AFGHANISTAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Situé au cœur même de l'Asie et contrôlant les voies de passage vers le sous-continent indien, l'Afghanistan a dû subir, durant sa longue histoire, l'invasion de la plupart des grands conquérants, à commencer par Cyrus le Grand pour finir par la Russie soviétique. Son histoire mouvementée se divise, en somme, en deux parties principales de longueurs presque égales : l'Antiquité et la période islamique, avec les Temps modernes en annexe de cette dernière.

Durant la première période, quoique le pays subît, presque régulièrement, l'incursion des peuples nomades habitant les régions du Nord, les influences culturelles dominantes étaient celles de la Perse, de la Grèce et des Indes.

La deuxième période fut, au contraire, dominée presque entièrement par l'Islam, qui influença profondément la culture du pays. Durant ce temps, l'Afghanistan non seulement fut transformé lui-même en un pays musulman, mais, grâce toujours à sa position géographique, dut servir de base militaire et idéologique à la propagation de la nouvelle religion dans les pays voisins.

C'est seulement au xixe siècle que le pays entra en contact avec l'impérialisme européen, à la suite des invasions anglaises provoquées par l'éventualité d'une avance russe en direction des Indes.

Quoique le pays ait réussi à recouvrer son indépendance en 1919, sa lente marche vers la modernisation fut brutalement stoppée par une série de coups d'État d'inspiration étrangère, aboutissant, à la fin de décembre 1979, à l'invasion du pays par l'armée soviétique et, par conséquent, à la résistance en masse du peuple afghan.

Les Aryens

La période historique commence en Afghanistan au Ier millénaire avant J.-C., avec la réforme religieuse prêchée par le prophète Zoroastre, en Bactriane, dans la vallée de l'Amou-Daria (l'Oxus des historiens classiques). La nouvelle religion, fondée sur une conception dualiste du monde et de l'histoire, reflétait au fond le conflit perpétuel existant entre les tribus aryennes, sédentaires, pratiquant l'élevage et l'agriculture, d'un côté, et les hordes nomades habitant les pays du Nord et se déplaçant vers le sud, en quête de pâturages et de terres fertiles, de l'autre. Cela explique la place privilégiée accordée dans la nouvelle religion à la protection des animaux domestiques, surtout à celle de l'espèce bovine que l'on retrouve dans le culte de la vache chez les hindous de notre temps, descendants de la branche indienne des Aryens. Outre le bœuf, les Aryens avaient réussi à domestiquer d'autres animaux nécessaires à leur économie rurale, tels que le cheval, le chameau et le chien, qu'ils tenaient en grande estime comme gardien de leur bétail. Ils cultivaient le blé, l'orge et d'autres céréales. La religion, pour eux, était enracinée dans le sol et avait comme tâche de sauvegarder les intérêts d'une communauté agricole dépendant, avant tout, de son bétail. C'est ainsi que pour les Aryens convertis au zoroastrisme, le vrai et le bon (Ahura Mazda) se confondaient avec l'utile et le profitable, tandis que le faux et le mal (Angra Maina) correspondaient à tout ce qui était nuisible à la prospérité de la communauté. D'après les traditions des Parsis, descendants des anciens zoroastriens, le prophète vivait au vie siècle avant J.-C., en Bactriane, au nord de l'Afghanistan actuel, sous le règne du roi local Hystaspe, qu'il réussit à convertir à sa religion. L'existence de ce souverain indique que les tribus aryennes avaient déjà atteint dans leur évolution socio-économique l'étape de la formation d'une administration centrale sous la forme d'une monarchie. Notre connaissance sur l'histoire de ce royaume, qui, en dehors de la Bactriane, comprenait aussi la partie nord-est de la Perse ainsi que le Turkménistan d'aujourd'hui, reste bien limitée. Nous savons cependant que, peu après, le pays fut conquis par le souverain mède Cyrus le Grand (559-530 av. J.-C.), qui le rattacha à l'empire achéménide. À la suite de cette conquête, la nouvelle religion put se répandre largement et devint la religion officielle de l'empire. Cependant, les Aryens ne connaissant pas l'écriture au temps de Zoroastre, le texte de leur livre sacré, Avesta, garda pendant longtemps la forme d'une tradition orale, transmise d'une génération à l'autr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 54 pages

Médias de l’article

Afghanistan : carte administrative

Afghanistan : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afghanistan : drapeau

Afghanistan : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Afghanistan : répartition des groupes ethniques

Afghanistan : répartition des groupes ethniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Engrais naturel

Engrais naturel
Crédits : Farzana Wahidy/ AFP

photographie

Afficher les 21 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AFGHANISTAN  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dépourvu d'accès à la mer, l'Afghanistan est entouré au nord par le Turkménistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan ; à l'ouest par l'Iran ; au sud et à l'est par le Pakistan ; au nord-est, le corridor de Wakhan est limitrophe du Xinjiang chinois.L'Afghanistan est plus gr […] Lire la suite

AFGHANISTAN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AÏ KHANOUM

  • Écrit par 
  • Paul BERNARD
  •  • 1 291 mots

Aï Khanoum (Tépé) est le nom local (« butte de Dame Lune ») du site d'une grande ville coloniale grecque dans l'Afghanistan du Nord, que fouille la Délégation archéologique française en Afghanistan (P. Bernard, C.R. Adadémie inscriptions et belles-lettres , 1966, pp. 127-133 ; 1967 ; pp. 306-324 ; 1968, pp. 263-279 ; 1969, pp. 313-355 ; 1970, pp. 301-349 ; 1971, pp. 385-453 ; 1972, pp. 605-632 ; 1 […] Lire la suite

AÏMAG, ethnie

  • Écrit par 
  • Jean-Luc BLANC
  •  • 936 mots

Parmi les peuples d'Afghānistān, les Aïmag (ou Aïmaq) sont les moins connus. En l'absence de tout recensement, on évalue leur nombre à plus de 480 000 (et plus de 170 000 en Iran). Habituellement, on les désigne sous le terme de Char Aïmag ou Quatre-Tribus, lesquelles sont les Djamshidi, les Firouz-Kohi, les Taimani et les Hazāra-e-Qala-i-Nao. Si leur lingua franca est le persan, il est possible […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interventionnisme militaire »  : […] Le gouvernement Schröder est le premier gouvernement qui engage la Bundeswehr à participer à des frappes aériennes de l'O.T.A.N. contre la Serbie lors de la guerre du Kosovo, en 1998-1999. Le gouvernement du chancelier Kohl s'était progressivement avancé dans cette voie, sans jamais participer à des frappes ou à des combats. Le chancelier Schröder, son ministre des Affaires étrangères Joschka Fis […] Lire la suite

AL-QAIDA

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FILIU
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « La première organisation terroriste mondialisée »  : […] Ben Laden, chef incontesté de l'organisation, était secondé par Ayman al-Zawahiri, un djihadiste égyptien qui va concevoir deux orientations sans précédent et leur inventer une justification inédite, en contradiction avec quatorze siècles de doctrine et de pratique de l'islam. La première de ces innovations est le concept de « djihad global », qui rompt le lien établi dans l'Histoire avec un peup […] Lire la suite

AMOU-DARIA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 1 052 mots

L'Amou-Daria draine la plus étendue des cuvettes hydrologiques de l'Asie moyenne ex-soviétique ; son bassin d'alimentation proprement dit s'étend en territoire fortement montagneux sur 227 800 kilomètres carrés, ce qui vaut au fleuve de rouler annuellement à son entrée dans la plaine 79 kilomètres cubes d'eau : le module est alors de 2 500 mètres cubes par seconde et le débit spécifique s'élève à […] Lire la suite

ARACHOSIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 57 mots

Province des empires achéménide, séleucide et parthe. Occupant le sud de l'Afghanistan, elle était limitée au sud par la Gédrosie (Béloutchistan). Sa capitale, Alexandrie d'Arachosie, fondée par Alexandre le Grand, est généralement identifiée avec l'actuel Kandahar. Les ivoires d'Arachosie étaient renommés. […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'arc montagneux alpin »  : […] L'arc montagneux alpin se suit en Asie occidentale, au nord de la plate-forme syrienne, dans les hautes terres de l'Anatolie et de l'Arménie, de l'Iran et de l'Afghanistan. L' Anatolie appartient tout entière au domaine des chaînes plissées tertiaires, prolongation des Dinarides balkaniques. Mais des masses rigides, anciennement consolidées, viennent s'intercaler dans l'édifice : massif des Méand […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les poudrières de l'Asie »  : […] La concentration d'armes en Asie témoigne des séquelles du partage de Yalta (1945) entre les États-Unis et l'Union soviétique, de la décolonisation et de l'affrontement entre blocs (divisions de la Corée et de la Chine). Au début du xxi e  siècle, l'Asie orientale et méridionale est traversée par trois tendances géopolitiques qui semblent contradictoires. Le cas de Cuba mis à part, elle apparaît, […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Urbanisation et développement »  : […] Avec plus de 73 millions d'habitants chacun, la Turquie et l'Iran regroupent à eux seuls plus de la moitié de la population de toute la région et confirment ainsi leur place économique et politique dominante. Troisième pays de la région par sa population, l'Afghanistan (28,4 millions d'habitants en 2009) est aussi le plus pauvre de la région, avec les taux de natalité et de mortalité les plus éle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2 novembre 2021 Afghanistan. Attentat contre l'hôpital militaire de Kaboul.

L’attaque par des hommes armés de l’hôpital militaire de Kaboul, après qu’un kamikaze s’est fait exploser devant ses portes, cause la mort d’au moins vingt-cinq personnes, dont celle du chef des forces militaires talibanes dans la capitale, Hamdullah Mokhlis. L’opération est revendiquée par l’organisation État islamique au Khorassan (EI-K). […] Lire la suite

8-15 octobre 2021 Afghanistan. Attentats meurtriers à Kunduz et Kandahar.

Le 8, un attentat-suicide contre une mosquée chiite de Kunduz, dans le nord-est du pays, lors de la grande prière du vendredi, fait au moins soixante morts. Il est revendiqué par l’organisation État islamique (EI). Le 15, un nouvel attentat-suicide contre une mosquée chiite de Kandahar, dans le sud du pays, revendiqué par l’EI, cause la mort d’au moins quarante personnes. […] Lire la suite

21 septembre 2021 O.N.U. Assemblée générale.

Il justifie le retrait américain d’Afghanistan et dément vouloir s’engager dans une « nouvelle guerre froide ». Il rassure ses alliés en exprimant sa volonté de renouer avec l’OTAN et l’Union européenne, mais ne fait aucune allusion à la conclusion de l’alliance stratégique AUKUS (entre les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni), le 16, et à la brouille avec la France qui s’est ensuivi. […] Lire la suite

2-19 septembre 2021 Afghanistan. Victoire talibane dans le Panshir et présentation du nouveau gouvernement.

Le 2, l’ONU, qui alerte sur le risque d’une « catastrophe humanitaire » dans le pays, reprend ses envois d’aide en Afghanistan. Le 6, les talibans, qui ont repris le pouvoir à Kaboul en août, affirment contrôler la vallée du Panshir, au nord de la capitale, dernière région qui échappait à leur emprise. Cette annonce fait suite à une demande de cessez-le-feu déposée par le Front national de résistance que dirige Ahmad Massoud, le fils du commandant Ahmad Shah Massoud. […] Lire la suite

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

Le 19, jour anniversaire de l’indépendance du pays vis-à-vis des Britanniques, les talibans annoncent la reformation de l’émirat islamique d’Afghanistan, fondé sur la charia. Une manifestation organisée à Kaboul par des femmes qui brandissent le drapeau afghan est violemment dispersée. Les jours précédents, des manifestations dans plusieurs villes du pays avaient fait l’objet d’une répression meurtrière. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT, « AFGHANISTAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/