CANTON ou GUANGZHOU [KOUANG-TCHEOU]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Village flottant, Canton

Village flottant, Canton
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Chine : carte administrative

Chine : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Chine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Canton (Guangzhou ), capitale du Guangdong, est située à 60 kilomètres de la mer, au pied d'une colline rocheuse isolée au milieu de la plaine d'alluvions du Xijiang, à l'extrémité de l'estuaire formé par ce fleuve, ainsi que par son affluent le Beijiang et par le Dongjiang. Cet estuaire, le Zhuijiang (ou rivières des Perles), est une des trois zones majeures du développement chinois. C'est un site portuaire classique (le point ultime atteint par la marée), choisi définitivement comme tel au xie siècle (1055), bien que les relations avec l'étranger (Arabes, Perses) aient été bien antérieures. La fortune de Canton est due à sa position géographique remarquable (convergence des voies commerciales) : Canton a été pendant des siècles la porte de la Chine centrale, notamment depuis 1514, date à partir de laquelle le port fut fréquenté par les Portugais.

Canton était déjà au Moyen Âge la principale base des Arabes en Chine (d'où la diffusion de l'Islam dans les provinces intérieures du Sud-Ouest). Au xviiie siècle, alors que la Chine se fermait presque complètement aux commerçants étrangers, Canton était le seul port qui leur restât ouvert, malgré de sévères restrictions (obligation de passer par une guilde chinoise dotée d'un monopole, le « Cohong » ou Gonghang). Canton se trouva ainsi être le lieu principal du choc entre la Chine et l'Occident, au moment des guerres de l'opium. C'est à Canton qu'eut lieu la grande cérémonie rituelle de purification (1839), au cours de laquelle le vice-roi Lin Zexu lança dans la mer les cendres des caisses d'opium anglais confisquées dans la ville et solennellement brûlées, cérémonie qui fut à l'origine immédiate de la guerre.

Canton, au xixe siècle, reste le principal centre de contact entre la Chine et l'étranger. À partir de l'île de Hong Kong se diffusent la médecine moderne et la vaccination. C'est aussi à partir de là que se répand le christianisme. Le fondateur du mouvement Taiping avait fréquenté les m [...]

Village flottant, Canton

Village flottant, Canton

Photographie

Jonques habitées, à Canton, vers 1900. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études
  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CANTON ou GUANGZHOU [ KOUANG-TCHEOU ]  » est également traité dans :

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La transition postmaoïste »  : […] La période qui commence en 1978 s'inscrit sous le double sceau des « réformes et de l'ouverture » et elle est annoncée dès 1975 par la politique des quatre modernisations – agriculture, industrie, sciences et techniques, et armée – de Zhou Enlai, avec l'aide de Deng Xiaoping. Ce dernier défend sa politique de réformes pour sortir la Chine de la misère et du désenchantement qu'a entraînés l'ère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-hommes-et-dynamiques-territoriales/#i_21993

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le delta de la rivière des Perles »  : […] Les plaines représentent 10 p. 100 à peine de la superficie de la région. Les deux principales sont le delta du Han et surtout le delta de la rivière des Perles. Ce dernier a été construit par le Xijiang et son affluent du nord le Beijiang, ainsi que par le Dongjiang. Le Xijiang est un fleuve court mais très puissant, dont le débit peut atteindre 59 000 m 3 /s et qui mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_21993

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Ouverture forcée aux nations occidentales »  : […] Depuis la fin des guerres napoléoniennes, le renouveau des activités commerciales européennes en Extrême-Orient (Singapour est fondée en 1819) se traduisait par une pression constante en direction de la Chine. Les firmes étrangères acheteuses de thé et de soie supportaient avec impatience les restrictions imposées au xviii e  siècle par le gouvern […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21993

COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS, en bref

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 271 mots

Depuis le xvii e  siècle, l'Occident importe de Chine des produits de luxe (soie, porcelaine, thé, etc.). Marginal pour l'empire chinois, le commerce avec les pays européens est, au début du xix e  siècle, pratiquement confiné à Canton, très taxé et cadenassé : contraints de résider dans leurs « f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-exterieur-chinois-en-bref/#i_21993

GUANGDONG [KOUANG-TONG]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 713 mots
  •  • 1 média

Province de la Chine méridionale, le Guangdong couvre 231 000 kilomètres carrés et comptait 93 millions d'habitants en 2006. Cette province, qui comprenait l'île de Hainan jusqu'en 1988, est un vaste ensemble de collines, limité au nord par la chaîne des Nanling ; les plaines n'occupent que 30 p. 100 de sa superficie, la principale étant celle du delta de la rivière des Perles (Zhujiang), où confl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guangdong-kouang-tong/#i_21993

HONG KONG

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • Pierre SIGWALT
  •  • 9 996 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une école de modernité politique »  : […] Bien qu'elle fût essentiellement vouée au commerce, la colonie, grâce à son système juridique protégeant la propriété et les droits des individus, fut aussi un lieu de liberté d'expression dont le cœur battait au même rythme que celui du peuple chinois. C'est à partir de l'île où il avait fait ses études de médecine que Sun Yat-sen dirigea nombre de soulèvements contre les Mandchous au tournant d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hong-kong/#i_21993

INDIEN HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 14 249 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Arabes, de la Chine à Madagascar (VIe-XIXe s.) »  : […] Originellement très peu doués pour l'expansion maritime, les Arabes du désert (cavaliers conquérants des empires terrestres de Byzance et des Sassanides, de l'Égypte et enfin de l'Inde) ne purent, malgré tout, se désintéresser d'une mer dont les rivages principaux étaient tombés sous leur influence. Au transfert du siège du califat à Bagdad correspond l'essor de Bassorah, du golfe Persique et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-ocean-indien/#i_21993

PREMIÈRE GUERRE DE L'OPIUM

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 271 mots

Au début du xix e  siècle, la contrebande de l'opium en Chine prend une telle importance qu'elle pose au pays un problème politique (extension de la corruption de l'administration, mise en évidence de l'incapacité de l'empereur de faire respecter ses décisions, impact débilitant sur les fonctionnaires impériaux, grands consommateurs) et économique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-guerre-de-l-opium/#i_21993

SUN YAT-SEN (1866-1925)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BERGERE
  •  • 2 342 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La traversée du désert »  : […] Il faudra une dizaine d'années pour que Sun tire les conclusions de son échec et que, renonçant à chercher aide et inspiration auprès de l'Occident, il se tourne vers la Russie soviétique. Pendant cette traversée du désert, il vit le plus souvent en exil au Japon. D'abord tenté par un retour aux méthodes des sociétés secrètes, il organise un parti révolutionnaire (Zhonghua geming dang) mais se heu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sun/#i_21993

Pour citer l’article

Jean CHESNEAUX, Jean DELVERT, « CANTON ou GUANGZHOU [KOUANG-TCHEOU] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/canton-guangzhou/