KABOUL

Capitale de la république d'Afghānistān, Kaboul (Kābul) donne son nom à une province qui s'étend sur 49 058 kilomètres carrés. Morcelé par ses deux montagnes imposantes et par la rivière Kaboul au débit irrégulier, le site de la ville commande les passes du Nord, à travers l'Hindou Kouch, en partie les routes du Sud (Kandahar-Ghaznī, Gardez) et les principaux accès vers le Pākistān par la passe de Khyber. Célébrées dans les Veda, l'Avesta et l'épopée iranienne, Kaboul et sa région étaient prospères dans l'Antiquité. Éclipsée des Achéménides aux Sassanides par Kapissā-Begrām, la ville résista longtemps à la domination arabe ; elle était alors aux mains des princes locaux. À nouveau éclipsée par les grandes dynasties musulmanes à partir des Ghaznévides, elle fut promue au rang de capitale provinciale de l'empire moghol par Bābur (1526-1530), ce qui décida de son destin. Après avoir profité d'une stabilité relative aux xvie et xviie siècles, elle supplanta Kandahar comme capitale du royaume d'Afghānistān à l'accession de Tīmūr shāh (1773-1793). Dūst Muḥammad (1819-1863) et ses successeurs, les Bārakzaï ou Muḥammadzaï, durent affronter les deux guerres anglo-afghanes (occupations de Kaboul en 1839-1842, 1879-1880) et la pression des Russes au nord, alors que Herat était harcelée par les Persans. Ar-Rhamān (1880-1901), qui maintint de bons rapports avec les puissances occidentales, dota la ville de constructions (palais, citadelle, nouveau bazar pour remplacer celui qui avait été incendié par les Anglais). Les réformes prématurées d'Amānullāh (1919-1929) — qui fit construire hors de Kaboul la nouvelle capitale éphémère de al-Amān, dota la ville de son premier aéroport et fit des quartiers d'été de Paghmān une ville d'eau à la mode — provoquèrent la crise de 1928, réaction traditionaliste qui amena au pouvoir Batcha Saqao.

Afghanistan : carte administrative

Afghanistan : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Afghanistan. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Repris par la force, le trône passa au maréchal Nāder khān (Nādir shāh, 1929-1933) puis à son fils Moḥammad Zaher shāh (1933-1973). La révolution de ju [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  KABOUL  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 332 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'art aux environs de Kaboul »  : […] La ville de Kaboul, capitale actuelle de l'Afghanistan, a un passé assez flou ; la découverte d'un trésor de monnaies achéménides et grecques, au Chaman-i-Hauzuri (S. D. Schlumberger, 1953), prouve que son existence est plus ancienne qu'on ne l'avait supposé. Les constructions modernes ont gommé beaucoup de vestiges anciens, sauf en deux endroits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_28077

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 806 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Urbanisation et développement »  : […] et économiques sont souvent les seuls lieux ayant des relations internationales. Kaboul, ville refuge, regroupe 3,7 millions d'habitants et Hérat seulement 350 000, Bakou a une population estimée à 2 millions et Gandja 300 000, Tbilissi 1,1 million et Kutaisi 185 000. La situation n'est pas la même en Iran et en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_28077

MASSOUD AHMAD SHAH (1956-2001)

  • Écrit par 
  • Christophe de PONFILLY
  •  • 807 mots

la Défense. Hélas, les Panjshiris repoussent les Pashtounes des postes à responsabilité. L'anarchie s'installe à Kaboul, où les prisons ont été ouvertes, où les ex-communistes se sont fondus dans la foule, où trop d'armes circulent. Dès le mois de mai, Gulbuddin Hekmatyar, pion des Pakistanais, longtemps armé par la C.I.A., fait bombarder la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmad-shah-massoud/#i_28077

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « KABOUL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaboul/