Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DENG FA[TENG FA](1906-1946)

Natif de Yunfu, au Guangdong, d'une obscure famille paysanne, Deng Fa ne reçoit pas la moindre instruction durant sa jeunesse et doit travailler comme matelot à bord des navires britanniques de la Butterfield Service Company ou comme cuisinier sur les vapeurs cabotant entre Hong Kong et Canton. En 1922, il est fortement impressionné par le vaste mouvement de grève déclenché par les marins cantonais et s'empresse de rejoindre leur syndicat dont il devient rapidement l'un des leaders les plus écoutés. Les puissantes grèves dirigées contre les compagnies britanniques (1925-1926) font de lui un organisateur et un propagandiste remarqué par les communistes, qui le font entrer dans leur parti. Lors de l'« expédition du Nord », lancée par le Guomindang contre les féodaux nordistes, Deng Fa se voit assigner la tâche d'enseigner les méthodes d'organisation et de lutte révolutionnaire aux groupes de jeunesse cantonais ainsi qu'aux travailleurs des huileries. Après la Commune de Canton (1927) à laquelle il participe, Deng Fa devient un organisateur de plus en plus actif qui se voit cité par Hong qi (Le Drapeau rouge), l'organe du Parti communiste chinois. Le parti assure alors à Deng Fa une promotion en l'envoyant à Moscou, en 1929, où il peut étudier le russe et surtout se familiariser avec le marxisme-léninisme. De retour en Chine l'année suivante, Deng Fa est élu au comité central du parti et en devient secrétaire pour les provinces du Fujian et des deux Guang (Guangdong et Guangxi). Ses qualités évidentes d'organisateur lui valent d'accéder à des postes de plus en plus importants : il devient président du sous-comité militaire, entre au conseil exécutif et dirige jusqu'à la fin de la Longue Marche (1935) le bureau de la sécurité, un poste clé où sa toute-puissance sur les forces de police révolutionnaire n'est pas sans inquiéter le Guomindang, qui met à prix la tête du « chef du Guépéou de l'Armée rouge chinoise ». On retrouve Deng Fa à la tête d'organisations régionales à Xi'an, au Xinjiang en 1937, puis à Yan'an où il dirige l'école du parti et les comités de travailleurs communistes. Lors de la guerre contre le Japon, il assure la difficile organisation de l'économie de guerre en installant en zone rouge les ateliers d'ouvriers et de travailleurs artisanaux. En 1945, Deng Fa dirige le comité préparatoire de l'association des travailleurs communistes de l'industrie, poste de gestion économique important, mais n'est pas réélu au comité central du VIIe congrès de Yan'an, alors que cette réélection était attendue. Cet événement inexpliqué ne semble pourtant pas marquer un coup d'arrêt à sa promotion puisque, la même année, on le retrouve représentant des syndicats à Chongqing. Il assiste enfin à l'assemblée de la Fédération syndicale mondiale tenue à Paris et visite l'Europe. Revenu en Chine, il trouve la mort avec d'autres cadres communistes (Wang Ruofei, Ye Ting) lors d'un accident d'avion. L'hypothèse d'un sabotage n'est pas exclue, mais aucune preuve formelle n'est venue l'appuyer. Homme d'action impétueux, Deng Fa représente le type d'organisateur indispensable et d'exécutant infatigable nécessaire aux grandes causes.

— Michel HOANG

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi