SUN YAT-SEN (1866-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sun Yat-sen

Sun Yat-sen
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Sun Yat-sen et les sépultures des Ming

Sun Yat-sen et les sépultures des Ming
Crédits : Hulton Getty

photographie


Sun Yat-sen (forme coutumière cantonaise de Sun Yixian) a marqué de sa personnalité l'histoire de la Chine à l'époque où s'engageait la longue lutte qui devait faire de ce pays une nation moderne délivrée de l'humiliation coloniale. Attiré à l'origine par l'idéologie et par les méthodes des rébellions paysannes traditionnelles, Sun s'ouvre aux conceptions politiques et sociales de l'Occident ; il devient le chef d'un parti révolutionnaire, nationaliste et républicain qui prépare activement la chute de l'empire. Après le succès de la révolution de 1911, il est l'éphémère président d'une République qui ne tarde pas à se transformer en dictature avant de sombrer dans l'anarchie. Porté par une foi inébranlable dans le destin national, Sun s'efforce alors d'organiser à Canton une base révolutionnaire destinée à rallier les forces du progrès et à préparer la réunification et l'émancipation du pays. L'hostilité des puissances occidentales le pousse peu de temps avant sa mort à accepter l'alliance de l'Union soviétique et à s'inspirer de son exemple pour réorganiser le Guomindang (parti nationaliste) et pour renouveler la formulation de sa doctrine, les Trois Principes du peuple. Sous la générosité du tempérament se dessinent certaines faiblesses : les idées du penseur politique sont parfois confuses ou contradictoires, les entreprises du chef militaire se terminent souvent mal et les partis successifs organisés par le dirigeant politique manquent de cohésion. Mais ces défaillances ne sauraient ternir l'image d'un homme d'idéal entièrement dévoué à la cause de son pays et de son peuple. C'est à ce titre qu'aujourd'hui son héritage est également revendiqué par les nationalistes chinois qui révèrent en lui « le père de la République » et par les communistes qui le célèbrent comme le « pionnier de la révolution ».

Sun Yat-sen

Sun Yat-sen

Photographie

Sun Yat-sen (1866- 1925), président du gouvernement national provisoire de la nouvelle République chinoise, en février 1912. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

À l'école de l'Occident

Originaire de la province méridionale du Guangdong, Sun quitte la ferme paternelle à l'âge de treize ans pour aller à Hawaii seconder son frère aîné devenu dans l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUN YAT-SEN (1866-1925)  » est également traité dans :

PREMIÈRE RÉPUBLIQUE CHINOISE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 259 mots
  •  • 1 média

Élu président de la République chinoise à Nankin le 1er janvier 1912, Sun Yat-sen (1866-1925), fondateur en 1905 de la Ligue jurée (Tongmenghui), mouvement républicain et nationaliste, prend temporairement la tête de la révolte contre la cour impériale et le pouvoir de la dynastie mandchoue qui, depui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-republique-chinoise/#i_18760

BORODINE MIKHAÏL MARKOVITCH GROUZENBERG dit (1884-1951)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 300 mots

Principal agent du Komintern en Chine dans les années vingt, Borodine joua un rôle important dans la réorganisation du Guomindang et dans l'application de la politique de la III e Internationale en Chine. Borodine avait rejoint les rangs du Parti social-démocrate russe (bolchevik) en 1903. Arrêté et exilé en 1906, il émigra aux États-Unis, fréquenta l'université de Valpar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/borodine/#i_18760

CANTON ou GUANGZHOU [KOUANG-TCHEOU]

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jean DELVERT
  •  • 1 140 mots
  •  • 2 médias

Canton (Guangzhou ), capitale du Guangdong, est située à 60 kilomètres de la mer, au pied d'une colline rocheuse isolée au milieu de la plaine d'alluvions du Xijiang, à l'extrémité de l'estuaire formé par ce fleuve, ainsi que par son affluent le Beijiang et par le Dongjiang. Cet estuaire, le Zhuijiang (ou rivières des Perles), est une des trois zones majeures du développement chinois. C'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canton-guangzhou/#i_18760

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les réformes des Mandchous »  : […] Le gouvernement impérial s'efforça de tirer les leçons de la crise. Il reprit à son compte, selon une méthode bien souvent utilisée, le programme de ses adversaires, les réformateurs malheureux de 1898. Les examens confucéens traditionnels furent supprimés et remplacés par un système moderne d'écoles et d'universités qui faisaient large place aux matières scientifiques et aux sciences politiques e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_18760

HONG KONG

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • Pierre SIGWALT
  •  • 9 996 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une école de modernité politique »  : […] Bien qu'elle fût essentiellement vouée au commerce, la colonie, grâce à son système juridique protégeant la propriété et les droits des individus, fut aussi un lieu de liberté d'expression dont le cœur battait au même rythme que celui du peuple chinois. C'est à partir de l'île où il avait fait ses études de médecine que Sun Yat-sen dirigea nombre de soulèvements contre les Mandchous au tournant d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hong-kong/#i_18760

HUANGPU ACADÉMIE MILITAIRE DE

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 056 mots

C'est en mai 1924 que le Guomindang de Sun Yat-sen et l'embryonnaire Parti communiste chinois conviennent d'établir près de Canton, sur une île de la rivière des Perles, et avec le concours de l'Union soviétique, la future école des cadres politiques et militaires de la Chine contemporaine, la fameuse Académie militaire de Huangpu (Whampoa). Dès 1923, la majorité des leaders du Parti communiste et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-militaire-de-huangpu/#i_18760

LI DAZHAO [LI TA-TCHAO] (1889-1927)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 961 mots

La pensée et l'action politique de Li Dazao, l'un des plus brillants intellectuels de la Chine révolutionnaire, ont largement contribué à la montée de la révolution chinoise. Originaire de Leting, au Hebei, Dazhao suit l'école de droit et d'administration de Tianjin, dont il sort diplômé ; il fréquente bientôt des intellectuels progressistes (Sun Hongyi). En 1913, il étudie l'économie politique au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-dazhao-li-ta-tchao/#i_18760

MAO ZEDONG ou MAO TSÉ-TOUNG (1893-1976)

  • Écrit par 
  • Yves CHEVRIER
  •  • 7 609 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'activisme maoïste, entre traditions et agitation urbaine (1913-1920) »  : […] En revanche, il est grand lecteur d'histoire chinoise : chroniques dynastiques, mais aussi romans, où la politique et la guerre se résument aux faits et gestes de héros œuvrant pour la justice et la purification de l'Empire en harmonie avec le peuple, dont rien ne les sépare, pas même le pouvoir qu'ils exercent, puisque, aussi bien, ils partagent sa vie et ses valeurs. Leçon indélébile : l'action […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mao-zedong-mao-tse-toung/#i_18760

TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

  • Écrit par 
  • Philippe CHEVALÉRIAS, 
  • Évelyne COHEN, 
  • Jean DELVERT, 
  • François GODEMENT, 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Frank MUYARD, 
  • Angel PINO, 
  • Pierre SIGWALT, 
  • Charles TESSON
  • , Universalis
  •  • 19 906 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La situation politique »  : […] Sur le plan politique, Taïwan se présente depuis 1950 comme une société dominée par des émigrés (au sens politique et conservateur du terme), marquée de nombreuses survivances archaïques et gouvernée de façon autoritaire. Quand Chiang Kai-shek et son état-major politique et militaire vinrent s'installer en 1949 à Taïwan, ils y transplantèrent mécaniquement et artificiellement tous les rouages du « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taiwan-t-ai-wan/#i_18760

TCHIANG KAI-CHEK ou JIANG JIESHI [TSIANG KIA-CHE] (1887-1975)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 006 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les débuts d'un révolutionnaire »  : […] Tchiang Kai-chek, de son nom officiel Chiang Chung-cheng, naît le 31 octobre 1887 dans une famille de commerçants et de paysans assez aisée de Fenghua, dans la province côtière du Zhejiang. Se destinant à la carrière des armes, il entre en 1906 à l'Académie militaire de Baoding, dans le Hebei, puis se forme à l'Académie militaire de Tōkyō de 1907 à 1911. À partir de 1909, il sert ainsi dans l'armé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchiang-jiang/#i_18760

WANG JINGWEI [WANG TSING-WEI] (1884-1944)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 296 mots
  •  • 1 média

Une grande misère et une situation d'orphelin assombrissent les jeunes années de Wang Jingwei (dont le véritable nom est Wang Zhaoming) qui parvient malgré tout à recevoir une formation classique puis à enseigner tout en aidant ses cadets. Né à Canton et instruit par son père suivant les règles de l'enseignement chinois traditionnel, Wang Jingwei passe son enfance dans une famille pauvre ; étudian […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-jingwei-wang-tsing-wei/#i_18760

YUAN SHIKAI [YUAN CHE-K'AI] (1859-1916)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 1 144 mots
  •  • 1 média

Né à Xiangcheng (Henan) dans un milieu de hauts fonctionnaires, Yuan Shikai , après des études classiques, opte pour le métier des armes. Sous-préfet militaire en Corée, alors que cette province est réclamée par la Chine et le Japon, il se montre un officier des plus énergiques. Après la défaite chinoise contre le Japon (1895), Yuan est appelé à moderniser l'armée chinoise sur les modèles européen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yuan-shikai-yuan-che-k-ai/#i_18760

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Claire BERGERE, « SUN YAT-SEN (1866-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sun/