TERRORISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La terreur est un état, une peur exacerbée, mais, depuis la Révolution française, c'est aussi un régime politique, voire un procédé de gouvernement, permettant au pouvoir en place de briser, à force de mesures extrêmes et d'effroi collectif, ceux qui lui résistent. Le terrorisme, quant à lui, s'il est d'abord action, n'en recouvre pas moins une notion voisine puisque, dépassant souvent le stade de l'initiative ponctuelle pour devenir une véritable stratégie, il postule l'emploi systématique de la violence, pour impressionner soit des individus afin d'en tirer profit, soit, plus généralement, des populations, soumises alors, dans un but politique, à un climat d'insécurité. Dans l'un et l'autre cas, il a pour caractéristique majeure de rechercher un impact psychologique, hors de proportion, comme le souligne Raymond Aron dans Paix et guerre entre les nations, avec les effets physiques produits et les moyens utilisés.

Ce lien n'écarte pas, cependant, les ambiguïtés. Car, si l'on a pu dire longtemps que la terreur, arme des forts, venait de l'État, à l'inverse du terrorisme, arme des faibles, dressée, le cas échéant, contre lui sous forme clandestine, ce n'est pas aussi clair aujourd'hui : pour arriver à leurs fins, certains gouvernants usent contre leurs concitoyens de violence occulte tandis que, sur la scène internationale, apparaît de plus en plus un terrorisme étatique, nouvelle sorte d'approche coercitive indirecte. De plus, comme s'attache au terrorisme une consonance péjorative, ses protagonistes tendent à rejeter la faute originelle sur leurs ennemis : le terrorisme, c'est la violence des autres. C'est donc l'État centralisateur, injuste, capitaliste ou oppresseur que désignent comme responsable de leurs agissements subversifs, comme le véritable terroriste, les indépendantistes et révolutionnaires de tout genre, quand bien même la violence qu'ils stigmatisent ne serait, bien souvent, que symbolique.

Laisser finalement de côté l'expression trop vague de terreur pour parler plutôt, parallèlement au terrorisme d'opposition classique, de terrorisme d'État, qu'il soit interne ou externe, n'est, il est vrai, qu'un premier pas sur un chemin pavé d'équivoques. Car le phénomène est tellement multiforme, variable dans le temps et l'espace, divers selon ses tenants et ses aboutissants, individuel et collectif, aveugle et sélectif, criminel et idéaliste, révolutionnaire et réactionnaire, qu'aucune définition ne permet véritablement de le circonscrire. La « relation terroriste », chère à l'Institut de polémologie, est d'une complexité telle qu'on ne sait où commencer : les « actes », leur nombre et leur niveau de violence ; les « acteurs », individus et groupes, organisations militantes, rivales ou écran ; le terroriste lui-même allant du moine soldat au criminel de bas étage, en passant par toutes les nuances du romantisme, du délire logique, de l'idéologie débridée, voire de la déviance psychologique et de l'instabilité ; sans oublier les manipulateurs politiques lointains, « officiers-traitants » qui y croient, et agents spécialisés sans foi ni loi.

Encore peut-on tout aussi bien partir des mobiles et des objectifs, opposer le point de vue des auteurs et celui des victimes, analyser, selon le contexte, la fonction dévolue aux tiers, insister sur la structure spécifique de la société qui conditionne partiellement le phénomène, enfin considérer, avec Didier Bigo et Daniel Hermant, la théâtralisation de la violence via les médias ou le mimétisme qui relie terroristes et policiers.

Naissance et développement du phénomène

Terrorisme et idéologie

Le xixe siècle, pour ne parler que de l'époque moderne, a été marqué dans sa première partie par l'affrontement de la France et de l'Angleterre – conséquence d'anciennes rivalités. Nous comprenons ainsi le soutien donné par Hoche, en 1796, aux patriotes irlandais. La seconde moitié du xixe siècle voit l'émergence et l'affirmation en Europe d'une Allemagne unifiée sous la domination prussienne, cela jusqu'à la Première Guerre mondiale.

La révolution, qui, chez Marx, n'est qu'une façon de hâter le déroulement d'un processus inélucta [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Bakounine

Bakounine
Crédits : Nadar/ Getty Images

photographie

Le Ku Klux Klan

Le Ku Klux Klan
Crédits : Harry Benson/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Assassinat d'Alexandre Ier

Assassinat d'Alexandre Ier
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Garde de fer en Roumanie, 1940

La Garde de fer en Roumanie, 1940
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article

Écrit par :

  • : géostratège, écrivain
  • : professeur à l'université de Paris-I, ancien président de la Fondation pour les études de défense nationale
  • : docteur en droit, DEA de sociologie E.H.E.S.S., maître de conférences en droit public, ancienne avocate au barreau de Paris
  • : professeur à l'université des lettres et sciences humaines de Montpellier, directeur de l'unité d'enseignement et de recherche XI, membre du comité consultatif des universités

Classification

Autres références

«  TERRORISME  » est également traité dans :

ABDALLAH IBN ‘ABD AL-‘AZĪZ (1923 ou 1924-2015) roi d'Arabie Saoudite (2005-2015)

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 1 585 mots

Roi d’Arabie Saoudite de 2005 à 2015. Le 1 er  août 2005, le prince Abdallah ibn Abd al-Aziz ibn Abd al-Rahman al-Saoud devient roi d'Arabie Saoudite, après le décès de son demi-frère, le roi Fahd. Né en 1923 ou 1924 selon les sources, il est l'un des fils du roi Abd al-Aziz ibn Saoud, le fondateur du royaume d'Arabie Saoudite ; sa mère est de la tribu Chammar, d'où est issue également la famille […] Lire la suite

ADAMS GERRY (1948- )

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 102 mots

Ancien barman, accusé d'avoir été un des principaux dirigeants de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), président d'une organisation politique, le Sinn Fein, ayant longtemps prôné le terrorisme, diplomate hors pair et protagoniste indispensable du processus de paix nord-irlandais, Gerry Adams est né le 5 octobre 1948 à Belfast. Il est de ceux qui s'efforcent de protéger les quartiers catholiques […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'impossible reconnaissance internationale »  : […] En fait, la communauté internationale, malgré les critiques contre la politique des talibans envers les femmes, semblait s'être résignée à leur pouvoir qui reprenait la tradition d'un État fondé sur les tribus pachtounes et apparaissait comme un gage de stabilité. Les talibans ont toujours été systématiquement soutenus par le Pakistan, pour des raisons ayant trait à la vision stratégique de ce pa […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les incertitudes et les cruautés de la guerre »  : […] L'élection présidentielle de novembre 1995 représente un enjeu important pour un pouvoir algérien en quête de légitimité politique. Le scrutin lui-même et sa préparation (32 000 bureaux de vote sont prévus, répartis dans 8 000 centres, 14 millions d'électeurs sont attendus, ils seront encadrés par 37 000 agents) serviront de test. Les quatre candidats, qui ont recueilli les 75 000 signatures requ […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La contestation »  : […] En dehors de la presse et des forces patronales, syndicales et religieuses, la république fédérale d'Allemagne a vu s'affirmer, dès la fin des années soixante, la contestation des étudiants, dont une minorité choisit la violence comme forme d'expression politique pour condamner la dépendance allemande vis-à-vis des États-Unis d'Amérique engagés au Vietnam et rompre avec la société capitaliste. Ap […] Lire la suite

AL-QAIDA

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FILIU
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « La première organisation terroriste mondialisée »  : […] Ben Laden, chef incontesté de l'organisation, était secondé par Ayman al-Zawahiri, un djihadiste égyptien qui va concevoir deux orientations sans précédent et leur inventer une justification inédite, en contradiction avec quatorze siècles de doctrine et de pratique de l'islam. La première de ces innovations est le concept de « djihad global », qui rompt le lien établi dans l'Histoire avec un peup […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une relation particulière avec les États-Unis »  : […] L'engagement pro-occidental du royaume est resté constant : il a longtemps refusé l'établissement de rapports diplomatiques avec l'Union soviétique, il a été opposé au régime marxiste du Yémen du Sud et a fortement soutenu les moudjahidin afghans. Au cours des années 1970, l'Arabie Saoudite a joué un rôle déterminant dans l'évolution pro-occidentale de pays comme l'Égypte, le Soudan, la Somalie ou […] Lire la suite

ARMÉE ROUGE JAPONAISE

  • Écrit par 
  • Yugi SATO
  •  • 257 mots

Issue d'une scission de la Ligue communiste, principale organisation d'extrême gauche japonaise, l'Armée rouge est créée en 1969. Face aux lois contre l'activité subversive et aux arrestations opérées par la police, elle fait de l'affrontement violent avec l'État, indépendamment des luttes économiques de masse, le catalyseur de la situation politique. L'objectif misé est l'ouverture d'un front de […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les luttes politiques pour la question arménienne »  : […] Les partis traditionnels continuent leur travail en diaspora. Le parti Dachnak est le plus puissant et le moins soviétophile. Le parti Hentchak social-démocrate est complètement aligné sur Erevan ainsi que le petit parti Ramgavar, qui contrôle la puissante Union générale arménienne de bienfaisance (U.G.A.B.). Avec les communistes arméniens de la diaspora, ils forment un front commun contre les Dac […] Lire la suite

ART ET TERRORISME SELON GERHARD RICHTER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 457 mots

2 avril 1968 Andreas Baader et Gudrun Ensslin, activistes allemands d'extrême gauche, font exploser le grand magasin Kaufhaus Schneider à Francfort. Avril 1970 Arrestation et emprisonnement d'Andreas Baader. 2 juin 1970 Un tract, plus tard attribué à Ulrike Meinhof, alors journaliste d'extrême gauche, déclare, entre autres : « Les porcs croyaient-ils vraiment que nous pouvions parler de lutte d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25 juillet 2022 Birmanie. Exécution de prisonniers politiques.

Le quotidien officiel Global New Light of Myanmar annonce l’exécution de quatre prisonniers d’opinion condamnés pour « terrorisme ». Il s’agit des premières mises à mort de condamnés dans le pays depuis 1988. Soixante-huit détenus ont été condamnés à la peine capitale depuis le coup d’État de février 2021.  […] Lire la suite

29 juin 2022 France. Rejet des demandes d'extradition de militants d'extrême gauche présentées par l'Italie.

La cour d’appel de Paris rend un avis défavorable aux dix demandes d’extradition, présentées par la justice italienne, de militants d’extrême gauche condamnés pour des faits de terrorisme remontant aux années 1970-1980 et réfugiés en France à la faveur de la « doctrine Mitterrand ». Énoncée par l’ancien président français devant le congrès de la Ligue des droits de l’homme en avril 1985, celle-ci prévoyait d’accorder l’asile aux militants d’extrême gauche installés en France, s’ils n’étaient pas coupables de crimes de sang et avaient renoncé à la lutte armée. […] Lire la suite

24-28 mai 2022 Chine. Publication des « Xinjiang Police Files ».

Le 28, à l’issue de sa visite de six jours en Chine, et notamment dans le Xinjiang, la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme Michelle Bachelet déclare qu’« il est très important que les réponses contre le terrorisme ne débouchent pas sur une violation des droits de l’homme », tout en affirmant que les autorités chinoises lui ont assuré que le système des centres de formation du Xinjiang était « démantelé ». […] Lire la suite

14-17 mai 2022 États-Unis. Tuerie raciste à Buffalo, dans l'État de New York.

Le 17, le président Joe Biden se rend à Buffalo où il dénonce un « terrorisme intérieur ». […] Lire la suite

1er mai 2022 Maroc. Grâce royale accordée à des condamnés pour « terrorisme ou extrémisme ».

Le ministère de la Justice annonce la grâce accordée par le roi Mohammed VI à vingt-neuf condamnés pour des faits de « terrorisme ou extrémisme » ayant fait preuve de repentir. Cette mesure résulte de l’application du programme de réinsertion baptisé Moussalaha (« Réconciliation »), lancé en 2017 dans le royaume. Vingt-trois sont libérés et six autres voient leurs peines réduites. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard CHALIAND, Pierre DABEZIES, Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, Jean SERVIER, « TERRORISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/terrorisme/