TIBET (XIZIANG)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Peu de pays ont une histoire aussi profondément conditionnée par la géographie que le Tibet. Cet énorme plateau, qui occupe le centre de l'Asie, offre des conditions de vie pénibles. L'agriculture est limitée aux vallées (rong) des grands fleuves, tandis que les parties plus hautes ('brog) ne permettent que l'élevage. La population, faible en termes absolus, se concentre dans les rong ; elle est peu nombreuse et totalement ou partiellement nomade dans les 'brog. Ces conditions comportent des conséquences de plusieurs ordres. Avant tout, l'émiettement du pays, où chaque rong tend à former une unité territoriale. Cela est la règle presque absolue au Tibet oriental ; seule dans le Tibet central l'existence de la grande vallée du gTsang-po (Brahmapoutre) a permis de temps en temps la formation d'un pouvoir central.

Dès les origines, la structure sociale a été féodale ; par la suite, une aristocratie monastique s'est ajoutée à la noblesse laïque, sans que soient profondément modifiées les conditions de vie du peuple. Cette aristocratie se recrutait presque exclusivement chez les cultivateurs des vallées ; la société des pasteurs ne comprenait pas de nobles et n'était pas dirigée par une aristocratie. La prédominance économique et sociale des sédentaires est absolue ; l'histoire du Tibet a été faite par les agriculteurs et non par les éleveurs.

L'altitude du pays, la rareté et la difficulté des voies d'accès ont contribué à préserver le Tibet de maintes invasions. D'un autre côté, le faible potentiel démographique n'a pas permis au pays de se livrer à l'expansion militaire ; la seule mais très importante exception est la période monarchique (viie-ixe s.), où l'impérialisme d'une envergure panasiatique a bénéficié d'un moment historique et de conditions internes exceptionnelles. Depuis la pénétration définitive du bouddhisme au xie siècle, le Tibet est devenu objet, et non sujet, d'histoire. Il peut paraître singulier qu'un pays aussi pauvre ait fait l'objet d'invasions. Le motif en était qu'il servait de refuge à une religion, le bouddhisme, qui à diverses époque [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 40 pages

Médias de l’article

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Plateau du Tibet

Plateau du Tibet
Crédits : J. Singer/ Click

photographie

Bergère tibétaine

Bergère tibétaine
Crédits : Keren Su, Getty Images

photographie

Yack

Yack
Crédits : Philip Bird LRPS CPAGB/ Shutterstock

photographie

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TIBET (XIZIANG)  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enjeu des grandes voies de communications internationales »  : […] L'intégration économique, et donc spatiale, des pays asiatiques entre eux rend cruciale la question des voies de communications internationales. Outre les aéroports internationaux construits dans les grandes métropoles et dont le trafic est en augmentation constante, trois espaces sont éminemment stratégiques : les détroits de Malacca et d'Insulinde, le Moyen-Orient, le centre sino-indien et tibét […] Lire la suite

BHOUTAN

  • Écrit par 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Alain LAMBALLE, 
  • Chantal MASSONAUD
  •  • 7 359 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La diffusion du bouddhisme, l'action de Zhabs-drung, les siècles troublés »  : […] L'histoire ancienne du Bhoutan demeure imprécise. Aucun document relatif à cette période n'a encore été découvert ; quelques sources étrangères comblent partiellement ces lacunes, en particulier les ouvrages tibétains. Les ouvrages bhoutanais sont relativement récents. Il faut citer en premier lieu l'autobiographie de Padma gLingpa (1450-1521), la chronique de la famille Hum-ral de 1766, le Lho'i […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 126 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Au Tibet et en Mongolie »  : […] La conversion du Tibet au bouddhisme se confond avec l'introduction des civilisations indienne et chinoise, dans ce pays isolé et resté à l'écart des grands courants culturels jusqu'au milieu du vii e  siècle de notre ère. Le bouddhisme pourtant, d'après la légende, serait apparu au Tibet bien plus tôt, sous le règne de Tho-tho Ri-gyan-btsan (au iv e  s. env.). D'après la tradition, qui schématise […] Lire la suite

BRAHMAPOUTRE

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 598 mots
  •  • 1 média

Les Indiens donnent le nom de Brahmaputra (« fils de Brahma ») à un fleuve puissant, long de 2 900 kilomètres et drainant un bassin de 580 000 kilomètres carrés, qui prend sa source au nord de l'Himalaya pour venir finalement mêler ses eaux à celles du Gange dans un delta commun qui forme l'essentiel du Bangladesh. La longueur même de ce fleuve fait qu'il change de nom en passant d'une aire cultur […] Lire la suite

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 863 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La topographie »  : […] Dans ses délimitations territoriales actuelles, la Chine possède parmi les terres les plus hautes du monde. Le relief est aux dimensions de cet immense pays : 19 p. 100 du territoire se situe à une altitude supérieure à 5 000 mètres ; 37 p. 100 à plus de 2 000 mètres ; 35 p. 100 à moins de 1 000 mètres ; et 16 p. 100 à moins de 500 mètres. Une pente d'orientation générale d'ouest en est se compos […] Lire la suite

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les nationalités minoritaires »  : […] Si les Constitutions successives de la République populaire de Chine soulignent l'indivisibilité de la nation, elles reconnaissent aussi la diversité ethnique de ses populations. Dans les années 1950, le nouveau régime s'est attaché à dénombrer, localiser et catégoriser les populations en présence. Sous l'influence de la politique soviétique des nationalités héritées de Staline, il a alors identi […] Lire la suite

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Au fil des siècles, la Chine impériale a étendu sa domination politique et militaire jusqu'au cœur de l'Asie centrale. Les territoires conquis, à l'exception de la république de Mongolie, indépendante depuis 1921, font aujourd'hui partie de la République populaire. La Chine s'étend en conséquence sur deux domaines géographiques entièrement différents : une portion de la haute Asie et de l'Asie c […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « La Chine du Sud-Ouest »  : […] Les données dont nous disposons actuellement pour cette région sont encore très lacunaires. Les découvertes les plus intéressantes ont été faites ces dernières années au Yunnan et au Tibet. Au Yunnan, les principaux vestiges sont centrés sur la région du lac Erhai et représentés par la culture de Baiyangcun (env. 2165-2050 av. notre ère), fondée sur une économie d'agriculteurs sédentaires pratiqu […] Lire la suite

DALAÏ-LAMA TENZIN GYATSO (1935- )

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CARRIERE
  •  • 1 978 mots
  •  • 2 médias

Quatorzième dalaï-lama, Tenzin Gyatso naquit le 6 juillet 1935 dans le village de Takster. Situé dans une région peu fertile de la province d'Amdo, dans l'extrême nord-est du Tibet, ce village ne nourrissait guère plus d'une vingtaine de familles. En 1935, cette province se trouvait sous la domination récente d'un chef musulman, Ma Bufeng, dont le gouvernement suivait les directives de la Républiq […] Lire la suite

DAVID-NEEL ALEXANDRA (1868-1969)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 199 mots

Dans le chapitre « Une vie errante et studieuse »  : […] Alexandra David-Neel poursuit parallèlement la publication de travaux visant à transmettre le bouddhisme comme une doctrine vivante. La profondeur de son analyse fait de Mystiques et magiciens du Tibet (1929) un livre particulièrement inspiré. Elle traduit des textes du sanskrit ou du tibétain ( L'Épopée de Guesar de Ling. L'Iliade des Tibétains , trad. avec le lama Yongden, 1931). Ses études de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Chantal MASSONAUD, Luciano PETECH, David SNELLGROVE, Pierre TROLLIET, « TIBET (XIZIANG) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/