Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHEN BODA[TCH'EN PO-TA](1905-1989)

Ce futur interprète de la politique de Mao Zedong et cet éminent porte-parole du Parti communiste chinois voit le jour à Hui'anxian au Fujian dans une famille de paysans pauvres. Ne pouvant se permettre de poursuivre de longues études, Chen Boda entre au service d'un chef de guerre qui l'emploie comme secrétaire. Dans les années vingt, il part à Moscou où il étudie, semble-t-il, la philosophie, à l'université Sun Yat-sen avant de rejoindre le Parti communiste chinois. De retour en Chine en 1930, il devient journaliste et collabore à différentes revues qui attaquent l'impérialisme étranger ainsi que les survivances des principes conservateurs confucéens. En 1937, quand éclate le conflit ouvert entre la Chine et le Japon, Chen Boda se rend à Yan'an, la capitale rouge, et y sert bientôt d'instructeur politique à l'école du parti. En Occident, il est fréquent de lire qu'il fut à cette époque le secrétaire politique particulier de Mao Zedong, rédigeant pour ce dernier de nombreux discours ou essais ; il est très vraisemblable que Chen Boda ait alors été un collaborateur de Mao Zedong, mais ceci n'est pas confirmé par les sources chinoises d'information. En 1942, Chen Boda est rédacteur d'un journal communiste de Chongqing ; en 1945, il est élu membre suppléant du comité central du P.C.C., poste dont il devient titulaire à la mort de Wang Ruofei (1946). En 1949, il occupe la direction du département de propagande du comité central et accompagne Mao Zedong à Moscou pour la signature du traité d'alliance sino-soviétique (déc. 1949-janv. 1950). On le trouve attaché à diverses fonctions organisationnelles, en particulier au développement rural (1955-1956). Se consacrant pour l'essentiel à l'idéologie du parti, Chen Boda rédige de multiples écrits théoriques, des éditoriaux pour Le Quotidien du peuple, des brochures et des essais destinés à promouvoir les directives du P.C.C. En 1958, il devient le rédacteur en chef du Drapeau rouge, nouveau bimensuel théorique. Parallèlement au Quotidien du peuple, cette publication constitue le principal organe de transmission des directives du comité central du P.C.C. Chen Boda fait alors figure d'idéologue de premier plan ; à cette époque, il se rapproche de Lin Biao.

Membre suppléant du bureau politique et vice-président de l'Académie des sciences, Chen Boda va aborder la « grande révolution culturelle prolétarienne » avec la totale confiance de Mao Zedong qui le charge d'animer la « grande critique révolutionnaire de masse ». Sa position de rédacteur en chef du Drapeau rouge lui confère une autorité des plus importantes dans la critique de ceux de ses pairs qui appartiennent à des lignes politiques rivales. Aux côtés de la direction maoïste, avec Zhou Enlai, Jiang Qing, Yao Wenyuan, Lin Biao, Kang Sheng, Chen Boda participe à cette guérilla idéologique et politique et, ayant la haute main sur le département de propagande, fournit aux Gardes rouges les documents nécessaires à la critique et à l'épuration des victimes de la révolution culturelle. Il est aussi le principal compilateur du Petit Livre rouge préfacé par Lin Biao. Désigné en 1966 comme président du « groupe central chargé de la Révolution culturelle prolétarienne auprès du comité central du P.C.C. », il figure parmi les plus importants leaders de la ligne victorieuse à la fin du conflit.

L'éviction de Chen Boda intervenue au cours de l'été 1970 (mais qui ne sera officiellement confirmée que deux ans plus tard) provoque une surprise et semble constituer l'une des dernières convulsions de la révolution culturelle. Accusé d'avoir eu partie liée avec la tendance ultra-gauche du Mouvement du 16 mai 1966, Chen Boda tombe en disgrâce.

La version officielle de l'accusation faisant de Chen Boda un « arriviste bourgeois,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

    • Écrit par Jean-Philippe BÉJA, Universalis, François GODEMENT
    • 19 198 mots
    • 15 médias
    ...révolution culturelle combine mouvement de masse et guerre d'appareil appuyée sur le pouvoir militaire. En mai 1965, Mao remplace les responsables de la campagne en cours par le groupe de la révolution culturelle, avec notamment son ancien secrétaire particulierChen Boda et son épouse Jiang Qing.

Voir aussi