ZHANG XUELIANG [TCHANG HIUE-LEANG] (1898-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Surnommé le « jeune maréchal », gouverneur de Mandchourie évincé par les Japonais, la carrière militaire apporta à Zhang Xueliang peu de renom sur les champs de bataille. Il fut l'un des principaux protagonistes de l'« incident de Xi'an » en capturant Tchiang Kai-chek pour le persuader de rencontrer les communistes qu'il combattait depuis 1927 et lui faire conclure un accord avec Zhou Enlai contre le Japon.

Né au Liaodong, Zhang Xueliang est le fils cadet de Zhang Zuolin, le « vieux maréchal », puissant gouverneur de Mandchourie éliminé en 1928 par les Japonais. Formé à l'académie militaire de Fengtian, il prend part à quelques campagnes opposant des satrapes rivaux jusqu'en 1926, puis combat en 1928 contre l'« expédition du Nord » lancée par le Guomindang pour substituer son pouvoir à celui des potentats nordistes. À la mort de son père, assassiné par les Japonais, Xueliang le remplace comme gouverneur de Mandchourie. Nankin et Tōkyō cherchant à s'approprier cette riche province, il manœuvre habilement puis finit par prêter allégeance à la République chinoise et entrer au Guomindang. Le 18 septembre 1931, l'« incident de Mandchourie » marque le début de la pénétration nippone en Chine. Devant les empiétements successifs du Japon, Tchiang Kai-chek temporise : partisan de consolider son pouvoir à l'intérieur et incapable de vaincre immédiatement le Japon, il a choisi d'anéantir d'abord les communistes. Sur ses conseils, Zhang Xueliang recule et refuse le combat malgré l'exaspération nationaliste de l'opinion. Quand le Japon envahit le Jehol en 1933, Zhang, considéré comme défaitiste, prétexte une cure pour soigner son opiomanie et se retire quelques mois en Europe occidentale où il fréquente les milieux diplomatiques des pays totalitaires. Rentré en Chine guéri, il est nommé commandant en chef adjoint de Tchiang Kai-chek et reprend du service contre les communistes, mais se fait battre et perd deux divisions en 1935. C'est alors que Zhang Xueliang semble avoir apprécié à leur juste me [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZHANG XUELIANG [ TCHANG HIUE-LEANG ] (1898-2001)  » est également traité dans :

MANDCHOURIE

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX
  •  • 1 979 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Instabilité politique et développement économique »  : […] La poussée générale des forces centrifuges et l'anarchie militaire, qui caractérisent en Chine toute la période consécutive à la révolution républicaine de 1911, affectent tout particulièrement la Mandchourie, du fait de sa situation marginale. C'est l'ère des « seigneurs de la guerre », qui se disputent les provinces. Le maître de la Mandchourie est alors Zhang Zuolin, ancien bandit Honghuzi de […] Lire la suite

XI'AN INCIDENT DE (1936)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 914 mots

Mutinerie d'un caractère original, la capture de Tchiang Kai-chek par Zhang Xueliang, connue comme « l'incident de Xi'an », constitue une péripétie diplomatique dont les implications politiques et psychologiques ont marqué le destin de la Chine et, en particulier, le développement de son sentiment national. Jeune puissance économique et militaire qui a déjà soumis la Chine impériale (1895) et la R […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel HOANG, « ZHANG XUELIANG [TCHANG HIUE-LEANG] (1898-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-xueliang-tchang-hiue-leang/