise, proposée en 1891 par le père Henri Didon pour l'Association sportive Albert-le-Grand d'Arcueil et reprise par Pierre de Coubertin pour les […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le cyclisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 189 mots
  •  • 19 médias

Affaires Festina (1998), Cofidis (2004), opération Puerto (2006), disqualification du « vainqueur » du Tour de France 2006, l’Américain Floyd Landis, mise hors course du maillot jaune de la Grande Boucle, le Danois Michael Rasmussen, en 2007, disqualification rétroactive d’Alberto Contador, premier du Tour en 2010, les sept victoires de […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le football

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 13 406 mots
  •  • 40 médias

« C'est beau un monde qui joue. » L'expression est de Michel Platini. Elle fut mise en exergue à l'occasion de la Coupe du monde 1998 en France. Sport-roi, sport-spectacle, sport populaire, sport universel : ainsi peut se définir le football.La Fédération internationale de football association (F.I.F.A.) ras […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le rugby

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 372 mots
  •  • 6 médias

Le 27 août 1995 à Paris, Bernard Lapasset, alors président en exercice de l'International Board, déclarait à la presse que l'instance dirigeante du rugby mondial avait décidé de renoncer aux règles relatives à l'amateurisme et d'autoriser « ... toutes les formes de paiement, à tous les niveaux du jeu ». Les primes de match comme les salaires, versés sous le ma […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MARCHAND, « SPORT (Histoire et société) - La presse sportive », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-la-presse-sportive/