Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HUNS

Les Huns venus d'Asie, d'origine turque, ougrienne ou mongole selon les chercheurs, descendent peut-être des Xiong-nu d'Asie centrale. Ils apparaissent pour la première fois dans les sources occidentales chez Ptolémée, en 160-170 après J.-C., mais ne déploient une activité militaire et politique en Europe qu'à la fin du ive siècle et durant la première moitié du ve siècle. Les archéologues qualifient d'ailleurs traditionnellement cette période (entre 375 et 454) de « hunnique ». Dans leur avancée vers l'ouest, les Huns deviennent progressivement les maîtres des steppes d'Europe orientale et centrale et créent un « empire », puissante fédération de Barbares. Les sources écrites et archéologiques s'accordent pour témoigner que les Huns, peuple de cavaliers, sont nomades. Ils vivent donc essentiellement de l'élevage et dépendent de leurs troupeaux, qui se déplacent dans les steppes sur de grandes distances à la recherche de pâturages.

300 à 400. Christianisme

300 à 400. Christianisme

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares

Les sites archéologiques

On ne peut différencier, dans les steppes européennes, les sites de la fin du ive siècle et de la première moitié du ve siècle laissés par les Huns de ceux des autres nomades. En effet, ces sites, principalement des tombes, offrent une synthèse d'éléments anciens, propres à une population nomade indigène (notamment alano-sarmate), et d'éléments nouveaux apportés par les Huns. Cela n'a, en soi, rien de surprenant puisqu'en règle générale les hordes nomades sont formées de familles, de clans et de tribus aux origines ethniques diverses. Leurs contemporains les considèrent néanmoins habituellement comme un seul et même peuple et leur donnent le nom de la tribu principale. Tel est le cas des nomades qui, en Europe, appartenaient à l'« empire » des Huns. Leurs sites, qui possèdent de nombreux traits communs, doivent donc être examinés comme un tout. Soulignons qu'ils sont tous localisés dans les steppes. Les incursions des Huns à l'extérieur de cette zone, en Europe occidentale par exemple, ne sont attestées que par des objets isolés.

Sites des nomades de l'époque hunnique

Sites des nomades de l'époque hunnique

Les sites des nomades de l'époque hunnique se concentrent en Europe dans la région du Danube moyen, qui fut entre 420 et 450 environ le centre de leur « empire » (, nos 40-49, 63, 67, 75, 84), sur le Danube inférieur (nos 51, 52, 54-57, 62, 71-73), dans les steppes au nord de la mer Noire (nos 10-25, 31, 58-61, 76, 81, 82, 86) et dans celles de la Volga (nos 1-9, 70, 77-80, 85). On doit y associer les découvertes concernant la même époque faites en Kirghizie et au Kazakhstan oriental (nos 32-39) car, bien que l'attribution de ces sites aux Huns ou à leurs alliés soit incertaine, ils offrent de grandes similitudes avec les sites nomades en Europe. Signalons qu'il est difficile de savoir à l'heure actuelle si les concentrations de sites observées sur la carte correspondent à une réalité historique – les zones privilégiées de campement des nomades – ou si elles ne reflètent qu'un déséquilibre qui témoigne du degré d'avancement des recherches archéologiques selon les régions.

Les tombes nomades de l'époque hunnique sont généralement isolées. On ne connaît que quelques nécropoles, qui peuvent être de petites dimensions comme à Novogrigor'evka ou Šipovo (nos 17 et 9 de) ou plus importantes, en Kirghizie notamment (par exemple à Kenkol et Ketmen'-Tjube, nos 37 et 38). Dans une étude consacrée aux pratiques funéraires des nomades de cette période, l'archéologue I. P. Zaseckaja distingue trois principaux types de sépultures : les incinérations et les inhumations sous des kourganes (tertres), ainsi que les inhumations qui, à l'heure actuelle, ne sont signalées à la surface du sol par aucun aménagement particulier : les tombes dites plates.

Dans le premier groupe, les incinérations sous[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

300 à 400. Christianisme

300 à 400. Christianisme

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares

Sites des nomades de l'époque hunnique

Sites des nomades de l'époque hunnique

Autres références

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    Les Huns Hephtalites, qui sont connus aussi sous le surnom de Huns blancs, étaient des hordes turco-mongoles originaires de l'Altaï. Vers la fin du ive siècle, ils pénétrèrent dans les steppes de l'Asie centrale et occupèrent la Sogdiane et la Bactriane. Un peu plus tard, ils traversèrent...
  • ATTILA (395-453) roi des Huns (434 env.-453)

    • Écrit par Universalis, E. A. THOMPSON
    • 831 mots

    Roi des Huns (de 434 environ à 453), né en 395, mort en 453. Attila fut l'un des plus grands chefs barbares qui assaillirent l'Empire romain, envahissant le sud des Balkans et la Grèce, puis la Gaule et l'Italie. Les légendes germaniques célèbrent Attila sous le nom d'Atli (en scandinave)...

  • DÉBUT DES GRANDES MIGRATIONS

    • Écrit par Patrick PÉRIN
    • 201 mots

    Dès le iiie siècle avant notre ère, il y eut de multiples mouvements de peuples germaniques à partir de l'Europe du Nord, mais qui ne menacèrent pas directement le monde romain, sinon par des raids sans lendemain, notamment au milieu du iiie siècle de notre ère. L'année 375 marque...

  • DYNASTIE DES GUPTA

    • Écrit par Pascal BURESI
    • 222 mots

    Au iiie siècle, le déclin des dynasties de Kushan, au nord de l'Inde, et de Sātavāhana, à l'est de la péninsule, se traduit par l'émergence de nombreux royaumes. Sri Gupta et son fils, Ghatotkacha, dirigent une de ces principautés sur le cours moyen du Gange. Après son mariage avec une princesse...

  • Afficher les 18 références

Voir aussi