PÉKIN ou BEIJING

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pékin, Beijing, (« capitale du Nord ») est, depuis 1949, la capitale de la république populaire de Chine ; municipalité placée sous l’administration directe du gouvernement central, elle compte en 2008 environ 14 millions d'habitants. Métropole politique et culturelle à l’origine, la ville a connu une première évolution après 1949 en se transformant en un centre économique important, caractérisé par une grande variété d'industries légères, une industrie sidérurgique moderne, une banlieue agricole dynamique et une activité commerciale favorisée par le carrefour des voies de communication qu'elle constitue. Une seconde mutation, d’ordre tertiaire, s’est engagée au tournant du xxie siècle, que l’attribution à la ville des jeux Olympiques de 2008 n’a fait qu’accentuer. Au-delà de la « ville murée », réceptacle de la Cité interdite, la construction d’une multitude de buildings et de centres commerciaux a profondément bouleversé la physionomie et l’économie de la ville, ne serait-ce que par la destruction du Pékin traditionnel et de ses petites rues tortueuses, les hutong. La ville est par ailleurs confrontée aujourd’hui à de graves problèmes de pollution automobile, un danger pour cette ville deux fois millénaire.

La découverte d'Homo pekinensis atteste en effet la très haute antiquité de Pékin comme habitat humain. Dès le ve siècle avant notre ère, à l'époque des « Royaumes combattants », une de ces principautés y avait établi sa capitale, la ville de Ji, dont l'importance stratégique s'accrut avec la construction de la Grande Muraille toute proche, au iiie siècle après Jésus-Christ.

Chine : carte administrative

Carte : Chine : carte administrative

Carte administrative de la Chine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Plusieurs fois détruite, remaniée, reconstruite au cours des siècles, du Moyen Âge chinois, la ville qui devait devenir Pékin changea également plusieurs fois de nom : Yanjing au viiie siècle, Zhongdu au xiie siècle, Dadu au xiiie siècle. À trois reprises, elle fut la capitale de principautés dissidentes établies sur les confins de l'Empire par les « barbares » du Nord-Ouest : les Khitan au xe siècle, les Djürchet au xiie siècle et surtout les Mongols au xiiie siècle. Le nom de Dadu, « grande capitale », fut en effet choisi par le conquérant mongol Khubilai, petit-fils de Gengis-khan, quand il fonda en Chine une nouvelle dynastie, celle des Yuan. Dadu, c'est aussi la Cambaluc (Khanbaliq) de Marco Polo, qui en a laissé une description enthousiaste : « Sachez que la cité de Cambaluc a si grande multitude de maisons et de gens dedans la ville et dehors, que ce semble être impossible chose [...] et je vous dis qu'en cette cité il vient plus de choses de grande valeur et étrangères, que dans aucune autre cité qui soit au monde, et plus grande quantité de toutes choses. »

Sur les traces de Marco Polo

Vidéo : Sur les traces de Marco Polo

À l'en croire, Marco Polo aurait accompagné son père et son oncle pour leur seconde expédition en Chine, de 1271 à 1295. Arrivés à Saint-Jean-d'Acre par bateau depuis Venise, ils rejoignent Layas, porte de l'Orient sur le golfe d'Alexandrette, dans le royaume chrétien de Petite Arménie.... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La dynastie nationale des Ming, qui avait chassé les Mongols au xive siècle à la faveur d'une révolte populaire, établit symboliquement sa capitale à Nankin (Nanjing), la vieille « capitale du Sud ». Mais, dès le début du xve siècle, les Ming ramenaient à Pékin leur capitale, pour des motifs essentiellement stratégiques : assurer la défense de l'Empire contre les peuples du Nord et du Nord-Ouest. Ce fut pourtant un de ces peuples, les Mandchous, qui s'empara en 1648 de la ville et fonda une nouvelle dynastie barbare, celle des Qing. S'ils maintinrent leur capitale à Pékin, c'est que des mobiles dynastiques s'ajoutaient aux mobiles militaires : à savoir la proximité de la Mandchourie, patrie de la maison impériale.

Pékin resta donc capitale de la Chine d'une façon presque continue, sous les trois dernières dynasties impériales, du xiiie au xxe siècle. Cette localisation accusait le divorce grandissant entre la structure politico-militaire de l'Empire et son dynamisme économique. C'était en effet dans le Sud, aux bouches du Yangzi, autour de Canton, que se trouvaient les régions de l'Empire les plus vivantes du point de vue de l'activité agricole, du commerce, du développement urbain et même de la production manufacturière « protocapitaliste ». Ce divorce était symbolisé par l'existence du « canal impérial », dont la fonction était d'acheminer vers la capitale le riz des riches régions du Sud-Est, afin de nourrir courtisans, soldats et fonctionnaires. Cette distorsion géopolitique entre la localisation de la capitale impériale et le caractère [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sur les traces de Marco Polo

Sur les traces de Marco Polo
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Répression du Printemps de Pékin, 1989

Répression du Printemps de Pékin, 1989
Crédits : CNN/ 3rd Party - Misc/ Getty Images

photographie

Cité interdite, Pékin, Chine

Cité interdite, Pékin, Chine
Crédits : K. Yam/ Shutterstock

photographie

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études
  • : chargée de conférences à l'Institut national des langues orientales vivantes de l'université de Paris-III

Classification

Autres références

«  PÉKIN ou BEIJING  » est également traité dans :

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 866 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le climat »  : […] En raison de la distance qui sépare le nord du sud chinois, l'angle d'incidence du soleil et la longueur des journées varient beaucoup sur le territoire. Près de Mohe, dans la province du Heilongjiang, le jour le plus long de l'année compte dix-sept heures et le plus court dix heures. L'île de Hainan enregistre une différence de deux heures seulement, avec treize et onze heures. Une large gamme […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les années vidéo »  : […] Les années 1990 partagent leur dynamisme entre la performance, la vidéo naissante et la peinture dite « cynique » qui a la faveur des médias occidentaux. L'un des artistes les plus en vue, Yue Mijun (né en 1962) se représente – parfois en plusieurs exemplaires – dans toutes sortes de situations le crâne rasé avec un large sourire béat, même devant le peloton d'exécution. Zhou Chunya (né en 1955), […] Lire la suite

CITÉ INTERDITE, Pékin

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 217 mots
  •  • 1 média

Quelques années après avoir établi sa capitale à Nankin, la dynastie des Ming (1368-1644) s'est fixée à Pékin en 1409. La construction du palais impérial avait été entreprise dès 1406. Divers remaniements ou reconstructions, auxquels s'est ajoutée la construction de plusieurs pavillons au cours des xvii e et xviii e  siècles, n'ont pas vraiment modifié l'agencement d'ensemble de la Cité interdite […] Lire la suite

DANS LA VILLE CHINOISE (exposition)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 1 004 mots

Annoncée sous le titre « Chine, villes d'ombre, villes de lumière », l'exposition consacrée aux villes chinoises et présentée du 18 juin au 19 septembre 2008 par la Cité de l'architecture et du patrimoine, à Paris, a finalement pris un nom plus générique : Dans la ville chinoise. Regards sur les mutations d'un empire . Il faut dire que, un quart de siècle après l'exposition organisée par le Centre […] Lire la suite

GENS DE PÉKIN, Lao She - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Paul BADY
  •  • 714 mots

Dans le chapitre « Une galerie de portraits »  : […] La galerie des personnages choisis est représentative de la société de Pékin au moment ou celle-ci bascule de l'Empire dans la République. Pour les habitants mandchous de la vieille capitale, le changement est considérable et particulièrement difficile à accepter. Privés de leur solde et de leur allocation en grains, la plupart sont obligés de vendre leurs maisons ou leurs biens pour pouvoir vivre […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 864 mots

16-23 juin 1894 Tenue à la Sorbonne à Paris du Congrès international pour le rétablissement des jeux Olympiques ; sous l'impulsion de Pierre de Coubertin, la naissance des jeux Olympiques de l'ère moderne est entérinée. 6-16 avril 1896 I ers  jeux Olympiques de l'ère moderne à Athènes. 14 juillet 1920 À Anvers, le drapeau olympique est hissé pour la première fois ; l'escrimeur belge Victor Boin […] Lire la suite

PALAIS IMPÉRIAUX DE PÉKIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 364 mots

1264 Pékin, sous le nom de Khanbalik, devient la capitale des Mongols. 1274 Début de la construction du palais impérial des Yuan (1271-1368). 1368 Prise de Pékin par les Ming (1368-1644). Leur première capitale se situe à Nankin. 1406 Début de la construction de la Cité interdite sur les ruines du palais des Yuan. 1420 Construction de la porte du Midi (Wumen) de la Cité interdite, porte monum […] Lire la suite

SPORT - L'année 2001

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 508 mots

Dans le chapitre « Olympisme : le sens de l'histoire ? »  : […] Le 13 juillet 2001 à Moscou, le Comité international olympique (C.I.O.) a attribué l'organisation des Jeux d'été de 2008 à Pékin. Une décision rapide et nette : dès le second tour de scrutin, les membres du C.I.O. ont donné la victoire à Pékin par 56 voix, contre 22 à Toronto, 18 à Paris et 9 à Istanbul. À l'issue de la présentation de leur programme, les Chinois avaient demandé aux membres du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CHESNEAUX, Marie-Annick LANCELOT, « PÉKIN ou BEIJING », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pekin-beijing/