LIU BOCHENG [LIEOU PO-TCH'ENG] (1892-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un musicien ambulant, originaire de Kaixian au Sichuan, Liu Bocheng embrasse la carrière des armes ; sous l'influence de Wu Yuzhang, universitaire révolutionnaire, il entre au Parti communiste chinois en 1926. Il sert dans les troupes de l'« expédition du Nord » dirigée par le Guomindang contre les féodaux militaristes (« seigneurs de la guerre ») et fait aussi partie du mouvement insurrectionnel de Nanchang (1er août 1927) qui marque officiellement la naissance de l'Armée rouge. Après la débâcle des révolutionnaires, il suit à Moscou les cours de l'Académie militaire Frounzé où il rencontre d'autres officiers chinois (notamment Ye Jianying).

De retour en Chine, Liu Bocheng entre au conseil militaire révolutionnaire de Shanghai puis, en 1931, sert en compagnie de Zhu De de chef d'état-major au sein de l'académie de l'Armée rouge implantée au Jiangxi. Quand la pression des armées de Tchiang Kai-chek oblige les communistes à évacuer leur base pour entreprendre une gigantesque retraite qui deviendra plus tard la Longue Marche (1934-1935), Liu Bocheng a la responsabilité du commandement des détachements d'avant-garde. Il supervise le décisif et héroïque passage de la rivière Dadu, ainsi que les difficiles négociations pour traverser des territoires occupés par des populations non chinoises et le plus souvent hostiles. Edgar Snow rapporte le rôle personnel de Liu Bocheng qui, par son origine sichuanaise et sa connaissance de la langue des Lolo, négocie avec ces derniers le passage, par les seules voies de retraite possibles, de l'Armée rouge talonnée par les nationalistes. En juillet 1935, quand les troupes de la Longue Marche se scindent en deux tronçons, il accompagne Zhu De et Zhang Guotao qui veulent continuer vers l'ouest, tandis que Mao Zedong entraîne son groupe vers le Shǎnxi. En 1937, Liu Bocheng est commandant divisionnaire et, au printemps 1945, lors du VIIe congrès du P.C.C. tenu à Yan'an, il est élu au comité central ; ses forces opérant en Chine centrale remportent des succès décisifs au sud du fleuve Jaune. La victoire communiste lui permet d'exercer de hautes responsabilités de commandement et des fonctions administratives dans le bureau de la région sud-ouest. De 1951 à 1958, il assure la présidence de l'académie militaire de l'Armée populaire de libération à Nankin ; il est membre du comité permanent du Congrès tandis qu'il est promu maréchal en 1956. Lors du Xe congrès du P.C.C., on le trouve à la vice-présidence du Conseil de la défense nationale.

Technicien de la guerre, Liu Bocheng est resté, semble-t-il, très marqué par la formation militaire qu'il a reçue en Union soviétique et a fait traduire de nombreux ouvrages stratégiques russes au profit de l'A.L.P. Spécialiste autorisé de la guerre mobile, il est probable qu'il a eu, malgré son âge avancé, un rôle à jouer durant la guerre du Vietnam.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel HOANG, « LIU BOCHENG [LIEOU PO-TCH'ENG] (1892-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-bocheng-lieou-po-tch-eng/