CENT FLEURS LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en mai 1956 que le président Mao Zedong énonce sa formule désormais célèbre : « Que cent fleurs s'épanouissent, que cent écoles rivalisent. » Ce slogan d'expression très classique fait référence aux « cent écoles », dénomination donnée par le philosophe taoïste Zhuangzi aux multiples écoles spéculatives de pensée qui fleurissaient aux ~ iiie et ~ ive siècles.

Cette campagne de libre critique qui doit s'inscrire dans le contexte idéologique et politique de la « déstalinisation » (le « rapport secret » de Khrouchtchev, lors du XXe congrès du P.C.U.S., date de février 1956) semble avant tout motivée par des impératifs de politique intérieure : il s'agit pour Mao Zedong, et une partie de son équipe, de rapprocher les masses populaires du parti qui les a intensément mobilisées dans les premières étapes décisives de la collectivisation. Les excès de zèle, le conformisme étroit et sclérosant de la bureaucratie du parti ayant fait naître un mécontentement évident aussi bien chez la paysannerie et le prolétariat que chez l'intelligentsia et les non-communistes des petits partis, il apparaît qu'une correction est nécessaire.

Sur le plan de l'idéologie, il s'agit, pour les dirigeants du P.C.C., d'ouvrir et non de replier le parti sur lui-même, en attaquant le sectarisme, le bureaucratisme et le subjectivisme. Il s'agit aussi de faire la démonstration que le marxisme-léninisme ne peut être altéré par la critique puisqu'il est vérité scientifique. Il est donc parfaitement possible de laisser s'affronter librement idéalisme et matérialisme historique, celui-ci devant inéluctablement vaincre celui-là. À Pékin, l'équipe dirigeante est divisée sur l'opportunité d'une libéralisation, d'autant que la « déstalinisation » a pris les Chinois par surprise. Il suffit de noter, à cet égard, la lenteur du démarrage de la « campagne des cent fleurs », la prise de position du département politique de l'Armée de libération populaire critiquant la relâche du contrôle sur la littérature (déc. 1956) et les morat [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CENT FLEURS LES  » est également traité dans :

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 149 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Mao critique de la voie soviétique »  : […] Encouragé par la rapidité de la collectivisation agraire, Mao Zedong lance à partir de janvier 1956 plusieurs initiatives. D'une part, une tentative d'accélérer la croissance agricole, qui échouera aussitôt mais préfigure le Grand Bond en avant. Industrie et commerce urbains sont également collectivisés en deux mois. Mais, d'autre part, Mao remet en cause les dogmes staliniens de la planification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-de-1949-a-nos-jours/#i_21363

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La littérature en marge (1950-1978) »  : […] On entend par là une littérature qui ne répond pas aux normes approuvées et qui, pour cette raison, a chaque fois été réprimée. Cette littérature circonstancielle naît aux époques d'assouplissement relatif. Dans les premières années du régime, de rares manifestations d'hétérodoxie étaient apparues. Sous la plume de Xiao Yemu (1913-1970) d'abord, avec sa nouvelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_21363

DING LING (1904-1986)

  • Écrit par 
  • Michelle LOI
  •  • 1 276 mots

Jiang Bingzi (ou Bingzhi) est née en 1904 dans un village de la province du Hunan, d'une famille de noblesse terrienne illustre par ses lettrés et ses hauts fonctionnaires. Ding Ling a quatre ans lorsque son père meurt. Sa mère va lui donner les moyens d'assurer son indépendance ; elle l'emmène à la ville voisine, où la petite fille peut aller à l'école, puis l'envoie à Changsha, capitale du Hunan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ding/#i_21363

MAO ZEDONG ou MAO TSÉ-TOUNG (1893-1976)

  • Écrit par 
  • Yves CHEVRIER
  •  • 7 609 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le bond vers le Grand Bond en avant (1946-1958) »  : […] À l'autre extrémité se constituent les macrostructures du parti-État qui finit par chasser Tchang Kaï-chek du continent en 1949, puis par avaler la Chine des villes et du Sud. L'union nationale, rebaptisée « nouvelle démocratie », y facilite aussi l'implantation du nouveau régime, mais ce qui préside à leur soumission est bien l'instrument de pouvoir qui vient d'être forgé à Yan'an. À l'inverse du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mao-zedong-mao-tse-toung/#i_21363

Pour citer l’article

Michel HOANG, « CENT FLEURS LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cent-fleurs/