DIFFÉRENTIELLES ÉQUATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les solutions périodiques des systèmes différentiels

Un problème très important pour certaines applications est la recherche de solution périodique de système du type dx/dt = (x), où (x), application continue dans Rn, est supposée périodique par rapport à la variable réelle t de période T (cas non autonome), ou encore du type dx/dt = (x) (cas autonome).

On ne dispose d'aucune méthode d'investigation assez puissante pour répondre à ces questions de manière générale. Les méthodes existantes sont de deux sortes. Les unes, méthode de perturbation, méthode de centrage, permettant l'étude de systèmes quasi linéaires, c'est-à-dire de systèmes dans lesquels la partie non linéaire apparaît multipliée par un paramètre qu'on suppose petit ; le calcul de représentations asymptotiques des solutions périodiques est généralement possible, ainsi que l'étude de la stabilité de ces solutions. Les autres sont des méthodes topologiques qui fournissent pour certains systèmes fortement non linéaires des résultats d'existence de solutions périodiques.

La méthode des perturbations (H. Poincaré)

Considérons l'équation :

x est une fonction scalaire, x′ = dx/dt, x″ = d2x/dt2, f fonction périodique de t de période 2 π/ω et μ un petit paramètre, tous les éléments ainsi définis étant réels.

Quand μ = 0 l'équation se réduit à x″ + x = 0 qui a pour solution générale x = a cos(t + ϕ), périodique de période 2 π, a et ϕ désignant des constantes arbitraires.

Supposons que ω est voisin de l'unité ou mieux que ω-2 = 1 − μη, η étant une fonction donnée de μ analytique dans le voisinage de 0,

Pour chercher si l'équation (48) a des solutions périodiques de période 2 π/ω, nous posons ω t = θ + δ, θ nouvelle variable, δ paramètre de translation. Il vient ainsi :

et :
et l'on recherche une solution périodique de (49) de période 2 π en θ, telle que x(0) = a, x′(0) = 0 (cette condition initiale fait comprendre le rôle du paramètre de translation δ). La théorie de Poincaré montre que si a et δ0 sont solution réelle du système d'équations :
telle que :
et si g(xx′, θ + δ, μ, η) continue par rapport à tou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences, professeur à l'université de Paris-VI
  • : membre de l'Académie des sciences, professeur de mécanique à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  DIFFÉRENTIELLES ÉQUATIONS  » est également traité dans :

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « Équations différentielles et équations aux dérivées partielles »  : […] Les équations différentielles s'étaient présentées dès le début du calcul infinitésimal, soit à propos de la détermination de courbes vérifiant certaines propriétés différentielles, soit comme traductions mathématiques de problèmes de mécanique, d'astronomie ou de physique. Au cours du xviii e  siècle, les développements des applications des mathématiques à la physique avaient introduit des équati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-mathematique/#i_19538

ASYMPTOTIQUES CALCULS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Systèmes dans le champ réel »  : […] Plaçons-nous d'abord dans le cas d'un système linéaire à coefficients constants : où A est une matrice carrée d'ordre n à coefficients complexes et x  :  t  ↦  x  ( t ) une fonction de classe C 1 sur [0, + ∞ [ à valeurs dans C n . Pour toute condition initiale a  ∈  C n , l'unique solution du problème de Cauchy x (0) =  a est donnée par : Lorsque A est diagonalisable, de valeurs propres λ 1   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calculs-asymptotiques/#i_19538

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Équations différentielles »  : […] On sait que plusieurs savants de la première moitié du xvii e  siècle avaient rencontré certains problèmes relatifs à des équations différentielles, problèmes auxquels ils n'avaient su donner qu'une présentation et qu'une solution imparfaites. Dès la mise au point de leurs méthodes de calcul infinitésimal, Newton et Leibniz réussirent à résoudre les formes d'équations différentielles les plus simp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_19538

CARTWRIGHT MARY LUCY (1900-1998)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 539 mots

Mathématicienne britannique spécialiste de l'analyse complexe et des équations différentielles. Née le 17 décembre 1900 à Aynho dans le Northamptonshire (Royaume-Uni), Mary Lucy Cartwright est la fille d'un pasteur de l'Église anglicane. Admise en octobre 1919 au collège Saint Hugh de l'université d'Oxford pour y étudier les mathématiques, elle en sort diplômée en 1923 et enseigne pendant quatre a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-lucy-cartwright/#i_19538

CAUCHY AUGUSTIN-LOUIS (1789-1857)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 1 403 mots

Dans le chapitre « Équations différentielles »  : […] Mais, dans ce rôle de législateur de l'analyse, la plus profonde contribution de Cauchy se situe sans conteste dans le domaine des équations différentielles, où il est le premier à donner des démonstrations générales d'existence et d'unicité des solutions (ses prédécesseurs ne se posaient même pas ces questions). En fait, les trois méthodes principales dont on lui attribue d'ordinaire la paternit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-louis-cauchy/#i_19538

CLAIRAUT ALEXIS CLAUDE (1713-1765)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 212 mots

Mathématicien français. Né à Paris, Clairaut (ou Clairault) fit, sous la conduite de son père qui était professeur de mathématiques, de tels progrès en cette science qu'à l'âge de douze ans il lisait devant l'Académie une note sur les propriétés de quatre courbes qu'il avait découvertes. Ses Recherches sur les courbes à double courbure (1731) le firent élire à l'Académie des sciences, bien qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexis-claude-clairaut/#i_19538

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Équations non linéaires

  • Écrit par 
  • Claude BARDOS
  •  • 10 860 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les équations de réaction-diffusion »  : […] On a vu au chapitre 2 que l'étude du comportement asymptotique des solutions de l'équation de Navier-Stokes était encore très fragmentaire. En particulier, il n'est pas possible de démontrer pour les équations de Navier-Stokes des résultats qualitatifs aussi précis que ceux que l'on observe sur des modèles à un nombre fini de degrés de liberté comme le système de Lorenz. Par contre, pour les équat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derivees-partielles-equations-aux-equations-non-lineaires/#i_19538

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Sources et applications

  • Écrit par 
  • Martin ZERNER
  •  • 6 318 mots
  •  • 1 média

On se propose de décrire très sommairement quelques types classiques d'équations aux dérivées partielles issues principalement de la physique et de préciser leurs interventions dans des domaines variés des mathématiques. Alors que les solutions des équations différentielles ordinaires dépendent d'une ou de plusieurs constantes arbitraires, celles des équations et systèmes d'équations aux dérivées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derivees-partielles-equations-aux-sources-et-applications/#i_19538

ÉQUATION, mathématique

  • Écrit par 
  • Gilles LACHAUD
  •  • 1 488 mots

Dans le chapitre « Équations différentielles »  : […] Les équations différentielles sont des équations dont les coefficients et les variables sont eux-mêmes des fonctions, et dont les termes contiennent les dérivées de cette fonction ainsi que la fonction elle-même. Les équations différentielles ordinaires impliquent une fonction y d'une seule variable x et ses dérivées y ', y '', etc. ; l' ordre d'une telle équation est l'ordre de la plus haute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equation-mathematique/#i_19538

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Perturbations singulières »  : […] De nombreux travaux ont également été effectués sur les équations différentielles contraintes, c'est-à-dire sur les systèmes dynamiques pour lesquels il existe deux échelles de temps, une dynamique « rapide » amenant le point représentatif de l'espace de phase M × W sur une variété « lente » Σ ⊂ M × W (surface des états) et une dynamique « lente » faisant évoluer l'état sur Σ (cf.  supra .). Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_19538

HALPHEN GEORGES-HENRI (1844-1889)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 628 mots

Mathématicien brillant, travailleur acharné, doué d'un profond talent d'algébriste, Georges-Henri Halphen a attaché son nom surtout à des résultats de géométrie analytique. Né à Rouen le 30 octobre 1844, il fut élevé à Paris, reçut sa première formation au lycée Saint-Louis, entra à l'École polytechnique en 1862 et sortit en 1866 comme lieutenant d'artillerie de l'École d'application de Metz. Il p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-henri-halphen/#i_19538

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 21 : monodromie des équations différentielles de Fuchs »  : […] On considère une équation différentielle linéaire d'ordre n dans un ouvert U du plan projectif complexe P 1  : c'est Fuchs qui, le premier, mit en lumière un type particulier parmi ces équations, caractérisées par des propriétés soit analytiques, soit algébriques. Ces équations, dites à point singulier régulier au point α (ou de Fuchs), sont en effet celles qui vérifient les deux propriétés équi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_19538

INTÉGRALES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Michel HERVÉ
  • , Universalis
  •  • 2 561 mots

Dans le chapitre « Problème de Sturm-Liouville »  : […] Le problème de Sturm-Liouville (cf. équations différentielles , chap. 3) concerne les valeurs du paramètre réel λ pour lesquelles l' équation différentielle linéaire homogène : (où L est un opérateur différentiel d'ordre n à coefficients continus sur un intervalle compact [ a , b ] de R et r une fonction continue strictement positive sur cet intervalle) a des solutions non nulles vérifiant n cond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-integrales/#i_19538

LAGRANGE JOSEPH LOUIS (1736-1813)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  • , Universalis
  •  • 1 608 mots

Dans le chapitre « L'œuvre de Lagrange »  : […] Joseph Louis Lagrange appartenait à une famille turinoise originaire de France par les hommes. Les aptitudes scientifiques du jeune Lagrange se révélèrent très tôt et, bien que destiné au barreau, il se tourna à l'âge de dix-sept ans vers l'analyse mathématique. La lecture de l'ouvrage d' Euler sur les isopérimètres le conduisit, dès 1754, à des résultats fondamentaux sur le calcul des variations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-louis-lagrange/#i_19538

LIAPOUNOV ALEXANDRE MIKHAÏLOVITCH (1857-1918)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 500 mots

Mathématicien et physicien russe, membre de l'Académie des sciences. Après des études à l'université de Saint-Pétersbourg, il est assistant puis professeur à l'université de Kharkov. En 1902, il est nommé professeur à l'université de Saint-Pétersbourg. Élève de P. L. Tchebychev, c'est le représentant le plus remarquable de l'école mathématique fondée par celui-ci. Il a créé une théorie moderne rig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-mikhailovitch-liapounov/#i_19538

LITTLEWOOD JOHN EDENSOR (1885-1977)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 563 mots

Mathématicien britannique, spécialiste de l'analyse. Né le 9 juin 1885 à Rochester dans le Kent, John Edensor Littlewood est le fils du mathématicien Edward Thornton Littlewood, qui avait été nommé en 1892 directeur d'une école de Wynberg en Afrique du Sud. Il quitte sa famille en 1900 pour suivre les cours de l'école Saint Paul de Londres, puis est admis au Trinity College de Cambridge en octobre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-edensor-littlewood/#i_19538

MÉCANIQUE CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 6 163 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mouvement d'un astre autour de son centre de gravité »  : […] Cette étude est particulièrement intéressante pour la Terre, dont la rotation est à l'origine de la définition de l'échelle de temps dite temps universel . La Terre étant considérée comme un corps solide, soit A , B , C ses moments d'inertie par rapport à trois axes rectangulaires ayant pour origine le centre de la Terre et liés à celle-ci. Soient p , q , r les composantes dans ce système d'axes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-celeste/#i_19538

MÉDAILLES FIELDS 2018

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 605 mots
  •  • 1 média

Les médailles Fields récompensent tous les quatre ans des mathématiciens de moins de quarante ans, lors du congrès de l’Union mathématique internationale. En 2018, le congrès réuni le 1 er  août à Rio de Janeiro a attribué cette récompense à l’Irano-Britannique Caucher Birkar, à l’Italien Alessio Figalli, à l’Allemand Peter Scholze et à l’Indo-Australien Akshay Venkatesh . Cette liste de lauréats […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medailles-fields-2018/#i_19538

ORTHOGONAUX POLYNÔMES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 2 380 mots

Dans le chapitre « Équations différentielles des polynômes orthogonaux »  : […] Soit I = [α, β] un intervalle compact de R , a et b deux fonctions à valeurs réelles indéfiniment dérivables sur I, la fonction a ne s'annulant pas sur l'intérieur de I et admettant un zéro simple aux points α et β. On considère l' équation différentielle : où λ est un nombre complexe. De telles équations interviennent, par exemple, dans les problèmes de Sturm-Liouville. Les solutions de (1) sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polynomes-orthogonaux/#i_19538

PAINLEVÉ PAUL (1863-1933)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 531 mots

Mathématicien et homme politique français né à Paris, Paul Painlevé est aussi un théoricien de l'aviation dont il soutint le développement par son action politique. Ancien élève de l'École normale supérieure, il enseigna aux universités de Lille et de Paris et à l'École polytechnique. Il fut nommé membre de l'Académie des sciences en 1900. S'intéressant désormais à la politique, il représenta au P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-painleve/#i_19538

POINCARÉ HENRI (1854-1912)

  • Écrit par 
  • Gérard BESSON, 
  • Christian HOUZEL, 
  • Michel PATY
  •  • 6 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mécanique céleste et systèmes dynamiques »  : […] Étudiant, en 1885, le comportement d'une masse fluide en rotation dans un champ de forces, Poincaré analysa de manière systématique les conditions d'équilibre, en utilisant le développement en séries des périodes d'une fonction elliptique. Il put mettre en évidence que, dans une même série, ces figures dépendent d'un paramètre variable, qui détermine le type de la figure d'équilibre. À chaque fig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-poincare/#i_19538

SMALE STEPHEN (1930- )

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 323 mots

Mathématicien américain né le 15 juillet 1930 à Flint (Michigan). Après des études à l'université du Michigan (où il passa son doctorat en 1956), Stephen Smale enseigna à l'université Columbia (1961-1964), puis à Berkeley à partir de 1964. En 1966, il reçut le prix Veblen de l'American Mathematical Society et la médaille Fields au congrès de Moscou. Le premier grand résultat de Smale fut, en 1956, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-smale/#i_19538

STURM CHARLES FRANÇOIS (1803-1855)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 283 mots

Après avoir été étudiant à l'université de Genève (sa ville natale), Sturm se rend, pour être précepteur dans la famille Broglie, à Paris, où il fréquente les plus grands savants de l'époque et où il se fixe définitivement à partir de 1825. Avec son ami Colladon, il détermine en 1826 la vitesse de propagation du son dans l'eau, ce qui lui vaut, l'année suivante, le grand prix de mathématiques prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-francois-sturm/#i_19538

SYMBOLIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Robert PALLU DE LA BARRIÈRE
  •  • 2 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Applications de la transformation de Laplace »  : […] L'application la plus répandue de la transformation de Laplace est la résolution des équations de convolution , et en particulier des équations différentielles linéaires à coefficients constants. Soit l'équation de convolution a   *   x  =  b , où a , b et x sont des fonctions à support positif. Si a , b , x ont des transformées de Laplace A, B, X, on aura : c'est-à-dire : La résolution de l'éq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-symbolique/#i_19538

WEYL HERMANN (1885-1955)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 1 977 mots

Dans le chapitre « Problèmes aux limites singuliers »  : […] La thèse de Weyl (1910) est consacrée à l'étude du problème de Sturm-Liouville sur R + . Si L est un opérateur linéaire du second ordre auto-adjoint : la théorie de Hilbert-Schmidt (cf. équations différentielles , chap. 3) montre que, pour tout intervalle compact [0, l ], il existe une suite discrète de valeurs propres positives λ (c'est le spectre de u ) pour lesquelles l'équation L( u ) = λ u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-weyl/#i_19538

WHITTAKER sir EDMUND (1873-1956)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 294 mots

Mathématicien anglais dont les travaux portent principalement sur les équations différentielles et aux dérivées partielles et sur leurs applications à la physique mathématique et à l'astronomie. De 1906 à 1912, Whittaker fut Royal Astronomer of Ireland à Dublin. Il fut nommé alors professeur à l'université d'Édimbourg, où il restera jusqu'à sa retraite en 1946 ; il y a fondé un remarquable groupe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/whittaker-sir-edmund/#i_19538

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian COATMELEC, Maurice ROSEAU, « DIFFÉRENTIELLES ÉQUATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-differentielles/