Michel HOANG

journaliste

ARMÉE ROUGE, Chine

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 019 mots

« Le pouvoir est au bout du fusil » : quand Mao Zedong énonce, en novembre 1938, cette formule désormais célèbre, il parle en orfèvre. Il fait la guerre à Tchiang Kaï-chek depuis plus de dix ans. Il lui faudra encore combattre plus d'une décennie pour prendre le pouvoir en 1949. En guerre près d'un quart de siècle, le Parti communiste chinois, poursuivant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-rouge-chine/#i_0

BLÜCHER VASSILI KONSTANTINOVITCH (1890-1938)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 792 mots

Issu d'un milieu de paysans, Blücher, qui exerce de multiples petits métiers, est emprisonné de 1910 à 1913, vraisemblablement pour incitation à la grève.La Grande Guerre en fait un officier mobilisé dans l'armée du front sud-ouest. Hospitalisé entre 1915 et 1916, il reprend bientôt du service comme volontaire et commande un détachement de gardes rouges dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vassili-konstantinovitch-blucher/#i_0

CENT FLEURS LES

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 948 mots

C'est en mai 1956 que le président Mao Zedong énonce sa formule désormais célèbre : « Que cent fleurs s'épanouissent, que cent écoles rivalisent. » Ce slogan d'expression très classique fait référence aux « cent écoles », dénomination donnée par le philosophe taoïste Zhuangzi aux multiples écoles spéculatives de pensée qui fleurissaient aux ~ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cent-fleurs/#i_0

CHEN BODA [TCH'EN PO-TA] (1905-1989)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 772 mots

Ce futur interprète de la politique de Mao Zedong et cet éminent porte-parole du Parti communiste chinois voit le jour à Hui'anxian au Fujian dans une famille de paysans pauvres. Ne pouvant se permettre de poursuivre de longues études, Chen Boda entre au service d'un chef de guerre qui l'emploie comme secrétaire. Dans les années vingt, il part à Moscou où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chen-boda-tch-en-po-ta/#i_0

CHEN DUXIU [TCH'EN TOU-SIEOU] (1879-1942)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 114 mots

Prestigieux chef de file du Mouvement du 4-Mai et futur secrétaire général du Parti communiste chinois (P.C.C.), Chen Duxiu naît à Huaining en Anhui dans une famille riche. Influencé par les modernistes Liang Qichao et Kang Youwei, il étudie à l'École normale supérieure de Tōkyō, apprend le français et l'anglais avant d'éditer, épisodiquement, à Shanghai de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chen-duxiu-tch-en-tou-sieou/#i_0

CHEN YI [TCH'EN YI] (1901-1972)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 942 mots

Après des études classiques, Chen Yi, fils de magistrat né à Lezhi (Sichuan), est attiré par des idées progressistes diffusées par les étudiants revenus de l'étranger (en particulier l'anarchisant Li Shizeng) et apprend le français avant d'obtenir une bourse qui lui permet d'étudier la chimie en France (1919). Étudiant à Grenoble et à Lyon, il travaille épisodiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chen-yi-tch-en-yi/#i_0

CHEN YUN [TCH'EN YUN] (1900-1995)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 854 mots

Né dans la région de Shanghai, il est peu probable que Chen Yun ait reçu plus qu'une instruction primaire. Travailleur de l'imprimerie, il rejoint les communistes en 1924 et travaille dans les syndicats, sa connaissance du prolétariat jointe à celle des coutumes locales étant précieuse pour le Parti communiste chinois (P.C.C.). C'est au sein des organisatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chen-yun-tch-en-yun/#i_0

COMMUNES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 784 mots

Unités de base mises en place par la République populaire de Chine pour préparer la collectivisation économique.En 1953, après la distribution aux paysans pauvres des terres des grands propriétaires fonciers dépossédés, les autorités de Pékin transforment les équipes d'entraide saisonnières en équipes d'entraide permanentes, au sein desquelles la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communes-populaires/#i_0

DENG FA [TENG FA] (1906-1946)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 580 mots

Natif de Yunfu, au Guangdong, d'une obscure famille paysanne, Deng Fa ne reçoit pas la moindre instruction durant sa jeunesse et doit travailler comme matelot à bord des navires britanniques de la Butterfield Service Company ou comme cuisinier sur les vapeurs cabotant entre Hong Kong et Canton. En 1922, il est forteme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deng-fa-teng-fa/#i_0

HE LONG [HO LONG] (1896-1969)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 593 mots

Né à Dayong (Hunan), l'ancien maréchal He Long est le fils d'un officier pauvre de l'armée mandchoue, membre important de la Gelaohui (la Société des aînés et des anciens) résolument antimandchoue et bien implantée en milieu militaire. Sous l'influence de son père, He Long entre dans l'armée ; en 1912, on le trouve à la tête de milliers de paysans poussés à la révolte par une terrible famine, prat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/he-long-ho-long/#i_0

HUANGPU ACADÉMIE MILITAIRE DE

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 063 mots

C'est en mai 1924 que le Guomindang de Sun Yat-sen et l'embryonnaire Parti communiste chinois conviennent d'établir près de Canton, sur une île de la rivière des Perles, et avec le concours de l'Union soviétique, la future école des cadres politiques et militaires de la Chine contemporaine, la fameuse Académie militaire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-militaire-de-huangpu/#i_0

JIANG QING [KIANG TS'ING] LI WEIFEN dite (1913-1991)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 729 mots

Assez peu connue en Occident avant la révolution culturelle prolétarienne, Jiang Qing, la quatrième épouse du président Mao Zedong, eut bien antérieurement une influence insoupçonnée dans le domaine culturel en Chine populaire.Originaire d'une famille pauvre du Shandong et orpheline de bonne heure, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jiang-li/#i_0

KANG SHENG [K'ANG CHENG] (1899-1975)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 628 mots

Originaire d'un milieu de propriétaires aisés, Kang Sheng voit le jour à Zhucheng (Shandong). Exclu de l'école pour ses activités subversives, il étudie à Shanghai et a pour professeur Qu Qiubai, futur secrétaire général du Parti communiste chinois (P.C.C.). Dans les années vingt, Kang Sheng adhère à la Ligue de la jeunesse socialiste puis au Parti communis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kang-sheng-k-ang-cheng/#i_0

LI DAZHAO [LI TA-TCHAO] (1889-1927)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 965 mots

La pensée et l'action politique de Li Dazao, l'un des plus brillants intellectuels de la Chine révolutionnaire, ont largement contribué à la montée de la révolution chinoise.Originaire de Leting, au Hebei, Dazhao suit l'école de droit et d'administration de Tianjin, dont il sort diplômé ; il fréquente bientôt des intellectuels progressistes (Sun Hongyi). En 1913, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-dazhao-li-ta-tchao/#i_0

LI FUCHUN [LI FOU-TCH'OUEN] (1901-1975)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 540 mots

Originaire d'une famille appauvrie de lettrés, Li Fuchun, qui est né à Changsha, au Hunan, se joint à la Société d'étude du peuple nouveau (Xin min xuexi), fondée par Cai Hesen et Mao Zedong, qui réunit des étudiants progressistes. Profitant du plan de travail et d'études organisé pour la formation d'étudiants chinois à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-fuchun-li-fou-tch-ouen/#i_0

LIN BIAO [LIN PIAO] (1907-1971)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 079 mots

Né au Hubei dans un milieu de petits propriétaires terriens, Lin Biao s'intéresse très tôt aux mouvements radicaux de l'intelligentsia. Au sortir de l'école secondaire, il devient membre de la Ligue de la jeunesse socialiste puis entre, en 1925, à l'Académie militaire de Whampoa, où ses qualités attirent l'attention de ses instructeurs, parmi lesquels Tchiang Kai-chek, le général Blücher, le princ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lin-biao-lin-piao/#i_0

LIU BOCHENG [LIEOU PO-TCH'ENG] (1892-1986)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 525 mots

Fils d'un musicien ambulant, originaire de Kaixian au Sichuan, Liu Bocheng embrasse la carrière des armes ; sous l'influence de Wu Yuzhang, universitaire révolutionnaire, il entre au Parti communiste chinois en 1926. Il sert dans les troupes de l'« expédition du Nord » dirigée par le Guomindang contre les féodaux militaristes (« seigneurs de la guerre ») et fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-bocheng-lieou-po-tch-eng/#i_0

LIU SHAOQI [LIEOU CHAO-K'I] (1898-1969)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 140 mots

Fils de petit propriétaire foncier, futur militant professionnel à l'itinéraire révolutionnaire classique, Liu Shaoqi naît à Yinshan (Hunan) ; en 1916, il entre à l'école normale de Changsha et a pour condisciples Mao Zedong, Li Lisan et Ren Bishi. Son radicalisme le porte vers la Ligue de la jeunesse socialiste que vient de constituer à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-shaoqi-lieou-chao-k-i/#i_0

LONGUE MARCHE (LA)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 077 mots

Épopée militaire que l'on a comparée aux plus fabuleux exploits guerriers de l'histoire, la Longue Marche (Chang Zheng) constitue le meilleur symbole de l'accomplissement de la révolution chinoise. Elle a pour origine une défaite : celle de l'Armée rouge acculée dans ses bases rouges de plus en plus réduites par les troupes nationalistes du Guomindang (GMD) commandées par Tchia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/longue-marche-la/#i_0

NIE RONGZHEN [NIE JONG-TCHEN] (1899-1992)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 507 mots

Né à Jiangjin, au Sichuan, dans un milieu paysan, Nie Rongzhen participe au Mouvement du 4 mai 1919 avant de s'embarquer pour la France (plan travail-études organisé pour les étudiants chinois). Il y côtoie Deng Xiaoping, puis se rend en Belgique pour enseigner dans une institution privée patronnée par le Parti socialiste belge. De retour en France pour étudier la mécanique, il travaille un temps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nie-rongzhen-nie-jong-tchen/#i_0

PENG DEHUAI [P'ENG TÖ-HOUAI] (1898-1974)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 040 mots

Né au Hunan, Peng Dehuai a une enfance misérable ; il exerce divers petits métiers avant de s'engager dans les armées provinciales et il est emprisonné pour avoir attenté à la vie d'un gouverneur. En 1918, il reçoit un commandement qui va l'amener à participer à l'« expédition du Nord » des républicains contre les potentats septentrionaux (1926). Introduit par sa femme au mouvement révolutionnaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peng-dehuai-p-eng-to-houai/#i_0

PENG PAI [P'ENG P'AI] (1895-1928)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 830 mots

Premier parmi les communistes chinois à vouloir organiser la paysannerie et en cela précurseur de l'action de Mao Zedong, Peng Pai naît à Haifeng (Guangdong) dans une famille aisée. Il étudie l'économie politique à Tōkyō et, au contact de l'intelligentsia socialiste japonaise, s'intéresse de près aux problèmes agraires. Après sa participation à Tōkyō, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peng-pai-p-eng-p-ai/#i_0

PENG ZHEN [P'ENG TCHEN] (1902-1997)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 878 mots

De son véritable nom Fu Maogong, Peng Zhen naît à Chuwu, dans le Shānxi. Issu d'un milieu humble de paysans, il doit travailler très tôt pour survivre et poursuivre des études. À l'âge de vingt et un ans, les premiers périodiques révolutionnaires chinois, en particulier La Nouvelle Jeunesse (Xin Qingnian), et la presse communiste l'initient au marxisme-lénin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peng-zhen-p-eng-tchen/#i_0

QU QIUBAI [K'IU TS'IEOU-PAI] QU SHUANG [K'IU CHOUANG] dit (1899-1935)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 024 mots

De son véritable nom Qu Shuang, Qu Qiubai naît à Changzhou (Jiangsu) dans une famille de lettrés. Il se destine à une carrière artistique et littéraire, mais la ruine et les dissensions familiales l'obligent à enseigner. Il étudie néanmoins la poésie, le bouddhisme, le français et le russe. En 1919, il est arrêté pour sa participation au Mouvement du 4 mai ; il entrevoit le marxisme grâce à l'infl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-qiubai-k-iu-ts-ieou-pai-qu-shuang-k-iu-chouang-dit/#i_0

SNOW EDGAR PARKS (1905-1972)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 079 mots

Durant plus d'une décennie, Edgar Snow fut sans doute le plus aventureux et le plus entreprenant des journalistes en Chine et il est indiscutablement le premier à avoir témoigné de l'importance d'une révolution en train de se faire en 1936 quelque part du côté de Yan'an. Né à Kansas City (Missouri), Snow s'embauche comme fermier, cheminot et marin avant de suivre les cours de l'école de journalism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-parks-snow/#i_0

WANG JINGWEI [WANG TSING-WEI] (1884-1944)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 308 mots

Une grande misère et une situation d'orphelin assombrissent les jeunes années de Wang Jingwei (dont le véritable nom est Wang Zhaoming) qui parvient malgré tout à recevoir une formation classique puis à enseigner tout en aidant ses cadets. Né à Canton et instruit par son père suivant les règles de l'enseignement chinois traditionnel, Wang Jingwei passe son en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-jingwei-wang-tsing-wei/#i_0

XI'AN INCIDENT DE (1936)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 920 mots

Mutinerie d'un caractère original, la capture de Tchiang Kai-chek par Zhang Xueliang, connue comme « l'incident de Xi'an », constitue une péripétie diplomatique dont les implications politiques et psychologiques ont marqué le destin de la Chine et, en particulier, le développement de son sentiment national.Jeune puissance économique et militaire qui a déjà soumis la Chine impériale (1895) et la Ru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incident-de-xi-an/#i_0

YAO WENYUAN (1931-2005)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 591 mots

Les renseignements qui concernent les débuts du polémiste Yao Wenyuan, l'un des membres de la bande des Quatre, sont très lacunaires. On sait seulement qu'il a été élevé dans un climat intellectuel, car son père, Yao Bengzi, était un écrivain engagé des années 1930, proche d'auteurs de renom tels Laoshe, Bajin et Maodun, et que lui-même s'est vraisembla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yao/#i_0

YE JIANYING [YE KIEN-YING] (1898-1986)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 953 mots

C'est à Meixian, un district hakka du Guangdong, que naît Ye Jianying, dans une famille de commerçants ; après une instruction scolaire classique, il s'expatrie en Malaisie où il se prépare à une carrière dans les affaires. En décembre 1915, des généraux du Yunnan dirigent une révolte contre le despotisme de Yuan Shikai et contre ses velléités de restauration monarchique. De nombreux Chinois d'out […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ye-jianying-ye-kien-ying/#i_0

YE TING [YE T'ING] (1897-1946)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 846 mots

Originaire d'un milieu paysan, Ye Ting naît au Guangdong, dans le district de Huizhou, non loin de Hong Kong. Assez tôt il choisit la carrière des armes. Il prépare l'Académie militaire de Whampoa et ne tarde pas à devenir chef de bataillon du Guomindang (GMD) en 1920, puis commandant de l'un des bataillons de la garde de Sun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ye-ting-ye-t-ing/#i_0

YUAN SHIKAI [YUAN CHE-K'AI] (1859-1916)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 151 mots

Né à Xiangcheng (Henan) dans un milieu de hauts fonctionnaires, Yuan Shikai, après des études classiques, opte pour le métier des armes. Sous-préfet militaire en Corée, alors que cette province est réclamée par la Chine et le Japon, il se montre un officier des plus énergiques. Après la défaite chinoise contre le Japon (1895), Yuan est appelé à moderniser l'armée chinoise sur les modèles européens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yuan-shikai-yuan-che-k-ai/#i_0

ZHANG GUOTAO [TCHANG KOUO-T'AO] (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 921 mots

Leader influent du mouvement communiste chinois jusqu'en 1938, date à laquelle il entra en conflit direct avec Mao Zedong dont il fut un sérieux rival, Zhang Guotao naît dans une famille hakka de propriétaires aisés. Pendant ses années d'études il soutient l'agitation révolutionnaire contre Yuan Shikai (1915) et se lie avec Chen Duxiu qui deviendra son me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-guotao-tchang-kouo-t-ao/#i_0

ZHANG XUELIANG [TCHANG HIUE-LEANG] (1898-2001)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 751 mots

Surnommé le « jeune maréchal », gouverneur de Mandchourie évincé par les Japonais, la carrière militaire apporta à Zhang Xueliang peu de renom sur les champs de bataille. Il fut l'un des principaux protagonistes de l'« incident de Xi'an » en capturant Tchiang Kai-chek pour le persuader de rencontrer les communistes qu'il combattait depuis 1927 et lui fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-xueliang-tchang-hiue-leang/#i_0

ZHANG ZUOLIN [TCHANG TSO-LIN] (1873-1928)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 801 mots

Originaire de Haicheng au Liaoning et de souche paysanne, Zhang Zuolin, futur seigneur de la guerre et maître de la Mandchourie, entre dans la carrière des armes et, lors de la guerre sino-japonaise (1894-1895), combat le Japon. En 1904-1905, la guerre russo-japonaise le trouve aux côtés du Japon, entraînant des troupes irrégulières, et lui permet d'en t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-zuolin-tchang-tso-lin/#i_0

ZHU DE [TCHOU TÖ] (1886-1976)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 938 mots

Né à Dawan (Sichuan), mais d'origine cantonaise, Zhu De fait des études classiques et, après l'abrogation du système traditionnel des examens, fréquente l'école moderne de Nanchang puis entre en 1909 à l'académie militaire du Yunnan ; il est, en 1911, l'un des premiers lieutenants diplômés de l' « armée étrangère » formée sur les modèles européens. Membre d'organisations progressistes (Tongmenghui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhu-de-tchou-to/#i_0