• Mes Favoris
  • PENG DEHUAI [P'ENG TÖ-HOUAI] (1898-1974)

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    Né au Hunan, Peng Dehuai a une enfance misérable ; il exerce divers petits métiers avant de s'engager dans les armées provinciales et il est emprisonné pour avoir attenté à la vie d'un gouverneur. En 1918, il reçoit un commandement qui va l'amener à participer à l'« expédition du Nord » des républicains contre les potentats septentrionaux (1926). Introduit par sa femme au mouvement révolutionnaire, il entre au Parti communiste chinois en 1928 et combat les nationalistes, avec Zhu De et Mao Zedong, retranchés dans les monts Jinggang.

    En 1930, quand Li Lisan, qui dirige le Parti communiste chinois, demande de concentrer les attaques sur les cités industrielles, Peng Dehuai prend Changsha, capitale provinciale du Hunan ; l'échec de la « ligne Li Lisan » et la mise à l'écart de son initiateur l'obligent à reprendre le maquis hunanais, tandis que certains de ses hommes continuent à appliquer la stratégie de Li Lisan, jusqu'à leur arrestation par Mao Zedong (opposition de Futian). Peng Dehuai entre alors au conseil militaire et au comité central du gouvernement soviétique de Ruijin. Il participe à la Longue Marche et, à la suite de désaccords qui entraînent une dispersion des forces communistes, se retrouve avec le groupe Mao Zedong-Lin Biao ; il conserve son commandement jusqu'à ce que Zhu De décide de joindre de nouveau ses troupes à celles de Mao Zedong.

    Après l'« incident de Xi'an », l'Armée rouge est intégrée dans l'armée nationale ; Peng Dehuai la dirige alors sur le terrain avant de revenir à Yan'an, la capitale rouge, pour participer à la campagne de « rectification des tendances [non orthodoxes] » au sein de l'Armée rouge.

    Au VIIe congrès du P.C.C., en 1945, Peng Dehuai est admis au comité central du parti et, de 1948 à 1954, commande la Ire armée ; celle-ci est alors un corps composé pour beaucoup de minorités ethniques kazakh, kirghiz, tatar, et se trouve stationnée en retrait, faiblement équipée en matériel.

    L'avènement de la République populaire lui donne diverses fonctions politiques [...]


    1  2  3  4  5
    pour nos abonnés,
    l’article se compose de 3 pages


    Écrit par :

    Classification


    Autres références

    «  PENG DEHUAI [ P'ENG TÖ-HOUAI ] (1898-1974)  » est également traité dans :

    ARMÉE ROUGE, Chine

    • Écrit par 
    • Michel HOANG
    •  • 1 004 mots
    •  • 4 médias

    « Le pouvoir est au bout du fusil » : quand Mao Zedong énonce, en novembre 1938, cette formule désormais célèbre, il parle en orfèvre. Il fait la guerre à Tchiang Kaï-chek depuis plus de dix ans. Il lui faudra encore combattre plus d'une décennie pour prendre le pouvoir en 1949 . En guerre près d'un quart de siècle, le Parti communiste chinois, poursuivant l'idée de Sun Yat-sen, s'est attaché à fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-rouge-chine/#i_18756

    CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

    • Écrit par 
    • Jean-Philippe BÉJA, 
    • François GODEMENT
    •  • 19 149 mots
    •  • 14 médias

    Dans le chapitre « L'ivresse du Grand Bond »  : […] À l'été de 1958, la frénésie est à son comble. En quelques semaines, toute l'agriculture est regroupée en communes qui ont parfois de 200 000 à 400 000 habitants. Le bureau politique ne publiera qu'après coup des textes les réglementant, et encourage la gratuité des ressources essentielles : aliments de base, cantines, éducation et soins. Mais la population est harcelée, contrainte de donner ses l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-de-1949-a-nos-jours/#i_18756

    MAO ZEDONG ou MAO TSÉ-TOUNG (1893-1976)

    • Écrit par 
    • Yves CHEVRIER
    •  • 7 609 mots
    •  • 4 médias

    Dans le chapitre « La retombée de la parabole maoïste (1959-1976) »  : […] Du moins y parvient-il, d'après nos connaissances actuelles, jusqu'au Grand Bond. Les dirigeants provinciaux et, surtout, les activistes de la base, qui défendent la nouvelle répartition du pouvoir et des ressources, sont sa principale masse de manœuvre. Leur émulation l'aide à chambouler le calendrier de la collectivisation, déclenche la fièvre des communes populaires et nourrit les surenchères d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mao-zedong-mao-tse-toung/#i_18756

    Pour citer l’article

    Michel HOANG, « PENG DEHUAI [P'ENG TÖ-HOUAI] (1898-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peng-dehuai-p-eng-to-houai/