YE TING [YE T'ING] (1897-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire d'un milieu paysan, Ye Ting naît au Guangdong, dans le district de Huizhou, non loin de Hong Kong. Assez tôt il choisit la carrière des armes. Il prépare l'Académie militaire de Whampoa et ne tarde pas à devenir chef de bataillon du Guomindang (GMD) en 1920, puis commandant de l'un des bataillons de la garde de Sun Yat-sen en 1921. L'année suivante, grâce à sa fonction, il permettra à Sun Yat-sen d'échapper aux rebelles de Chen Jiongming.

Après 1923, Sun Yat-sen ayant décidé d'opérer un rapprochement avec les communistes, de nombreux officiers du GMD sont envoyés en Union soviétique pour recevoir une formation militaire. Ye Ting est de ceux-ci. Il rencontre Nie Rongzhen à Moscou, où ont lieu les cours d'instruction, entre bientôt dans la branche moscovite du Parti communiste chinois (1925), puis séjourne à Berlin.

De retour en Chine, il est nommé chef de régiment et organise ses forces en recrutant bon nombre de cadets de Whampoa (notamment Lin Biao et Chen Yi). Il participe à l'« expédition du Nord », menée avec succès contre les militaristes féodaux, et joue un rôle important dans le ralliement du général Zhang Fakui et de la fameuse légion des « Côtes de fer ». L'écrivain Guo Moruo, commissaire politique du GMD durant l'expédition, rapporte dans ses relations la grande vaillance et les profondes ressources de Ye Ting qu'il surnomme Zhao Zilong, du nom d'un célèbre général du roman épique Les Trois Royaumes. La fin de l'expédition du Nord annonce la rupture entre Tchiang Kai-chek, qui dirige le GMD de droite, et Wang Jingwei, qui représente la faction de gauche ; le premier installe un gouvernement à Nankin, le second — « révolutionnaire » et légaliste — à Wuhan. Dorénavant, il devient évident que les deux camps du GMD sont prêts à s'affronter sur le terrain.

Les communistes vont alors lancer une suite d'aventures connues sous le nom de « révoltes de la Moisson d'automne ». Une assemblée secrète, à laquelle assistent Ye Ting, He Long, Zhou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel HOANG, « YE TING [YE T'ING] (1897-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ye-ting-ye-t-ing/