PRODICOS (entre 470 av. J.-C. et 460-apr. 399 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sophiste ionien originaire de Julis, dans l'île de Céos, Prodicos est surtout connu par les dialogues de Platon. Socrate, le louant et le ridiculisant à la fois, dépeint Prodicos comme un frileux Tantale dont, tout omniscient, ou omnisage, et divin qu'il soit, la voix de basse produit un bourdonnement qui rend ses paroles indistinctes (Protagoras, 315 d, e). C'est pourtant avec sa voix qu'il gagnait célébrité et richesse, vendant cinquante drachmes sa grande leçon, à Athènes par exemple, où il vint souvent en ambassade (Hippias majeur, 282 c). Outre Antisthène et Callias, il y aurait eu pour élèves Isocrate et, peut-être, Euripide et Xénophon. Socrate, qui l'appelle « compagnon », aurait écouté, entre autres innombrables discours, sa petite leçon à un drachme (Cratyle, 384 b) ; mais le passage du Ménon (96 d) qu'on invoque traditionnellement pour affirmer que Socrate fut, dans l'histoire et dans le progrès de la pensée, l'élève de Prodicos comme Ménon celui de Gorgias peut s'interpréter aussi dans le contexte platonicien comme rappel de la doctrine sophistique de l'opinion. Si Prodicos n'a « pas suffisamment éduqué » Socrate, c'est que l'éducation qu'il peut donner est insuffisante, convenant à ceux que la maïeutique socratique ne pourrait faire accoucher d'une science (Théétète, 151 b).

C'est donc d'abord à travers le miroir déformant de Platon qu'on connaît la pensée de Prodicos : il enseignait la « rectitude des noms » (Euthydème, 277 e) et, en particulier, il faisait distinguer entre les synonymes apparents (Protagoras, 337 a et 340 e ; Lachès, 197 b ; et aussi Aristote, Topiques, B, 112 b 22), et ce jusque dans le vocabulaire technique de la médecine comme en témoigne Galien (De virt. phys., II, 9). Mais Galien, ainsi que le Suda, le considère comme un « philosophe physique », ayant écrit « sur la nature » avec Mélissus, Parménide, Empédocle, Alcméon ou Gorgias. Les moqueries d'Aristophane semblent impliquer également qu'il s'occupait d'astronomie (Les Nuées, 360) et de cosmogonie (Les Oiseaux, 692). Quelques rares sources (en particulier Sextus, Contre les mathématiciens, IX, 18, 51, 39-41 ; et Thémistios, trentième Discours) s'accordent pour attribuer à Prodicos une théorie sur l'origine utilitaire de la religion, selon laquelle l'eau comme le pain, indispensables à la vie, seraient devenus Poséidon, Déméter, etc. Des œuvres qu'on lui attribue (Sur la nature, Sur la nature de l'homme et Les Heures), nul fragment ne nous est parvenu qu'une paraphrase de Xénophon (Mémorables, II, 20-34) : Héraclès, à la croisée des chemins de la vie, voit s'approcher deux femmes, le Bonheur, dont l'autre nom est Vice, et la Vertu. Cet apologue, aussi conformiste que sont scandaleux les Éloges de Gorgias, est devenu l'un des thèmes les plus rebattus de l'Antiquité, qu'imitent notamment Maxime de Tyr, Dion Chrysostome, Lucien, Grégoire de Naziance, Philon, Clément d'Alexandrie. Comme chez Gorgias pourtant, il s'agit de notions essentielles à la pensée grecque, telles l'apparence, l'excellence ou l'éducation. La doxographie, à l'œuvre ici comme un processus violent de transformation obéissant à des soucis divergents, rend bien difficile une reconstitution systématique : Prodicos serait sophiste en ce qu'il s'occupe essentiellement du langage, qu'il s'agisse du nom des plaisirs ou de celui des dieux, et de sa force de persuasion, mais le sophiste le mieux assimilé par Platon ou Aristote en ce qu'il cherche à réduire son équivocité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRODICOS (entre 470 av. J.-C. et 460-apr. 399 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] L'exemple d'Anaxagore, bientôt suivi de celui, plus tragique, de Socrate, montre quelles difficultés dut surmonter la philosophie pour s'implanter à Athènes. La tradition proprement athénienne était en effet tout autre et rien moins que spéculative. L'intérêt exclusif que les Athéniens accordaient à la parole comme lieu privilégié des relations humaines les condamnait à se désintéresser du spectac […] Lire la suite

SOPHISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Barbara CASSIN
  •  • 6 775 mots

Dans le chapitre « Prodicos de Céos »  : […] Plus jeune que Protagoras, Prodicos, né entre 470 et 460, mort après 399, fut peut-être son disciple. Il exerça le métier de sophiste avec grand succès et semble s'être intéressé à la physique et à l'anthropologie. Mais sa spécialité fut la distinction des synonymes et la précision dans l'usage des mots, pratique dont Platon le raille souvent, mais qui influença la langue et la pensée de nombre de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « PRODICOS (entre 470 av. J.-C. et 460-apr. 399 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prodicos/