BOUDDHISME (Histoire)L'expansion

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le bouddhisme, issu d'un modeste district de l'Inde gangétique, s'est répandu, non sans se modifier, sur une grande partie de l'Asie et est devenu, avec le christianisme et l'islam, une des trois grandes religions mondiales. Aujourd'hui, Sri Lanka, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge sont des pays entièrement bouddhistes, relevant du Petit Véhicule. Le Japon compte plus de 40 millions de bouddhistes, appartenant à diverses sectes. Le Tibet demeure attaché, en dépit de l'occupation étrangère, au bouddhisme du Grand Véhicule sous la forme du lamaïsme. Le bouddhisme joue un rôle important au Vietnam et en Corée, mais il n'a plus en Chine d'existence officielle.

C'est au début du iie siècle après l'entrée du Buddha dans le nirvāṇa, au milieu du iiie siècle avant notre ère, sous le règne du grand empereur Aśoka, le Maurya, que s'est affirmée la vocation missionnaire du bouddhisme. À l'issue d'un concile réuni à Pāṭaliputra (Pāṭnā) sous la présidence de Tissa Moggaliputta, des missionnaires furent envoyés dans des provinces indiennes et aussi dans les pays limitrophes de l'Inde : en pays marathe, dans l'Inde de l'Ouest (Aparānta), au Cachemire, à Sri Lanka. Certes, l'envoi d'un missionnaire n'entraîne pas la constitution d'une Église et la conversion de tout un peuple. Pour la Birmanie, par exemple, les premiers documents sûrs sont de huit siècles postérieurs au concile de Pāṭaliputra. Il faut pourtant retenir au moins comme historique la conversion précoce du Gandhāra et du Cachemire par Madhyāntika et de Sri Lanka par Mahinda ou Mahendra, fils (ou frère) d'Aśoka. Du reste, certaines idées bouddhiques ont pu à cette époque être diffusées fort loin, peut-être jusqu'en Grèce.

En Asie centrale et en Chine

À en croire un texte obscur, dès l'an 2 avant J.-C., un fonctionnaire chinois, en mission auprès du roi Hima Kadphisês, aurait reçu oralement du prince héritier le premier texte bouddhique. En 65 de notre ère, un prince Han, Mingdi, aurait protégé la première communauté bouddhique implantée en Chine. C'est alors que furent traduits en chinois, par les Indiens Mataṅga et Gobharaṇa, plusieurs livres, parmi lesquels le Sūtra des 42 articles, qui jouit d'un grand prestige, mais qui n'était peut-être qu'un choix de sentences.

Au iie siècle, le bouddhisme fit en Chine et en Asie centrale des progrès considérables, à l'issue d'un concile réuni sous le règne du roi Kanishka à Jalāndhara, dans le haut Penjāb. L'Inde du Nord-Ouest, à la suite d'invasions, se trouvait alors en relations renouvelées avec le monde iranien et l'Asie centrale. Le roi lui-même, nouveau converti sur lequel le docteur Açvaghosha exerça, selon la tradition, une influence profonde, fit venir en Inde de jeunes princes de Sérinde, qui s'initièrent dans les couvents indiens à la civilisation indienne et à la Loi bouddhique.

C'est par l'intermédiaire de ces oasis d'Asie centrale, échelonnées au pied du Karakoram et des Kunlun, au sud, des Tianshan, au nord, à Yarkand, Khotan, Agni, Koutcha, que le bouddhisme parvint en Chine. L'art d'Asie centrale porte témoignage de cet épanouissement admirable du bouddhisme, pendant tout le haut Moyen Âge dans le Turkestan chinois, de manière plus éloquente encore que les documents paléographiques retrouvés dans les sables par diverses missions (Paul Pelliot). C'est par cette voie que des influences helléniques mêlées d'influences iraniennes et indiennes parvinrent jusqu'à la Chine des Wei et au Japon de Hōryū-ji.

Les premiers traducteurs qui s'ingénièrent à faire passer dans la langue chinoise, de structure fort différente des langues de l'Inde, la pensée bouddhique furent des Sogdiens, des Yuezhi, des Koutchéens et même un Parthe, un peintre arsacide, An Shigao, qui vécut en Chine de 148 à 170.

Le bouddhisme avait en effet gagné l'Iran, et Kartir, l'accusateur de Mani, se vante aux environs de 280 d'avoir persécuté, à côté d'adeptes d'autres religions, des bouddhistes. La renaissance nationale en Perse s'opposa à l'implantation du bouddhisme et à son expansion vers l'Occident.

À l'époque des Trois Royaumes, un Yuezhi (Zhiqian), un Sogdien (Senghui), effectuent de nombreuses traductions. Sous les Jin occidentaux, Fahu (Dharmaraksha, 265-308), homme d'une remarquable culture, poursuit leur œuvre. Enfin, Kumārajīva (344-413), fils d'une princesse koutchéenne qui avait étudié au Cachemire et d'un moine indien, délié de ses vœux pour ce rôle providentiel, s'installa après la conquête de Kutcha à Chang'an, en compagnie de son maître indien.

D'autres érudits se firent à sa suite grands voyageurs par ferveur religieuse, tel Buddhabhadra ; et des Chinois se rendaient au Cachemire pour y étudier déjà ce qu'on appelait le dhyāna, forme de yoga. En 518, 2 213 ouvrages étaient déjà traduits. La première impression xylographique de textes bouddhiques date de 972.

Monastère de Spituk

Photographie : Monastère de Spituk

Le monastère de Spituk dans la haute vallée de l'Indus, au Cachemire. 

Crédits : Ernst Haas/ Ernst Haas/ Getty Images

Afficher

Plusieurs collections complètes du canon chinois existent encore, non en Chine, mais au Japon.

Par la suite, les grands pèlerins (Faxian, Song Yun, Xuanzang, Yijing) appartiennent à l'histoire des grandes relations entre aires de civilisation. De même l'évolution ultérieure du bouddhisme, les persécutions (4 600 couvents, 40 000 bâtiments religieux détruits en 845, 260 000 religieux réduits à l'état laïque), sa transformation, due parmi des causes diverses à l'impossibilité de rendre littéralement en chinois les textes indiens, la contamination du bouddhisme par le confucianisme et le Tao, l'étude des écoles, dont les principales sont celles des fidèles d'Amitābha (« école de la Terre pure » : Jingtuzong ; « école de la méditation » : Xinzong, sanskrit dhyāna, chinois chan) et celle « des secrets » (Mizong), relèvent de l'histoire propre du bouddhisme chinois.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Monastère de Spituk

Monastère de Spituk
Crédits : Ernst Haas/ Ernst Haas/ Getty Images

photographie

Buddha paré protégé par le serpent (naga), 1

Buddha paré protégé par le serpent (naga), 1
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Lokesvara sous les traits de Jayavarman VII

Lokesvara sous les traits de Jayavarman VII
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOUDDHISME  » est également traité dans :

BOUDDHISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 848 mots
  •  • 1 média

Né dans l'inde il y a vingt-cinq siècles, le bouddhisme s'est répandu peu à peu sur toute la partie la plus vaste et la plus peuplée de l'Asie, de l'Afghanistan à l'Indonésie et de Ceylan au Japon. Il y a prospéré pendant fort longtemps et il est encore florissant dans ces deux derniers pays ainsi qu'en Thaïlande, en Birmanie et en Corée du Sud, comme il l'était naguère au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 307 mots
  •  • 2 médias

On donne le titre de Buddha, celui qui s'est « éveillé » à la Vérité, à un sage de l'Inde antique qui enseigna une méthode destinée à découvrir la réalité cachée derrière les apparences et à se libérer définitivement des illusions, des passions et de la douleur inhérente à toute forme d'existence.Pour lui, comme pour presque tous les Indiens, chaque mort est suivie d'une renais […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Sauf durant la vie du Buddha, la communauté monastique n'a jamais été unie sous une direction ayant le pouvoir de maintenir sa cohésion et de définir et imposer une orthodoxie, comme le fit longtemps la papauté dans le christianisme. L'expansion géographique du bouddhisme, la souplesse avec laquelle il s'adapta aux mentalités et aux modes de vie des populations fort diverses parmi lesquelles ils s […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le renouveau contemporain

  • Écrit par 
  • Heinz BECHERT
  •  • 1 915 mots

Le bouddhisme fut, dès la fin du Ier millénaire de l'ère chrétienne, chassé de bien des régions d'Asie centrale et d'Asie du Sud-Est par l'expansion de l'islam. Sous la colonisation et au temps de la prééminence mondiale des puissances européennes, il sembla perdre encore davantage de son importance. S'opposant à cette évolution, […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Le bouddhisme propose à l'homme trois refuges, le Buddha, sa doctrine et sa communauté. Les trois ont leur histoire, longue de deux millénaires et demi : la représentation de la personne du premier a toujours évolué, les conceptions doctrinales ont été en perpétuelle mutation, la communauté a eu son développement propre en fonction de ces conceptions et des circonstances extérieures politiques ou […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 724 mots
  •  • 4 médias

Le bouddhisme, du Petit et du Grand Véhicule, commence à être connu en Asie orientale à partir des ier et iie siècles de notre ère. Il pénètre jusqu'à la vallée du fleuve Jaune, en Chine du Nord, par la route des oasis qui relie la Transoxiane au Gansu, dans la péninsule indochinoise et dans la Chine du S […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Le bouddhisme tel qu'il fut transmis au Japon, par l'intermédiaire de la Corée, vers le milieu du vie siècle après J.-C., avait été auparavant refaçonné par la Chine. Il s'agissait, bien entendu, pour l'essentiel, des doctrines du Grand Véhicule (Mahāyāna) qui remontaient jusqu'au bouddhisme indien, mais avec les évolutions qu'elles avaient subies au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 633 mots
  •  • 4 médias

Selon la tradition tibétaine, le bouddhisme fut introduit au Tibet au viie siècle, en même temps que l'écriture était inventée et que le pays entrait dans l'histoire grâce à une expansion rapide qui inquiéta la Chine au point qu'un chapitre spécial des Annales officielles chinoises fut désormai […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 2 848 mots
  •  • 7 médias

Le Buddha a vécu au vie siècle avant notre ère, mais il n'est représenté dans l'Inde du Nord (région de Mathurā) et du Nord-Ouest (Gāndhāra) qu'aux environs de notre ère. Sur les premiers monuments bouddhiques illustrés (balustrade de Bhārhut, milieu du iie siècle avant notre ère), il n'est en effet figur […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 1 505 mots
  •  • 2 médias

Les Bodhisattva sont des « êtres (sattva) [sur le chemin] de l'Éveil (Bodhi) », c'est-à-dire des futurs Buddha ou des êtres qui, sur le point de devenir des Buddha, y ont renoncé. Dans sa première acception, le terme concerne le Buddha historique, pour la partie de sa vie terrestre qui précède l'Éveil et pour toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean NAUDOU, « BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-l-expansion/