SOPHISTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La constitution de l'objet sophistique

H. Diels et W. Kranz (D. K.), puis M. Untersteiner ont rassemblé les fragments des sophistes. De ces grands ensembles ressort la minceur du corpus authentique, c'est-à-dire attribuable expressis verbis à l'un des sophistes. Il comporte deux lignes de force bien visibles : l'œuvre de Gorgias, avec l'ontologie, ou la méontologie, du Traité du non-être, la rhétorique de l'Éloge d'Hélène et de l'Apologie de Palamède, et celle d'Antiphon, avec les préoccupations éthiques et politiques du papyrus Sur la vérité. Cependant, les fragments conservés ne sont rien face à l'ampleur des témoignages qu'ils ont suscités. De Protagoras, qui fut, dit-on, le premier des sophistes, on ne possède somme toute que deux phrases. Mais la plus célèbre d'entre elles, qu'on a l'habitude de rendre par : « L'homme est la mesure de toutes choses : de celles qui sont, qu'elles sont, de celles qui ne sont pas, qu'elles ne sont pas » (B 1 D. K.), a, de façon paradigmatique, pour contexte de transmission ou d'interprétation, rien moins, entre autres, que le Théétète de Platon et le livre Γ de la Métaphysique d'Aristote.

Ainsi le dialogue entre Socrate et Théétète accrédite sans doute à jamais le sens relativiste et subjectiviste de la proposition de Protagoras : si la vérité se réduit pour chacun à l'opinion qui traduit sa sensation, Protagoras aurait à ce compte aussi bien fait de dire que « la mesure de toutes choses, c'est le cochon, ou le cynocéphale » (161 c 4-5). De l'ensemble des dialogues de Platon se dégage alors la figure désormais traditionnelle de la sophistique. Elle est déconsidérée sur tous les plans – ontologique : le sophiste ne s'occupe pas de l'être, mais se réfugie dans le non-être et l'accident ; logique : il ne recherche pas la vérité ni la rigueur dialectique, mais seulement l'opinion, la cohérence apparente, la persuasion, et la victoire dans la joute oratoire ; éthique pédagogique et politique : il n'a pas en vue la sagesse et la vertu, pas plus pour l'individu que pour la cité, mais il vise le pouvoir personnel et l'argent ; littéraire même, puisque les figures de son style ne sont que les boursouflures d'un vide encyclopédique. À mesurer la sophistique à l'aune de l'être et de la vérité, il faut la condamner comme pseudo-philosophie : philosophie des apparences et apparences de la philosophie.

À son tour, Aristote réfute ceux qui prétendent avec Protagoras que « tous les phénomènes sont vrais » et qui croient pouvoir ainsi refuser de se soumettre au principe de non-contradiction : c'est tout simplement qu'ils confondent, comme Héraclite, la pensée avec la sensation et la sensation avec l'altération (5, 1009 b 12-13). Or se fier exclusivement au sensible et à la sensation, et chercher à traduire en mots fidèles ce devenir incessant, ne saurait mener qu'à la contradiction, aux paradoxes, au silence même, comme celui de Cratyle, qui se contente de bouger simplement le doigt. Du coup, Aristote ne se satisfait pas de réduire la sophistique à l'ombre, nuisible, portée par la philosophie : il élabore une véritable stratégie d'exclusion. Car le sophiste, s'il persévère dans sa prétendue phénoménologie, se condamne au mutisme ; et, s'il prétend encore parler, il parle alors pour ne rien dire, « pour le plaisir de parler », en faisant tout simplement du bruit avec sa bouche. S'il est possible en effet de déjouer la plupart des sophismes en distinguant les significations, grâce aux catégories par exemple, ou en dissipant les homonymies et les amphibolies, il faut renoncer à réfuter ceux qui se placent seulement sur le plan de « ce qui est dit dans les sons de la voix et dans les mots » (5, 1009 a 21-22), sur le plan du signifiant : ceux-là, on ne peut que les réduire à l'insignifiance. Aristote, en faisant équivaloir exigence de non-contradiction et exigence de signification, parvient à marginaliser les réfractaires et à les reléguer, « plantes qui parlent », aux confins non seulement de la philosophie, mais de l'humanité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOPHISTIQUE  » est également traité dans :

CASSIN BARBARA (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste GOURINAT
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un langage actif »  : […] Quelle est la force du langage ? L’intuition qui anime son œuvre, c’est que les mots ne sont pas seulement les reflets du monde tel qu’il est, mais qu’ils possèdent aussi une puissance créatrice et sont capables de faire advenir quelque chose, y compris un ciment social. C’est cette dernière conviction qui l’a amenée, à travers un accord international avec le CNRS, à participer à la Commission Vé […] Lire la suite

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Locus amoenus »  : […] Le succès des Caractères de Théophraste correspond à la diffusion, à la fin du xvi e  siècle, des techniques de la seconde sophistique. En 1578, Blaise de Vigenère traduit les Tableaux de Philostrate, sophiste grec du ii e  siècle, qui servent de modèle aux Tableaux sacrez du jésuite Richeome (1601). La sophistique sacrée de ce dernier, celle de Louis de Cressolles ou de Le Moyne, la « rhétori […] Lire la suite

ORATEURS ET HISTORIENS, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • François HARTOG
  •  • 2 587 mots

Dans le chapitre « Éloquence et cité »  : […] « Bon diseur d'avis » et « bon faiseur d'exploits » ( erga ) : tel doit être le héros homérique. Doublement excellent : en paroles et en actions, à la guerre comme à l'assemblée. Devant Troie, à l'assemblée des chefs achéens, chacun, tour à tour, est invité à faire prévaloir son avis ; en passant de main en main, le sceptre royal marque l'inviolabilité de l'orateur et rend visible ce premier modèl […] Lire la suite

THUCYDIDE (env. 460-env. 400 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esprit politique »  : […] Chez Hérodote, la préoccupation politique n'apparaissait qu'au second plan, mêlée à toutes sortes de renseignements, descriptions de pays et de mœurs, légendes et histoires édifiantes. Thucydide, lui, est le produit de cette Athènes démocratique et souveraine où la discussion politique constituait une habitude de tous les jours et la première des activités intellectuelles. Les sophistes avaient e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 juin 2017 Mexique. Dénonciation de l'espionnage de journalistes par le pouvoir.

Un groupe de journalistes d’investigation publie un rapport qui dresse la liste de soixante-seize tentatives d’espionnage par le pouvoir de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme, en 2015 et 2016, par le biais de l’installation sur leurs téléphones portables d’un mouchard sophistiqué. Les victimes enquêtaient sur des affaires impliquant les autorités. […] Lire la suite

27 octobre 1986 Royaume-Uni. « Big Bang » sur la place financière de Londres

Toutefois, une panne du système informatique sophistiqué mis en place repousse au lendemain le début de cette modernisation. […] Lire la suite

8-30 août 1985 République fédérale d'Allemagne – République démocratique allemande. Révélation de plusieurs affaires d'espionnage

Le 8, une collaboratrice directe du ministre ouest-allemand de l'Économie, Martin Bangemann, disparaît en laissant à son domicile un matériel sophistiqué destiné à photographier des documents. Sonia Lüneburg, ancienne secrétaire du ministre, serait en fait un transfuge originaire de R.D.A. Le 16, une seconde disparition éveille les soupçons des services secrets ouest-allemands : Ilse Ursula Richter, employée de la Fédération des réfugiés, disparaît en laissant chez elle des bagages à compartiment secret. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques BRUNSCHWIG, Barbara CASSIN, « SOPHISTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sophistique/