FRONTIÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot « frontière » a pour origine l’ancien adjectif « frontier », qui dérive de « front » et signifie littéralement « faire face » ou « être voisin de ». Le terme s’impose à la fin du Moyen Âge au moment où se construit l’État moderne fondé sur un rassemblement territorial qui nécessite l’assignation de limites, permettant l’exercice de la souveraineté politique sur le territoire et sa population. Depuis cette période, les frontières expriment la territorialité du pouvoir de l’État.

Considérée comme fait géopolitique, l’existence de frontières procède d’un jeu d’acteurs politiques impliqués dans des rapports de forces, de négociations et de compromis. Ce processus politique produit un tracé et institue un régime frontalier soit, concrètement, une limite plus ou moins matérialisée et un fonctionnement variable dans le temps et dans l’espace, qui dépend des fonctions attribuées par l’État à la frontière : principalement, une fonction légale d’application du droit de l’État, une fonction fiscale de régulation économique et une fonction de contrôle des flux migratoires. L’existence de frontières crée en outre une contrainte spatiale qui influence les individus dans leur manière de concevoir et de développer des relations avec leurs voisins situés de l’autre côté de la frontière.

Dans le contexte contemporain, les rapports de forces géopolitiques sont mus moins par des logiques de conquêtes que par des logiques de tensions et d’éclatements. Au-delà des conflits, les frontières sont marquées par une évolution paradoxale ou duale. D’un côté, on observe une croissance des échanges et des coopérations par-delà les limites étatiques, ce qui dévalue de fait ou de droit les fonctions de régulation et de contrôle des frontières, même si persistent les repères symboliques et les ancrages identitaires. De l’autre s’affirme un processus de sécurisation des frontières qui se traduit par la multiplication des opérations de contrôle et de mise à distance des individus, et qui renforce de fait ou de droit les fonctions frontalières. La période contemporaine se caractérise moins par le dépassement ou la disparition des frontières que par leur démultiplication sous des formes nouvelles.

La frontière linéaire et le pavage étatique du monde

Aux origines de l’idée de frontière

L’idée de limite ou de frontière n’était pas étrangère aux sociétés primitives ou traditionnelles dans lesquelles la délimitation territoriale pouvait s’accompagner d’une démarcation formelle ou matérielle au sens moderne, appuyée sur un cours d’eau ou des marques dans le paysage ou la végétation, comme des arbres par exemple. Selon les travaux des ethno-sociologues, l’existence de limites signifie que le territoire a une fonction d’identité et de reconnaissance pour les individus. Avant de devenir un instrument technique, elles sont l’expression d’une organisation sociale et religieuse. Chez les Bochimans d’Afrique australe, par exemple, le territoire du groupe est délimité par des frontières symboliques, que chaque membre respecte scrupuleusement. Les limites expriment une relation à la fois organique et spirituelle de la société au territoire, qui fonde le rapport à l’altérité, sans connotation de nature politique.

Le caractère sacré des limites territoriales est observable dans l’Antiquité chinoise ou romaine où l’idée de frontière prenait le sens de limite de civilisation. La construction de murs ou de palissades était conçue comme un moyen de défense militaire, mais aussi de différenciation à la fois spatiale et temporelle par rapport aux « Barbares ». La Grande Muraille construite en Chine vers 215 av. J.-C. contre les Xiongnu venus du nord séparait deux modes de vie, celui des sédentaires consommateurs de céréales et celui des nomades consommateurs de viandes et de laitages. Plus qu’une ligne de démarcation, le limes romain était à la fois une zone de défense militaire et de contacts, un lieu de présence de l’armée pour défendre l’Empire contre les Barbares, mais aussi d’établissements civils constituant une vitrine de la romanité et devenus espaces d’échanges et d’acculturation. Les limites de l’Empire prennent ainsi la forme de confins, mais de confins attractifs où s’installent des populations, où se construisent des cités (Strasbourg sur le Rhin, Ratisbonne sur le Danube), où des terres sont défrichées et mises en culture. La frontière a principalement une dimension zonale et c’est cette conception qui domine durant presque tout le Moyen Âge occidental.

Grande Muraille de Chine

Photographie : Grande Muraille de Chine

Dès ses origines (IIIe s. av. J.-C.), la Grande Muraille eut pour fonction spécifique de contenir les cavaleries nomades, notamment les Xiongnu, opérant par surprise le long de la frontière septentrionale. C'était aussi une voie de communication efficace, avec ses relais postaux et ses tours... 

Crédits : v.apl/ Shutterstock

Afficher

Durant cette période, l’idée de limite territoriale est incompatible avec l’organisation de la société féodo-vassalique, où le pouvoir se fonde sur l’allégeance à des personnes. Le fief implique alors des discontinuités, des ruptures d’autorité, des enclaves, et produit une mosaïque territoriale qui multiplie les frontières, mais sous la forme de marches-frontières, zones de défense militaire établies au voisinage des pays ennemis. Les cartes réalisées à l’époque en Occident ne représentent pas de limites car la société médiévale se caractérise par la multi-appartenance des individus à des seigneuries, des abbayes, des villes, qui dépendent d’un ensemble de droits plus que de territoires. Le lien personnel s’oppose alors au principe territorial, qui ne commence à s’affirmer qu’à la fin du xiiie siècle avec le triomphe progressif du principe héréditaire.

La « frontière westphalienne »

Ainsi, à partir du bas Moyen Âge en Europe occidentale, l’ordre politique se modifie avec l’émergence de royaumes qui concentrent progressivement les moyens de contrôle militaire, fiscal et administratif. L’organisation du pouvoir prend une forme territoriale qui s’appuie sur l’exercice d’une souveraineté, comprise comme le transfert des droits naturels des individus à un souverain qui exerce le pouvoir. C’est cette conception du pouvoir qui est à l’origine de la frontière linéaire : la souveraineté s’exerce sur un territoire délimité ; la frontière devient un instrument politique de régulation qui sert à mettre en concordance la société et le territoire, par l’institution d’un système administratif homogène, d’une monnaie et d’une économie normalisée, ainsi que par l’affirmation d’un sentiment d’appartenance fondé sur des langues véhiculaires et des symboles culturels. Les traités de Westphalie de 1648, qui mettent fin à la guerre de Trente Ans, sanctionnent en quelque sorte ce processus de territorialisation de l’État moderne car ils érigent la frontière en outil d’une régulat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Grande Muraille de Chine

Grande Muraille de Chine
Crédits : v.apl/ Shutterstock

photographie

Le glissement de la frontière polonaise (1939-1945)

Le glissement de la frontière polonaise (1939-1945)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Le Zambèze

Le Zambèze
Crédits : Chris Simpson/ Getty Images

photographie

Le partage de l’Afrique

Le partage de l’Afrique
Crédits : courtesy of Michigan State University Libraries

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de géographie, enseignant-chercheur, université de Perpignan Via Domitia

Classification

Autres références

«  FRONTIÈRE  » est également traité dans :

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des bantoustans aux États noirs »  : […] Tandis que la séparation verticale des races concerne toutes les communautés, la politique des bantoustans ne vise que la communauté africaine, la grande majorité des non-Blancs. Mais, en trente ans, cette politique a subi des inflexions nombreuses et, à certains égards, elle demeure fluide. La création des bantoustans a été un pari qui apparaît perdu en cette fin du xx e  siècle. Au départ, elle […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Intangibilité des frontières et État-nation »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le tracé des frontières en Europe centrale et orientale ne fut nullement établi dans la perspective du règlement de la question nationale. Les frontières nationales recouvrent aujourd'hui davantage qu'avant guerre les frontières ethniques essentiellement en raison de l'extermination de la plupart des quatre millions de juifs qui peuplaient la région dan […] Lire la suite

FOUCHER MICHEL (1946- )

  • Écrit par 
  • Gilles LEPESANT
  •  • 1 119 mots
  •  • 1 média

Géographe et diplomate, Michel Foucher (né le 6 août 1946) est un spécialiste de la géopolitique, et notamment de la notion de frontière . Il a explicité dans une soixantaine de publications les enjeux géopolitiques mondiaux, mettant en œuvre une méthode qui articule les échelles d’analyse et les différentes temporalités. Ses premiers séjours et travaux de recherche furent consacrés à l’Amérique […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'annexion du Calaisis et des Trois-Évêchés »  : […] Assez paradoxalement, ce ne fut pas vers le sud-est, où les efforts des Français s'étaient fait le plus sentir, que l'extension territoriale fut la plus importante et la plus durable, mais sur les frontières septentrionales et orientales du royaume. Pourtant, les premiers événements du siècle n'avaient guère été favorables à la monarchie française dans ces régions. Après Pavie et la captivité de F […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La cité et l'espace »  : […] Des théoriciens ont parfois conçu des cités grecques « sans territoire », et de telles cités ont même pendant un court moment existé, par exemple lorsque les Athéniens, à la veille de Salamine (480 av. J.-C.), évacuèrent Athènes, ou lorsque les mercenaires au service de Cyrus le Jeune (403 av. J.-C.) se constituèrent en cité errante. En fait, toute cité s'inscrit dans un espace qui prend une valeu […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Marches et frontières »  : […] Dans ces conditions, le problème des contacts entre États se transforme. Au xv e  siècle, la cartographie politique n'existait pas. Quelle vision de son État pouvait avoir un dirigeant ? Probablement celle d'une liste de villes, soigneusement conservée dans les archives-terriers. Le Moyen Âge n'a pas connu de lignes frontières. Le long des zones de contact, les droits se superposent et s'imbrique […] Lire la suite

GUYANES BOUCLIER DES

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 5 375 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le « Pays sans nom » aux frontières de la colonisation européenne »  : […] Au début du xxi e  siècle, le partage colonial est encore inachevé dans l'intérieur des terres. La faiblesse du contrôle étatique, d'un côté, permet l'enracinement et la croissance des sociétés amérindiennes, et de l'autre, elle les met en danger. Ainsi, dix-sept groupes réunissant 143 519 personnes sont localisés sur les frontières, souvent contestées, entre États. Avec un total de 1 150 kilomèt […] Lire la suite

IRAK-IRAN (GUERRE)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 3 780 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les frontières »  : […] Mais cette lutte, que les antagonistes représentent comme un conflit de civilisations, renouvelle, à ce titre, une contestation multiséculaire sur les frontières, aggravée par le fait que des minorités y revendiquent leur indépendance ou autonomie. Inégalement partagée entre Iran et Irak, la Mésopotamie a été, de tout temps, un couloir pour les invasions asiatiques et, dès la plus haute antiquité, […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Unité nationale et ouverture internationale »  : […] À l'instar des autres pays d'Asie centrale, l'Ouzbékistan indépendant mène une politique d'affirmation de l'État qui repose sur l'unification de l'espace national et sur l'insertion dans la communauté internationale. La politique d'aménagement du territoire vise à moderniser et reconfigurer les réseaux de transport continentaux – routiers et ferroviaires – de façon à améliorer les relations entre […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

frontière iranienne. Les jours suivants, ils prennent le contrôle de plusieurs autres capitales provinciales, parmi lesquelles Kunduz, le 8. Ils avaient entamé leur offensive en mai, alors que les forces américaines entamaient leur retrait du pays. Le 9, le président Ashraf Ghani appelle la population « à la mobilisation et à l’armement » contre les […] Lire la suite

26 août 2021 France – Irlande. Visite à Dublin du président Emmanuel Macron.

frontière commerciale entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord et impose à Londres de soumettre à des contrôles douaniers les biens transitant entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne. « Nous ne vous lâcherons jamais », affirme Emmanuel Macron devant le Premier ministre irlandais Micheál Martin. […] Lire la suite

4-6 août 2021 Liban – Israël. Échange de tirs à la frontière entre les deux pays.

Le 4, trois roquettes tirées depuis le sud du Liban s’abattent sur le nord d’Israël sans faire de victime. L’attaque n’est pas revendiquée. Le 5, Israël procède à des dizaines de tirs d’artillerie sur la zone frontalière, au Liban, d’où les roquettes ont été tirées et qui est contrôlée par le Hezbollah pro-iranien. Il s’agit des premiers tirs israéliens […] Lire la suite

2 août 2021 Lituanie. Dénonciation de l'afflux de migrants en provenance de Biélorussie.

frontière biélorusse, à un « acte d’agression » de la part de Minsk. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait réagi à l’imposition de sanctions européennes contre son pays, en mai, à la suite de l’arrestation du journaliste d’opposition Roman Protassevitch, en menaçant « d’inonder l’Union européenne de drogues et de migrants ». Une pression […] Lire la suite

28 juin 2021 États-Unis – Irak – Syrie – Iran. Frappes américaines contre les milices pro-iraniennes.

frontière irako-syrienne, en riposte à la multiplication des attaques de drones contre les forces américaines stationnées en Irak. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume LACQUEMENT, « FRONTIÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frontiere/