SOPHISTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La sophistique est d'abord ce mouvement de pensée qui, à l'aube présocratique de la philosophie, séduisit et scandalisa la Grèce entière. Hegel qualifie les premiers sophistes, dans l'Athènes de Périclès, de « maîtres de la Grèce » : au lieu de méditer sur l'être comme les Éléates, ou sur la nature comme les physiciens d'Ionie, ils choisissent d'être des éducateurs professionnels, étrangers itinérants qui font commerce de leur sagesse, de leur culture, de leurs compétences, comme les hétaïres de leurs charmes. Mais ce sont aussi des hommes de pouvoir, qui savent comment persuader des juges, retourner une assemblée, mener à bien une ambassade, donner ses lois à une cité nouvelle, former à la démocratie, bref, faire œuvre politique. Cette double maîtrise a sa source unique dans la maîtrise du langage, sous toutes ses formes, de la linguistique (morphologie, grammaire, synonymique) à la rhétorique (étude des tropes, des sonorités, de l'à-propos du discours et de ses parties). Mais les avatars de la transmission n'ont laissé subsister jusqu'à nous que fort peu de fragments originaux, d'ailleurs enchâssés dans des témoignages ou des interprétations visant à les disqualifier. Reconstituer les thèses et les doctrines relève d'une paléontologie de la perversion, puisque les mêmes textes sont source de notre connaissance et de notre méconnaissance de la sophistique.

C'est ici que la structure vient relayer l'histoire : la sophistique est un produit de la philosophie. La tradition dominante, platonico-aristotélicienne, construit en effet avec la sophistique un double d'autant plus inquiétant qu'il est plus difficile à distinguer d'elle-même, comme le loup du chien et la mauvaise intention de la bonne. La philosophie institue ainsi ses propres limites et tente de forclore, comme « sophisme » par exemple, tout autre discours que le sien : « Ceux qui se posent la question de savoir s'il faut ou non honorer les dieux et aimer ses parents n'ont besoin que d'une bonne correction, et ceux qui se demandent si la neige est blanche ou non n'ont qu'à regarder » (Aristote, Topiques, I, 105 a 5-7).

Dans cette perspective, on comprend l'intérêt qu'il y a à étudier les retours de la chose sophistique, la manière dont elle ne cesse de déjouer la censure philosophique, particulièrement avec le mouvement qui se désigne lui-même, en pleine période impériale, soit cinq siècles après Protagoras et Gorgias, comme « seconde sophistique ». Autre chose que la philosophie, que la métaphysique de Platon et d'Aristote jusqu'à Hegel, et pourtant rien de purement et simplement irrationnel : voilà pourquoi la sophistique est un enjeu toujours actuel. Bien entendu, on ne cesse de la tirer d'un côté ou de l'autre : première ébauche de l'Aufklärung, premier existentialisme tragique. Mais, à travers les contradictions de la critique, l'hétérodoxie sophistique fait encore percevoir le caractère d'artefact de la frontière entre rationnel et irrationnel.

Les hommes, les actes, les œuvres

Les sophistes nous sont assez mal connus : leurs écrits ont presque tous disparu ; leurs témoins les plus proches et les plus autorisés sont leurs adversaires ; nos informateurs les plus bavards sont des compilateurs tardifs. Dans le champ de ruines qu'est pour nous leur œuvre, quatre figures se dressent avec un relief qui reste saisissant, celles de Protagoras, de Gorgias, de Prodicos et d'Hippias.

Protagoras d'Abdère

À part une légende peu croyable, d'après laquelle il aurait été portefaix et se serait fait remarquer de Démocrite par son art pour nouer le fagot, on sait peu de chose sur la formation de Protagoras (env. 490-env. 420) ; ses origines sont probablement moins humbles. Il eut une immense réputation d'éducateur, savoureusement décrite par Platon dans le dialogue qui porte son nom. Il fut l'ami d'Euripide et celui de Périclès, qui le chargea d'établir les lois de la cité panhellénique de Thourioi, fondée en 444. Une tradition, dont pourtant Platon ne dit mot, veut que son traité sur les dieux, où il faisait profession d'agnosticisme, lui ait valu d'être exilé d'Athènes.

De ses écrits assez abondants, le plus important paraît avoir été celui qu'on désignait sous les titres de Vérité ou de Discours démolisseurs, et qui s'ouvrait sur la phrase fameuse, maître mot de la pensée sophistique : « De toutes choses, l'homme est la mesure : de celles qui sont, qu'elles sont ; et de celles qui ne sont pas, qu'elles ne sont pas. » D'autres titres conservés (Sur les dieux, Sur l'être, Sur la république, Sur la condition primitive de l'homme, Sur les arts, Sur les mathématiques, etc.) étaient peut-être ceux de diverses sections des Antilogies (ou Arguments pour et contre) où il illustrait le principe selon lequel, sur tout sujet, il existe deux arguments opposés. Platon, qui selon certains auteurs anciens aurait plus d'une fois plagié Protagoras, lui donne la parole dans le dialogue homonyme (mythe d'Épiméthée et de Prométhée) et dans le Théétète, où il interprète et critique à fond sa pensée.

Gorgias de Leontinoi

Né en Sicile, Gorgias (env. 483-env. 374) fut, dit-on, l'élève d'Empédocle ; on lui attribue des théories physiques proches de celles de l'Agrigentin. Mais c'est comme technicien de la parole, orateur, improvisateur et styliste, qu'il devint célèbre et immensément riche. Il vint à Athènes en 427, comme ambassadeur de sa cité ; son style insolite fit sensation. Ses discours d'apparat, prononcés dans les grandes festivités de la vie panhellénique, marquent, avec des excès baroques qu'un Isocrate tempérera, les débuts de la prose d'art en Grèce. Plus esthète que Protagoras, moins soucieux que lui de former des citoyens et des chefs politiques, Gorgias trouva aussi le temps, dans sa vie plus que centenaire, d'écrire un surprenant traité Du non-être, ou De la nature, dont il nous reste deux abrégés tardifs, et dans lequel, retournant contre les Éléates une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOPHISTIQUE  » est également traité dans :

CASSIN BARBARA (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste GOURINAT
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un langage actif »  : […] Quelle est la force du langage ? L’intuition qui anime son œuvre, c’est que les mots ne sont pas seulement les reflets du monde tel qu’il est, mais qu’ils possèdent aussi une puissance créatrice et sont capables de faire advenir quelque chose, y compris un ciment social. C’est cette dernière conviction qui l’a amenée, à travers un accord international avec le CNRS, à participer à la Commission Vé […] Lire la suite

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Locus amoenus »  : […] Le succès des Caractères de Théophraste correspond à la diffusion, à la fin du xvi e  siècle, des techniques de la seconde sophistique. En 1578, Blaise de Vigenère traduit les Tableaux de Philostrate, sophiste grec du ii e  siècle, qui servent de modèle aux Tableaux sacrez du jésuite Richeome (1601). La sophistique sacrée de ce dernier, celle de Louis de Cressolles ou de Le Moyne, la « rhétori […] Lire la suite

ORATEURS ET HISTORIENS, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • François HARTOG
  •  • 2 587 mots

Dans le chapitre « Éloquence et cité »  : […] « Bon diseur d'avis » et « bon faiseur d'exploits » ( erga ) : tel doit être le héros homérique. Doublement excellent : en paroles et en actions, à la guerre comme à l'assemblée. Devant Troie, à l'assemblée des chefs achéens, chacun, tour à tour, est invité à faire prévaloir son avis ; en passant de main en main, le sceptre royal marque l'inviolabilité de l'orateur et rend visible ce premier modèl […] Lire la suite

THUCYDIDE (env. 460-env. 400 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esprit politique »  : […] Chez Hérodote, la préoccupation politique n'apparaissait qu'au second plan, mêlée à toutes sortes de renseignements, descriptions de pays et de mœurs, légendes et histoires édifiantes. Thucydide, lui, est le produit de cette Athènes démocratique et souveraine où la discussion politique constituait une habitude de tous les jours et la première des activités intellectuelles. Les sophistes avaient e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 juin 2017 Mexique. Dénonciation de l'espionnage de journalistes par le pouvoir.

sophistiqué. Les victimes enquêtaient sur des affaires impliquant les autorités. Le 10 juillet, les chercheurs d’un laboratoire universitaire canadien spécialisé dans la surveillance numérique dénonceront l’utilisation de ce même mouchard pour espionner, en mars 2016, les experts de la Commission interaméricaine des droits de l’homme qui enquêtaient […] Lire la suite

27 octobre 1986 Royaume-Uni. « Big Bang » sur la place financière de Londres

sophistiqué mis en place repousse au lendemain le début de cette modernisation. […] Lire la suite

8-30 août 1985 République fédérale d'Allemagne – République démocratique allemande. Révélation de plusieurs affaires d'espionnage

sophistiqué destiné à photographier des documents. Sonia Lüneburg, ancienne secrétaire du ministre, serait en fait un transfuge originaire de R.D.A. Le 16, une seconde disparition éveille les soupçons des services secrets ouest-allemands : Ilse Ursula Richter, employée de la Fédération des réfugiés, disparaît en laissant chez elle des bagages à compartiment […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques BRUNSCHWIG, Barbara CASSIN, « SOPHISTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sophistique/