LONGUE MARCHE (LA)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Épopée militaire que l'on a comparée aux plus fabuleux exploits guerriers de l'histoire, la Longue Marche (Chang Zheng) constitue le meilleur symbole de l'accomplissement de la révolution chinoise. Elle a pour origine une défaite : celle de l'Armée rouge acculée dans ses bases rouges de plus en plus réduites par les troupes nationalistes du Guomindang (GMD) commandées par Tchiang Kai-chek. Après la terreur blanche qui a suivi la Commune de Canton en 1927, Mao Zedong et Zhu De se sont réfugiés dans la zone des monts Jinggang, au Jiangxi, avec ce qui leur reste de troupes, pour y former un soviet local, tandis que la direction du parti communiste, dont le secrétaire général est Li Lisan, réside à Shanghai. Mao Zedong et Zhu De se sont opposés à Li Lisan, partisan d'attaques frontales contre les centres urbains, alors que le GMD lance ses « campagnes d'anéantissement » contre les soviets du Jiangxi et que le Japon envahit la Mandchourie (1931).

Naissance de la République populaire de Chine, 1949

Vidéo : Naissance de la République populaire de Chine, 1949

À partir de 1927, le Parti communiste chinois opte, sous l'influence de Mao Zedong, pour une nouvelle stratégie révolutionnaire, appuyée sur les masses paysannes. Le pouvoir nationaliste de Tchang Kai-chek entend réduire la rébellion communiste, notamment dans la province du Jiangxi, où... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Au moment où Mao Zedong était désigné à la conférence de Ruijin comme président du premier gouvernement pan-chinois soviétique, le GMD, qui a lancé sa sixième campagne d'anéantissement, enserre l'Armée rouge dans un blocus sévère qui l'étouffe tactiquement et la mine par les privations qu'il entraîne. Les dirigeants des soviets décident alors de forcer le blocus et d'effectuer une retraite stratégique vers l'ouest où se trouvent d'autres zones rouges (He Long). En fait, outre le corps principal de Mao Zedong et Zhu De, plusieurs autres concentrations de troupes communistes vont participer à cette retraite stratégique effectuée en plusieurs temps : il s'agit de celles de He Long, Xiao Ke, Xu Xiangqian, Fang Zhimin. Le premier groupe à effectuer la percée est celui de Fang Zhimin, baptisé « corps d'avant-garde de l'expédition du Nord pour la résistance contre le Japon », indication de la volonté manifeste des révolutionnaires de s'opposer à l'impérialisme nippon. Il pratique l'ouverture en juin 1934, suivi de Xiao Ke, en août, qui cherche à faire la jonction avec He Long.

Mais ces mouvements ne sont que des diversions. Mao Zedong et Zhu De, dirigeant le gros de l'Armée rouge (environ 130 000 hommes, dont 12 000 civils), vont alors forcer précipitamment les lignes fortifiées du GMD. Dès ses débuts, l'entreprise se révèle d'une âpreté exceptionnelle malgré l'effet de surprise qui permet de bousculer les nationalistes (un million, dont 400 000 encerclent le Jiangxi). Constamment talonnés et harcelés, les communistes se fraient un difficile passage grâce à des séries de marches et de contremarches hardies et déroutantes qui leur permettent de progresser vers l'ouest. Mais, après les réunions de Tongdao et Liping, l'épuisement est général, l'équipement réduit, et les effectifs ont fondu de 60 p. 100.

Du 6 au 8 janvier 1935 se tient, à Zunyi, au Guizhou, une conférence décisive : elle place Mao Zedong, pour la première fois, à la tête du comité central du P.C.C., le tirant ainsi de sa position jusqu'alors minoritaire. Ce n'est donc qu'à partir de cette date que Mao Zedong aura, avec ses fidèles (Zhu De, Peng Dehuai, Lin Biao, Liu Bocheng), l'initiative du pouvoir contre la puissante faction dite des vingt-huit bolcheviks. Ce tournant, à la fois militaire et politique, est un important jalon de la Longue Marche qui va s'exprimer par de nouvelles résolutions affirmant les tâches de l'Armée rouge et du parti. La stratégie et la politique maoïstes vont désormais peser pour beaucoup sur l'avenir de la révolution.

Mais cette prise du pouvoir politique, Mao Zedong ne va pas l'assurer sans oppositions : des divergences sérieuses sur les principes stratégiques et tactiques (destination finale de la retraite, objectifs, itinéraire) vont surgir ; c'est, par exemple, l'opposition de Zhang Guotao, le principal rival de Mao Zedong, partisan d'un établissement sur les confins de l'Union soviétique. Après Zunyi, la Longue Marche s'engage dans les régions sauvages du Guizhou et du Yunnan, traversant des zones peuplées de minorités ethniques non chinoises et traditionnellement hostiles à toute pénétration chinoise. Les négociations pour obtenir l'ouverture des passes obligatoires sont difficiles, entremêlées d'escarmouches. Puis, la Longue Marche, toujours pressée par le GMD, s'engage dans ses entreprises les p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Naissance de la République populaire de Chine, 1949

Naissance de la République populaire de Chine, 1949
Crédits : The Image Bank

video

La Longue Marche

La Longue Marche
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LONGUE MARCHE LA (1934-1935)  » est également traité dans :

LONGUE MARCHE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 183 mots
  •  • 1 média

Confronté depuis 1927 aux campagnes d'anéantissement menées par le Guomindang de Tchiang Kai-chek, le Parti communiste chinois est contraint de quitter, en octobre 1934, les derniers bastions qu'il avait pu conserver dans le sud du pays. Commence alors une longue retraite à travers la Chine qui, en l'espace d'un an, conduit le noyau dur des militants communistes jusqu'au refuge de […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Une stratégie nouvelle : Mao et les campagnes »  : […] Le communisme chinois va désormais engager la révolution dans des voies nouvelles, que l'apport personnel de Mao a beaucoup contribué à définir. Le centre de son action va se déplacer des villes vers les campagnes les plus reculées, mieux adaptées à la formation de « bases révolutionnaires ». C'est donc la paysannerie, et non plus le prolétariat industriel, qui portera les responsabilités principa […] Lire la suite

CHINE AU XXe SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 389 mots

1912 Proclamation, le 1 er  janvier à Nankin, de la République chinoise par Sun Yat-sen. Abdication du dernier empereur, Puyi, sous la pression du général Yuan Shikai (12 février). Création du Guomindang (août) qui prend la succession de la Ligue jurée de Sun Yat-sen. 4 mai 1919 Manifestation étudiante à Pékin contre le traité de Versailles et l'influence japonaise en Chine. 1 er  juillet 1921 […] Lire la suite

LIU BOCHENG [LIEOU PO-TCH'ENG] (1892-1986)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 520 mots

Fils d'un musicien ambulant, originaire de Kaixian au Sichuan, Liu Bocheng embrasse la carrière des armes ; sous l'influence de Wu Yuzhang, universitaire révolutionnaire, il entre au Parti communiste chinois en 1926. Il sert dans les troupes de l'« expédition du Nord » dirigée par le Guomindang contre les féodaux militaristes (« seigneurs de la guerre ») et fait aussi partie du mouvement insurrect […] Lire la suite

MAO ZEDONG ou MAO TSÉ-TOUNG (1893-1976)

  • Écrit par 
  • Yves CHEVRIER
  •  • 7 611 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La rupture avec l'horizon urbain (1928-1935) »  : […] Son univers politique s'est effondré : loin de se modeler sur les cadres politiques existants, l'activisme de masse doit forger les siens. L'inébranlable fidélité de Mao au P.C.C. passe désormais par cette condition : il devient un « hérétique en acte » (B. Schwartz), pour lequel la révolution doit changer de cadrage. L'horizon national est bouché par le G.M.D. ; limité par l'enclavement des dynam […] Lire la suite

ZHOU ENLAI [TCHEOU NGEN-LAI] ou CHOU EN-LAI (1898-1976)

  • Écrit par 
  • Lucien BIANCO, 
  • Universalis
  •  • 2 136 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dans l'ombre de Mao »  : […] Les retournements fréquents et parfois brutaux de la ligne politique du parti ont souvent occasionné ou accompagné des modifications dans le personnel dirigeant, mais Zhou Enlai a survécu à toutes les crises, disponible pour appliquer une politique opposée à celle qu'il préconisait la veille. En juillet 1930, par exemple, il défendait encore à Moscou la stratégie d'attaque des grandes villes (conn […] Lire la suite

ZHU DE [TCHOU TÖ] (1886-1976)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 931 mots
  •  • 1 média

Né à Dawan (Sichuan), mais d'origine cantonaise, Zhu De fait des études classiques et, après l'abrogation du système traditionnel des examens, fréquente l'école moderne de Nanchang puis entre en 1909 à l'académie militaire du Yunnan ; il est, en 1911, l'un des premiers lieutenants diplômés de l' « armée étrangère » formée sur les modèles européens. Membre d'organisations progressistes (Tongmenghui […] Lire la suite

Les derniers événements

20-30 juillet 2020 Émirats arabes unis – Chine – États-Unis. Lancement de trois missions martiennes.

Le 23, une fusée Longue-Marche-5 lancée depuis l’île tropicale de Hainan emporte un orbiteur, un atterrisseur et un rover vers Mars dans le cadre de la mission chinoise Tianwen-1. Le 30, une fusée Atlas V tirée du centre spatial Kennedy de Cape Canaveral (Floride) emporte la mission américaine Mars 2020. Celle-ci comprend notamment le rover Perseverance, évolution du rover Curiosity qui étudie la planète rouge depuis 2012. […] Lire la suite

14-30 mars 2019 Israël – Autorité palestinienne. Tir de roquettes vers Tel-Aviv et anniversaire de la « Marche du retour ».

Le 14, deux roquettes de longue portée sont tirées depuis la bande de Gaza vers Tel-Aviv, sans faire de dégâts. En réponse, l’aviation israélienne frappe une centaine de cibles militaires dans la bande de Gaza. Le Hamas déclarera que ce tir résultait d’une « erreur ». Le 25, une nouvelle roquette est tirée depuis la bande de Gaza en direction de Tel-Aviv, faisant des blessés. […] Lire la suite

15-17 janvier 2013 Pakistan. Pressions sur le pouvoir

Ils sont arrivés la veille devant le Parlement au terme d'une « Longue Marche » de protestation partie de Lahore. Le 17, un accord signé entre le gouvernement et Tahir ul-Qadri pour la mise en œuvre de quelques réformes met fin à la contestation et au sit-in devant le Parlement.  […] Lire la suite

12-16 mars 2009 Pakistan. Crise politique désamorcée

Le 12, les autorités pakistanaises tentent de bloquer le départ de la « longue marche » organisée entre Karachi et Islamabad par les avocats pakistanais rejoints par l'opposition menée par l'ancien Premier ministre Nawaz Sharif. Les manifestants réclament le retour dans leurs fonctions des juges limogés en novembre 2007 par le précédent gouvernement de Pervez Moucharraf, au moment de la proclamation de l'état d'urgence, retour promis par le nouveau président Asif Ali Zardari. […] Lire la suite

2-3 juillet 2002 France. Message au Parlement du chef de l'État et déclaration de politique générale du Premier ministre

Il propose notamment de « reprendre la longue marche [...] vers la décentralisation », exprimant le souhait d'« une réforme profonde du titre XII de notre Constitution, qui traite des rapports de l'État et des collectivités locales ». Le 3, le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, prononce sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel HOANG, « LONGUE MARCHE (LA) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/longue-marche-la/