Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TURKMÉNISTAN

Nom officiel

Turkménistan (TM)

    Chef de l'État et du gouvernement

    Serdar Berdymoukhamedov (depuis le 19 mars 2022)

      Capitale

      Achgabat

        Langue officielle

        Turkmène

          Unité monétaire

          Manat du Turkménistan (TMT)

            Population (estim.) 6 516 000 (2023)
              Superficie 491 210 km²

                Le Turkménistan est un État postsoviétique d'Asie centrale dont le territoire couvre, sur la rive orientale de la mer Caspienne, 491 200 kilomètres carrés. Sa population – environ 5 millions d'habitants en 2006 – est concentrée dans les oasis (Merv, Dashoguz, Achgabat...) qui bordent, au nord et au sud, le désert du Kara-Koum, l'ancien domaine des nomades turkmènes. Après son indépendance en 1991, le Turkménistan a proclamé sa neutralité et a adopté un modèle de développement autocentré confinant à l'isolement, à l'initiative de son président défunt Saparmourad Niazov, dit « Turkmenbashy » (le chef ou père des Turkmènes). Ce dernier, qui s'est maintenu au pouvoir de la perestroïka (1985) à son décès en 2006, a instauré un système politique dictatorial dont est issu son successeur Gourbangouli Berdymoukhamedov. L'État et le régime bénéficient de l'exploitation des abondantes ressources gazières, rente qui, alors que la majeure partie de la population connaît des conditions sociales et économiques dégradées, est notamment investie dans la reconstruction de la capitale, Achgabat.

                Turkménistan : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Turkménistan : carte physique

                Turkménistan : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Turkménistan : drapeau

                Géographie

                Déserts touraniens, oasis turkestanaises et littoral caspien

                Au moment de son indépendance, le Turkménistan a hérité d'un territoire compact quoique effilé, qui fut tracé dans les années 1920 dans le cadre de la politique d'aménagement du territoire menée par l'État soviétique en Asie centrale. Environ 1 200 kilomètres séparent d'ouest en est les rives de la mer Caspienne des sommets du Kugitangtau (mont Airybaba, 3 137 m), tandis que, du nord au sud, les contreforts du plateau de l'Ust-Iurt et les hauteurs du Badkhyz et du Karabil sont distants de plus de 800 kilomètres. Situé sur la rive orientale de la mer Caspienne, le Turkménistan possède des frontières communes avec l'Iran et l'Afghanistan, au sud, et avec l'Ouzbékistan et le Kazakhstan, au nord, ce qui lui confère une situation géopolitique sensible.

                À l'instar des autres pays d'Asie centrale, le Turkménistan est un pays écartelé, en raison de la localisation périphérique des foyers de peuplement. Le cœur de l'espace national est en effet occupé par le désert du Kara-Koum (« les sables noirs ») qui s'étend sur 350 000 kilomètres carrés. Ancien domaine des nomades turkmènes, ce désert d'abri présente une alternance d'étendues sableuses, rocheuses et de dépressions endoréiques périodiquement ennoyées – les takyrs. Un paléo-cours de l'Amou-Daria – l'Ouzboï – le traverse et aboutit à la Caspienne au sud du golfe de Kara-Bogaz. Au nord, le Kara-Koum est bordé par le delta de l'Amou-Daria, oasis ancienne qui jouxte le Khorezm ouzbékistanais et correspond à la région de Dashoguz. Au sud, en périphérie de la dépression touranienne, les deltas intérieurs du Murgab, où s'est épanouie la ville de Merv, et du Tejen sont des lieux de peuplement ancestraux, de même que le piémont du Kopet Dag (2 942 m), où est située la capitale Achgabat. À l'ouest, contrairement au Lenkoran azerbaïdjanais et aux rivages iraniens, le littoral de la Caspienne apparaît comme un milieu hostile, faiblement peuplé, où la principale ville est le port de Turkmsenbashy (ancienne Krasnovodsk), qui fut fondé dans le cadre de la conquête tsariste à la fin du xixe siècle.

                Au cours de la période soviétique, les oasis méridionales ont été étendues à la faveur de la construction du grand canal du Kara-Koum qui, depuis sa prise d'eau sur l'Amou-Daria en amont de Kerki jusque vers Balkanabat, s'allonge sur plus de 1 000 kilomètres. Aménagé à partir des années 1950, il possède un débit de 600 mètres cubes par seconde à sa tête et écoule chaque année plus de 10 kilomètres cubes d'eau, dont une partie significative est toutefois perdue par infiltration et par[...]

                La suite de cet article est accessible aux abonnés

                • Des contenus variés, complets et fiables
                • Accessible sur tous les écrans
                • Pas de publicité

                Découvrez nos offres

                Déjà abonné ? Se connecter

                Écrit par

                • : docteure en histoire, chargée de recherche au CNRS
                • : anthropologue, chercheur à l'Institut français d'études sur l'Asie centrale
                • : professeur émérite d'études ouraliennes et altaïques, professeur d'histoire à l'université d'Indiana, Bloomington
                • : docteur en géographie, chargé de recherche au C.N.R.S., membre de l'U.M.R. 7528 Monde iranien et indien (C.N.R.S., Sorbonne nouvelle, EPHE, INALCO)
                • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                Médias

                Turkménistan : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Turkménistan : carte physique

                Turkménistan : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Turkménistan : drapeau

                Gazoduc au Turkménistan - crédits : Stringer/ AFP

                Gazoduc au Turkménistan

                Autres références

                • TURKMÉNISTAN, chronologie contemporaine

                  • Écrit par Universalis
                • ACHGABAT, anc. ACHKHABAD

                  • Écrit par Julien THOREZ
                  • 489 mots
                  • 1 média

                  Achgabat (ex-Achkhabad, de l'arabe achk, « amour », et du persan abad, « ville, lieu prospère ») est la capitale du Turkménistan, république d'Asie centrale ayant accédé à l'indépendance en 1991. Localisée sur le piémont septentrional du Kopet Dag et bordée au nord par le désert...

                • AMOU-DARIA

                  • Écrit par Pierre CARRIÈRE
                  • 1 051 mots

                  L'Amou-Daria draine la plus étendue des cuvettes hydrologiques de l'Asie moyenne ex-soviétique ; son bassin d'alimentation proprement dit s'étend en territoire fortement montagneux sur 227 800 kilomètres carrés, ce qui vaut au fleuve de rouler annuellement à son entrée dans la plaine 79 kilomètres...

                • ASIE CENTRALE

                  • Écrit par Henri-Paul FRANCFORT, Frantz GRENET
                  • 9 700 mots
                  • 4 médias
                  En Turkménie, Djeitun est le site éponyme d'une culture néolithique (de 6500 à 5000 environ avant notre ère) qui s'étend sur la bande de piémont nord du Kopet Dag. Les sites de cette culture sont des villages qui couvrent moins d'un hectare de surface. Celui de Djeitun même comptait...
                • CASPIENNE, géopolitique

                  • Écrit par Garik GALSTYAN
                  • 7 458 mots
                  Malgré la similitude du système clanique de gouvernance avec son voisin kazakh, le Turkménistan n'a pas échappé à l'instauration d'un culte de la personnalité. À la fin des années 1990, le conflit avec le monopole russe Gazprom lié au volume et au prix du transit du combustible bleu...
                • Afficher les 15 références

                Voir aussi