JIANG QING [KIANG TS'ING] LI WEIFEN dite (1913-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Assez peu connue en Occident avant la révolution culturelle prolétarienne, Jiang Qing, la quatrième épouse du président Mao Zedong, eut bien antérieurement une influence insoupçonnée dans le domaine culturel en Chine populaire.

Originaire d'une famille pauvre du Shandong et orpheline de bonne heure, Li Weifen occupe un emploi de secrétaire dans une bibliothèque de Jinan. Elle s'inscrit à l'Institut expérimental d'art dramatique du Shandong et fait son apparition sur la scène à Shanghai, où, de façon significative, elle interprète le rôle d'une femme émancipée, Nora, dans La Maison de poupée d'Ibsen. Passant de la scène à l'écran, elle joue des seconds rôles sous le nom de Lan Ping (Pomme bleue), tout en menant la vie tapageuse d'une actrice ; en 1934, elle épouse le critique dramatique Tang Na, mais divorce en 1937.

En 1939, elle quitte la section cinématographique de propagande nationaliste pour rejoindre la base communiste de Yan'an ; là, elle écrit des pièces de propagande pour les soldats et les paysans. Elle y rencontre Mao Zedong et l'épouse la même année. C'est vraisemblablement à cette époque que, abandonnant son nom antérieur de Li Weifen, elle adopte celui de Jiang Qing et adhère au Parti communiste chinois (P.C.C.).

Après l'établissement de la république populaire (1949), elle commence à promouvoir des réformes visant à débarrasser la scène et l'écran des thèmes « bourgeois et réactionnaires », critiquant même le fameux acteur Mei Lanfang, mais elle se heurte à une forte hostilité et semble reléguée dans l'ombre, de 1954 à 1961.

À partir de cette date, Jiang Qing s'efforce de donner un caractère prolétarien aux différentes formes de spectacle, déclarant, en 1964, « inconcevable que les positions dominantes sur la scène dans notre pays socialiste, dirigé par le Parti communiste chinois, ne soient pas occupées par les ouvriers, les paysans et les soldats, véritables créateurs de l'histoire et véritables maîtres de notre pays. Il nous faut créer une littérature et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JIANG QING [ KIANG TS'ING ] LI WEIFEN dite (1913-1991)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 153 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La guerre de succession »  : […] Guofeng, renversant ses alliances, fit arrêter la « bande des Quatre » : la veuve de Mao, Jiang Qing, était accusée d'avoir fomenté un coup d'État. Cette date, qui sera considérée officiellement comme une « seconde libération », marque aussi la fin de l'ère maoïste. Une foule en liesse envahit les rues, et participe bientôt à une grande campagne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-de-1949-a-nos-jours/#i_49912

CHINOIS CINÉMA

  • Écrit par 
  • Régis BERGERON, 
  • Charles TESSON
  •  • 5 453 mots

Dans le chapitre « La révolution culturelle et ses échos »  : […] de cinéma ; on fait table rase de toute l'histoire antérieure du cinéma sous la férule de Jiang Qing, ancienne actrice des premières années trente à Shanghai. Elle prétend créer un cinéma entièrement nouveau, à l'exemple du théâtre d'opéra auquel elle s'est attaquée dès 1964. Le résultat est maigre : sept films en six ans, qui tous reprennent des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-chinois/#i_49912

HUA GUOFENG [HOUA KOUO-FENG] (1921-2008)

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA
  •  • 896 mots

le 5 avril 1976, leur opposition à la ligne gauchiste incarnée par Mao et son épouse Jiang Qing. C'est au lendemain de la manifestation, réprimée par Hua Guofeng, que le Grand Timonier, au cours d'un entretien privé avec ce dernier, prononce la célèbre phrase qui sera affichée sur tous les murs du pays après sa mort : « Avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hua-guofeng-houa-kouo-feng/#i_49912

MAO ZEDONG ou MAO TSÉ-TOUNG (1893-1976)

  • Écrit par 
  • Yves CHEVRIER
  •  • 7 610 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La retombée de la parabole maoïste (1959-1976) »  : […] les deux lignes », excessif même de penser qu'il en ait perdu une partie : outre l'armée, la sécurité et le soutien de Zhou Enlai, il tient de solides positions, Shanghai notamment. Avec Jiang Qing et d'autres membres de la future bande des Quatre, il y prépare en sous-main la contre-attaque au grand jour que sera la révolution culturelle (1966 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mao-zedong-mao-tse-toung/#i_49912

YAO WENYUAN (1931-2005)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 589 mots

Les renseignements qui concernent les débuts du polémiste Yao Wenyuan, l'un des membres de la bande des Quatre, sont très lacunaires. On sait seulement qu'il a été élevé dans un climat intellectuel, car son père, Yao Bengzi, était un écrivain engagé des années 1930, proche d'auteurs de renom tels Laoshe, Bajin et Maodun, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yao/#i_49912

Pour citer l’article

Michel HOANG, « JIANG QING [KIANG TS'ING] LI WEIFEN dite (1913-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jiang-li/