ÉLÉATES (VIe-Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'école d'Élée reste, en Occident, une source d'inspiration pour les philosophes qui professent le primat de l'être sur le devenir. Son plus illustre représentant, Parménide, n'enseigna sans doute pas le rigoureux monisme ontologique que parfois on lui attribue. Sa polémique contre l'héraclitéisme l'a probablement entraîné à exprimer en des formules extrêmes son émerveillement devant la paradoxale correspondance entre les lois de l'esprit et celles du monde extérieur. La vérité naît de ces noces entre l'esprit, fidèle à sa vocation première à l'unité, et l'être, en qui, par-delà la multiplicité et le changement, éclatent une permanence et une identité foncières. À l'inverse, l'« opinion » reflète le flux des apparences et Parménide ironise volontiers sur ceux « pour qui être ou ne pas être, c'est la même chose et pas la même chose, pour qui, en somme, il y a, en toutes choses, l'inverse ». La recherche, par-delà les phénomènes, du principe des êtres aboutit naturellement à une laïcisation des religions traditionnelles, à la contestation des théogonies selon Homère et Hésiode. Monothéistes, Xénophane et Parménide sont considérés par le peuple grec comme des athées. Peut-être ont-ils inauguré la philosophie critique de la religion.

Une purification de l'idée de Dieu

Les philosophes éléates forment une école à Élée, ville de l'Italie, au sud de Salerne, fondée par les Phocéens après la conquête de l'Ionie par les Perses. Le premier témoignage est celui de Platon, lorsqu'il recherche (Le Sophiste, 242 D) ceux des Anciens qui ont entrepris de déterminer avec précision en quel nombre et de quelle nature sont les êtres. Certains ont dit que les êtres sont trois, d'autres deux, « quant à notre tribu éléate, qui a commencé avec Xénophane et même plus anciennement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉLÉATES ( VI e -V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_20234

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les principes »  : […] Ainsi que le livre A de la Métaphysique , le livre I de la Physique est consacré à une confrontation avec les prédécesseurs, qui porte expressément sur le nombre et la nature des principes. En fait, ce qui est en question dans ce débat, c'est la possibilité même d'une physique, c'est-à-dire d'une science des êtres naturels, qu'Aristote assimile tacitemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_20234

DEVENIR

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « La dévaluation philosophique du devenir »  : […] En général, la philosophie classique s'est défiée du devenir ; elle a tenté de le prohiber ou de le dénaturer. Le plus souvent, il n'a pénétré dans les systèmes que contre l'intention de leurs auteurs, comme en fraude. Certes, au départ de la philosophie occidentale, Héraclite s'est fait le philosophe du devenir : « Tout coule, proclamait-il, l'homme ne se baigne jamais deux fois dans le même fle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devenir/#i_20234

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 039 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les variations de la notion »  : […] La difficulté de saisir réellement cette histoire, et de ne pas la laisser s'échanger en une histoire fictive de la dialectique que pourrait écrire chaque philosophe, apparaît d'abord dans l'embarras où on se trouve pour en identifier le commencement. Celui-ci n'est pas donné dans l'évidence objective d'un fait qui serait connu comme tel, mais il est seulement reconnu à travers une tradition qui i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialectique/#i_20234

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du visible à l'invisible »  : […] Ce n'est pas uniquement de façon métaphysique, comme le veut Platon, qu'il convient d'interpréter la formule homérique selon laquelle « l'Océan est le père des choses ». Cette première grande affirmation du Devenir a aussi valeur esthétique. Elle renvoie en effet à l'élément liquide, archétype de ce miroitement éblouissant qu'est, pour Homère, le Beau. Car le poète ne nous propose pas vraiment un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_20234

GÉOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 225 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Cosmologie et physique »  : […] Dans l' Almageste se mêlent trois composantes bien distinctes. D'abord, une vision globale du monde : une cosmologie. Ensuite, un outil mathématique, essentiellement la trigonométrie, au service de la résolution des triangles plans et sphériques. Enfin, une astronomie pratique, en l'occurrence un ensemble de modèles géométriques, de tableaux de nombres et de règles calculato […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geocentrisme/#i_20234

MÉLISSUS ou MÉLISSOS (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 337 mots

Philosophe grec né à Samos, en Ionie. Mélissos commande la flotte saméenne lorsqu'elle l'emporte sur la flotte athénienne en ~ 442. Disciple de Parménide (Diogène Laërce, IX, 24), il s'est attaché comme Zénon, mais sans utiliser sa méthode paradoxale de réfutation, à défendre les thèses éléates contre les partisans d'une pluralité d'étants en mouvement. Dans son traité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melissus-melissos/#i_20234

PARMÉNIDE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 2 233 mots
  •  • 1 média

Les indications de Diogène Laërce situent la maturité de Parménide autour de 500 avant J.-C. et en font un contemporain d'Héraclite. Celles de Platon la situent autour de 480. Dans son Parménide , Platon place Socrate en position d'étudiant par rapport à Zénon, et Zénon en position de disciple par rapport à Parménide. Ce qui vaut dans ce témoignage, c'est moins une histoire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parmenide/#i_20234

XÉNOPHANE DE COLOPHON (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 767 mots

Fondateur de l'école d'Élée et maître de Parménide, bien que d'autres sources doxographiques, par exemple Platon ( Sophiste ), fassent remonter l'origine de l'école plus loin encore. Les principales indications biographiques sont fournies par Xénophane lui-même, dans certains des quelque quarante fragments qu'on a conservés de lui : « Soixante-sept années ont ballotté ma pens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xenophane-de-colophon/#i_20234

ZÉNON D'ÉLÉE (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 1 925 mots

Zénon d'Élée, né aux environs de l'an 500 avant J.-C., fut l'élève et l'ami de Parménide. Celui-ci enseignait que l'être est un, indivisible et immobile, que la multiplicité et le mouvement ne sont qu'illusion. Cette doctrine était taxée d'incohérence par ses adversaires. Afin de défendre son maître, Zénon imagina une série d'arguments qui devaient montrer que les positions de ces détracteurs éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zenon-d-elee/#i_20234

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri Dominique SAFFREY, « ÉLÉATES (VIe-Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleates/